03/12/2009

Quelles priorités aimerions nous retrouver dans le discours de Saint-Pierre lundi prochain !

En ma qualité de citoyen, je me dis "tiens, c'est reparti pour quatre ans". Nos élus-es se sont vu attribuer leur dicastère ce matin, et le partage du gâteau "Etat de Genève" a été consommé.

Pas de révolution, juste une bonne base pour permettre à notre Conseil d'Etat d'avancer. Le discours de Saint-Pierre fera office de fondation, avant que nous connaissions dans six mois les objectifs d'un plan quadriennal encore inconnu.

Si dans les grandes lignes, nous pouvons nous attendre à retrouver quelques priorités, comme la maîtrise de la dette, voire son redressement, la mise en oeuvre du Ceva, la fin des travaux de réhabilitation du tramway, le lancement du PAV et d'autres projets de constructions et de logements, qui dorment depuis trop longtemps dans des tiroirs étatiques, comme l'ouverture du véritable débat de la région franco-valdo-genevoise, nous pouvons aussi deviner quelques objectifs qui se dessinent, par envie, par besoin, ou par nécessité.

- La restructuration de la fonction publique et de son statut.

- La réorganisation du Pouvoir Judiciaire.

- La création d'une assurance sociale.

- La baisse du chômage.

- Dessiner des priorités environnementales dans le cadre du développement durable de notre canton, de notre région.

- Lutter contre l'exclusion, la pauvreté, le racisme, la violence.

- L'école pour tous, l'orientation professionnelle à travers des projets d'avenir et de formation. 

- Améliorer l'accueil et les prestations dans les établissements hospitaliers, voire redéfinir le système de soins.

- Ouvrir économiquement Genève aux nouvelles technologies.

et bien d'autres.

Évidemment toutes ces bonnes intentions auront un prix, il est donc indispensable que Genève redevienne une place économique forte, une ville propre et sécurisée, un symbole mondial de la paix, il faut que l'Esprit de Genève, qui a disparu à petit feu, renaisse de ses cendres pour que la flamme de notre ville brille à nouveau.

Utopie, non, volonté politique, oui !

Croire en ses idées, en ses objectifs, en sa vision nouvelle pour Genève, s'est s'engager en politique au service de la population, de la République, de la société, en aucun cas pour viser les intérêts induits de la fonction, en laissant de côté sa vanité personnelle en acceptant les compromis.

Vaste sujet, un discours de Saint-Pierre qui ne devra pas ressembler aux autres, car sinon nous pourrions rester dans une certaine continuité médiocre, car ne pas avancer, c'est reculer un peu plus !

W.S.

 

22:37 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.