01/12/2009

Votation anti-minaret, ville et campagne, une approche différente de la peur de l'étranger, de l'inconnu, de la religion, de l'autre !

IMG_4830.jpg

(infographie Microgis - Le Temps)

Genève, Lausanne, Neuchâtel, Fribourg, Berne, Sion, Delémont, Bâle, Aarau, Lucerne, Zurich, Frauenfeld, Coire, Zoug ; Les habitants des principales villes de notre pays, sauf au Tessin et dans le haut Valais, ont voté Non à l'initiative Anti-Minaret dimanche dernier (voir infographie), ce qui est heureux.

Pourtant, c'est bien la population de nos campagnes qui a fait la différence pour le résultat final, et la victoire du Oui à cette initiative honteuse.

D'importantes réflexions me viennent à l'esprit ;

Premièrement, nous avons tous compris que ce vote a été influencé, voire guidé, par la peur de l'autre, de l'inconnu, de l'étranger, d'une religion, de l'islam et de ses coutumes. Nous pouvons donc légitimement déterminer que ces sentiments d'insécurité populistes sont omniprésents dans nos campagnes, et amenuisés en nos villes. Ce n'est plus une supposition, c'est un fait.

S'il nous faut en trouver la cause, nous devons constater que la population musulmane est principalement installée en ville, ses lieux de cultes aussi, ses associations également. De ce fait, la peur de l'autre et de l'inconnu est considérablement atténuée en nos cités. Les relations humaines, les échanges culturels entre les habitants, les sociétés, les association, les autorités sont une réalité citadine.

Les choix et les regards de nos campagnes, emplis de préjugés contre l'islam et nourris par la presse, l'actualité, les affiches électorales, les discours populistes, ne sont que les résultats d'une méconnaissance, d'un manque d'informations, d'échanges culturels. Il y a aussi probablement un déficit d'ouverture d'esprit sur l'autre, sur l'étranger, sur une religion plus crainte qu'étudiée, le tout dans un mode catholique et protestant bien ancré loin des agglomérations, où les valeurs religieuses ont été remplacées par la valeur de l'argent, de la réussite.

Mais cela ne suffi pas à expliquer le "succès" de cette initiative qui vient de jeter l'opprobre sur le peuple suisse, sur notre pays, sur nos valeurs universelles. Les suffisances des partis politiques traditionnels dans cette campagne, ainsi que la naïveté du Conseil Fédéral, ont permis aux initiant de convaincre par la peur et la désinformation une population suburbaine et campagnarde que l'islam est un danger pour nos démocraties.

Sans une réaction très vives de nos Autorités, des partis politique vaincus, des communautés religieuses, de la population émue par ce résultat indigne, nous allons plonger la Suisse dans une spirale qui pourrait amener rapidement une peste brune, face à laquelle la N1N1 ne serait qu'une maladie bénigne et en aucun cas honteuse, au contraire du fléau qui pourrait nous atteindre.

Walter SCHLECHTEN

 

 

 

 

 

01:04 Publié dans Culture, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Facile de se cacher derrière une peur soit disant irrationnelle. A mon sens ce choix est au contraire très rationnel, et il pose la question de savoir quelle Suisse nous voulons pour demain et quels genres d'inconvénients nous ne voulons pas hériter de nos migrants. Choisir l'immigration que l'on veut ce n'est en rien de la peur irrationnel, c'est faire le meilleur choix pour la Suisse de demain.

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 01/12/2009

Ces votations démontrent précisèment le contraire de la peur : le peuple suisse est le seul en Europe qui ose enfin montrer une réaction face à la soft invasion des Musulmans.
Un des problèmes majeurs du monde est la surpopulation. Personne n'ose parler de planning familial aux NU parce que c'est contraire à l'Islam. Tout le monde se couche partout devant toutes les exigences des Musulmans sauf nous et des guignols nous parlent de peur de l'autre, de l'inconnu etc...
Et ces gens se voient comme des intellectuels face à la masse d'abrutis que nous serions...

Écrit par : Géoe | 01/12/2009

Si les villes ont voté contre l'initiative, ceci est très probablement le résultat du vote des musulmans qui s'y trouvent. Il est à parier que les musulmans se sont déplacés massivement pour voter contre l'initiative. Et les musulmans se trouvent justement dans les villes. Il aurait été intéressant de voir le vote par religion... et non pas par région.

