14/12/2009

Lettre au Père-Noël, Sydney, 9 ans !

Cher Père-Noël,

Je m'appelle Sydney, j'aurais dû avoir 9 ans il y a peu. Je te dis aurais car malheureusement j'ai quitter mon papa trop tôt, suite à un empoisonnement du sang. Je n'en veux à personne, c'est ainsi, même si je sais que je manque aux miens tous les jours. Ils me manquent terriblement aussi tu sais.

Depuis 2 ans, je ne t'écris plus, je regarde tout ça de là haut. Je pensais que vivre dans les étoiles était une chose merveilleuse, mais je constate qu'en étant si haut on voit bien mieux toutes les misères du monde. Alors pour cette fin d'année, j'ai pris ma plume pour déposer ma griffe. Je te préviens, car l'on m'a appris à ne pas mentir, j'ai envoyé la même lettre à Dieu. Reste à vous mettre d'accord si vous vous connaissez.

Donc pour Nöel, ayant été très très sage, presque une étoile parfaite, je te communique ma liste de voeux ;

- Stp, que les guerres se terminent sur terre et dans le coeur des hommes.

- Stp, que les enfants du monde entier trouvent à manger tous les jours dans leur maison.

- Stp, que les religions ne fassent qu'une, même si c'est pas toujours le même Dieu.

- Stp, que les hommes arrêtent de se disputer pour des idées, souvent ils ont les mêmes buts mais veulent prendre des chemins différents pour y arriver. 

- Stp, que ces vilaines maladies qui enlèvent la vie injustement, ou la brûlent à petit feu, disparaissent.

- Stp, que tous mes amis reçoivent ce qu'ils ont commandé pour le 24 au soir, même ceux qui ne m'ont pas pleuré à mon départ. 

- Enfin, je veux, stp, que tu prennes soin de mon papa. Je le vois bien souvent trop triste ces derniers mois. Il es très fatigué par son travail. Tu sais, il ne fait pas tout ça pour lui, mais pour les autres, il mérite que des bonnes choses lui arrive dans le coeur.

D'ailleurs, il a rencontré une très jolie dame. Je la trouve charmante et en plus elle aussi parle aux étoiles le soir. Je crois qu'elle a égallement  quelqu'un qui brille à mes côté. Je suis très content pour mon papa qu'ils se soient rencontrés, on dirait même qu'ils sont amoureux, génial. Maman nous avais quitté trop vite. Tu sais, je n'avais que deux ans mais je me souviens qu'elle voulait juste reprendre sa liberté. C'est la vie.

C'est compliqué l'amour et les adultes, mais quand ça marche c'est super cool.

Voilà, c'est un peu beaucoup, mais comme je ne t'ai rien demandé depuis trois ans, je pense que toi et Dieu devriez arriver à réaliser tout ça. Sinon, je serai obligé de vous écrire l'année prochaine. Mais tu sais, j'aurai alors presque 10 ans dans un an, et même au milieu des étoiles, je ne suis pas certain que je croirai encore au Père-Noël et à Dieu !

Sydney, bisous de la galaxie de mon coeur.  

10:49 Publié dans Fiction, Lettres | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Bonsoir Sydney,

Tes voeux et tes souhaits sont magnifiques et je ne pense pas que ce soit trop demander. Si chaque humain sur cette terre avait ta générosité et ta sagesse, s'ils consacraient une minute par jour à faire les mêmes souhaits, notre planète irai beaucoup mieux.
Toi qui voit le monde d'où tu es tu dois avoir croisé le Petit Prince et il t'aura sans doute dit que " l'on ne voit bien qu'avec le coeur car l'essentiel est invisible pour les yeux".
Même si dans un an tu auras 10 ans ils te faut encore croire au Père Noël et croire en Dieu, car l'amour que nous avons dans le coeur et l'enfant qui sommeil en nous, c'est cette force qui on jour pourra faire changer le monde.
Je ne suis ni Dieu ni le Père Noël, alors tes premiers voeux je ne peux les réaliser.
Cependant le dernier, celui qui concerne ton papa, celui là il est de mon ressort. Avec tout l'amour et la tendresse qu'il y a dans mon coeur, je veillerai sur ton papa, comme il veille sur moi. En général, je ne fais pas de promesse, mais à toi j'en ferai une, celle d'être toujours à ses côtés, pour le meilleur et pour le pire, de le chérir, le soutenir et du plus profond de mon coeur de l'aimer encore plus chaque jour.
Pour te rassurer, je vais te confier un secret, je n'ai pas besoin de liberté, car la liberté je l'ai trouvée avec lui en même temps que le bonheur.
Et puis tu sais la seule prison qui existe c'est la peur, celle qui nous empêche d'avancer, celle qui nous fait redouter que tout recommence... c'est la seule qui peut nous enlever la liberté d'être heureux.
J'aurais tant voulu te connaître petit Sydney, bien que quelques fois ton image me trotte dans la tête, ton papa parle souvent de toi et dans ces moments c'est un peu comme si tu étais avec nous.
Du haut de ta galaxie fais de gros bisous à mon petit frère, hé oui moi aussi je parle aux étoiles.
Et rassure toi ton papa et moi sommes les deux moitiés d'une étoile qui devaient se retrouver pour briller plus encore sur le chemin de la vie.

Fais de doux rêves petit grisou.

Écrit par : féline | 14/12/2009

Les commentaires sont fermés.