Demain, si le nombre des musulmans double ou triple chaque décennie comme dans le passé (passant de 16'000 en 1970, à 310'000 en 2000), leur vote fera changer le système juridique suisse.

Écrit par : Sami Aldeeb | 01/12/2009

Bonjour tous,

Premièrement, nous vous êtes vous jamais posé la question du pourquoi la religion musulmane continuait toujours de croître alors que les autres au contraire avaient tendance à disparaître. Ne vous êtes vous jamais intéressé aux valeurs réelles que cette religion prône et non pas aux quands-dira-t-on?

Voilà tout le problème, tout le monde parle de chose qu'il ne connaît pas, tout le monde a peur et du coup n'ose pas se rencontrer pour parler librement. Avez-vous demandé aux musulmans pourquoi ils voulaient des minarets? Pour faire l'appel à la prière? ou peut-être est-ce juste parce qu'une mosquée sans minaret n'a pas le même charme architectural... Les églises dans les pays musulmans ont des clochers, mais sans cloche... Est-ce un problème?

Est-ce vraiment un problème que nous ayons une fois ou 2 fois l'an un appel à la prière (à la voix non pas au porte-voix) lors des fêtes sacrées (comme à Genève je crois)?

Avez-vous pensé d'ailleurs à demander aux endroits où étaient situés une mosquée en Suisse ou ailleurs si ça créait des problèmes?

Est-ce qu'une synagogue ne pose pas les mêmes problèmes? Ou ne dois-je pas poser la question par peur de me faire traiter d'anti-sémite?
D'ailleurs c'est quoi l'adjectif pour anti-musulman?

Pour ma part, je souhaite juste une Suisse ouverte et capable un jour de montrer la voie de la paix dans le monde. On ne résoudra jamais aucun conflit tant qu'on aura des esprits aussi obtus, butés et stupides!!

La population chrétienne ou juie a eu peur des minarets, on les interdit et bien un jour on aura peur de la connerie et on interdira les clochers et les tables de lois!!!

Raisonnement stupide? Tout aussi stupide que cette votation!!

A bon entendeur.... Salut

Nicole

Écrit par : Nicole | 01/12/2009

nicole

je suis musulman et pas tres fier car ceci est notre faute car nous sommes incapable de faire taire nos foux dangereux... en plus nous grandissons seulement dans les terres pauvres et donnant de la nourriture mais surtout pas la connaissance..

Écrit par : said | 01/12/2009

M.U.R. de la honte !

Une clique de mécréants se démène en diable pour rameuter 500 ignorants…

devant la Cathédrale Saint-Pierre !

Depuis quand sont-ils habitués de ce lieu ?

Depuis quand sont-ils les défenseurs des libertés religieuses ?

Que savent-ils de l'Islam ?

Que savent-ils du sort des minorités religieuses en Terre d'Islam ?

Montreraient-ils autant d'énergie pour défendre une autre minorité religieuse ?

La collusion de soi-disants anti-capitalistes (ils ont tous un compte bancaire)
avec les milieux islamisants a deux explications possibles :

a) les pétrodollars ont remplacé les petites enveloppes soviétiques ;

b) les ennemis de mes ennemis sont mes amis... tous ennemis des USA.

Leur faudra-t-il 70 ans pour ouvrir les yeux sur ce qu'est l'Islam ?

Un système bien plus totalitaire que le bolchevisme,
puisqu'il réglemente jusqu'à l'épilation des poils du cul !

Mais en ont-ils encore, ces chiards qui accusent les autres d'avoir PEUR !

Qu’ils commencent par se renseigner à la source même de l’Islam : le Coran.

Trop nombreux sont les Musulmans - et surtout les Musulmanes -
qui se prononcent sans avoir lu le Coran :
c’est l’imam qui le fait pour eux, à sa guise.

Est-ce trop demander à ceux qui accusent les autres de préjugés, d’ignorance et de peur,
de fonder leur propre conviction sur les textes et sur les réalités ?


genevoisrien

Écrit par : genevoisrien | 06/12/2009

Les commentaires sont fermés.