23/01/2010

Genève va-t-elle se laisser mettre en bouteille par Evian ?

C'est avec un plaisir non dissimulé que la population genevoise a pris note de la candidature de la ville d'Evian pour le G20 qui devrait se dérouler en 2011.

Les réactions ne se sont pas fait attendre et plusieurs élus de notre canton ont déjà exprimé leur scepticisme.

Nous avons tous en souvenirs les événements du G8 de 2003, durant lesquels Genève avait servi de lieu de rassemblement pour les manifestations liées à cette réunion de chefs d'Etats, alors qu'Evian avait été transformée en une place forte impénétrable, donc totalement sécurisée.

Des émeutes durant 3 jours à Genève, des millions de dégâts, une image catastrophique pour notre cité, notre canton, notre pays, et une conseillère d'Etat qui avait servi de bouc émissaire pour faire passer la pilule.

Que nous reste-t-il de tout ça. Une certaine expérience de manifestations violentes, une amélioration des contacts transfrontaliers entre les divers services de police, mais surtout une blessure indélébile dans les âmes de nos rues, auprès de nos commerçants, de nos citoyens et aussi de nos policiers.

La police genevoise avait en effet vécu ces événements comme un énorme traumatisme, où le pouvoir politique avait pris ses responsabilités alors que les nécessités sécuritaires constitutionnelles, issues de la mission de la police, soit assurer la tranquillité, la sécurité et l’ordre publics, n'étaient pas assumées par les garants de l'état de droit.   

Cette semaine, le député maire d'Evian, M. Marc Francina, ne s'est pas contenté d'annoncer la postulation de sa cité pour l'événement précité, il s'est aussi autorisé des critiques déplacées et irrespectueuses sur notre canton, oubliant un peu vite les sacrifices opérés par Genève en 2003, sachant que cet élu considère aujourd'hui que ce G8 a été une grande réussite, avec des retombées très positives pour Evian et la région.

A l'heure où nos propres élus s'expriment ouvertement sur la région Franco-Valdo-Genevoise, l'on peut se demander si nous devons tolérer les propos désobligeants de M. Francina ?

Evian mettra-t-elle Genève en bouteille, Genève va-t-elle servir une nouvelle fois de placebo à Evian, où la pureté des relations transfrontalières va-t-elle permettre de ne plus faire couler d'encre sous les ponts ? 

Pour mémoire, je vous invite à lire, ou relire, cet ouvrage ;

Genève, juin 2003 ... Un G8 pas comme les autres. Micheline Spoerri, édition Slatkine.

 

13:15 Publié dans Genève, Politique, Résistance | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

16/01/2010

An nouveau, 2010 est là, l'actualité terrible aussi !

De retour en ce début d'année, je scrute l'actualité, et je me surprends à ne plus comprendre pour quelle raison l'on souhaite désespérément bonne année à nos amis, à nos proches au jour de l'An, tout en espérant que l'année qui commence sera meilleurs que la dernière, attendant une révolution philosophique du comportement humain et le calme des forces de la nature. Voeux sincères mais qui sont bien vite réduits à néant par les violences de l'actualité et du quotidien.

Sitôt l'année entamée, c'est la maladie qui s'abat sur un ami, c'est la mort qui emporte une connaissance, c'est le désoeuvrement qui touche un ancien, c'est la violence des hommes qui s'abat alors que la nature garde ses droits.

J'ai du mal à saisir comment l'humain, qui telle une meute confie son avenir à des dominants, à des représentants élus démocratiquement, accepte les contradictions universelles de ce système.

- 18 décembre 2009, les dirigeants de ce monde se sont quittés à Copenhague sans un accord contraignant. Déjà au sommet de l’APEC en Asie, qui représente 40 % de la population mondiale, des signaux nous étaient parvenus dans ce sens ; des signaux qui avaient jeté un froid sur l’issue du sommet. L’émoi d’un échec annoncé a conduit les décideurs à redoubler d’ardeur pour sauver le sommet. La question se pose donc de savoir si Copenhague n'était pas encore le sommet crucial pour l'avenir du genre humain, alors que tous les signaux sont déjà au rouge ou si les expectatives étaient trop élevées au regard de ce que les États-Nations étaient prêts à concéder !  

- 12 janvier 2010, la République d'Haïti est frappée par un séisme effroyable d'une magnitude supérieure à 7.0. A ce jour, le bilan fait état de plus de 50'000 morts et de 250'000 blessés. Des images tardives mais apocalyptique de la ville de Port-au-Prince et de ses habitants nous arrivent alors que de nombreuses répliques de plus de 5.0 sont tombées. Corrélation de l'aide importante antérieure accordée à cette République instable, de nombreux délégués de l'ONU, d'ONG ou de délégations étrangères sont décédés, blessés ou portés disparus. Devant cette catastrophe naturelle apocalyptique, les États-Nations se mobilisent, le monde est choqué, l'humanité prend conscience que les forces de la nature sont dévastatrices, une fois de plus, une fois de trop.

Pourtant, c'est bien une catastrophe naturelle qui attend l'humanité, et bien plus vite que prévu, car le non respect des éléments qui constituent notre équilibre va irrémédiablement entraîner des réactions naturelles liées au réchauffement de l'atmosphère et donc de la planète.

Au delà de l'écoulement normal de la vie, à travers la maladie, la mort, le désespoir, la pauvreté, que nous souhaitons chaque jour de l'An voir disparaître, c'est surtout l'avenir de la vie sur notre planète qui est en jeu. La mort de milliers d'êtres humains devrait réveiller les consciences, mais j'ai bien peur que  cela ne soit pas encore suffisant. Faudra-t-il que Los Angeles, la cité des anges, menacée par la faille de San Andréas, subisse une telle catastrophe pour que l'ensemble de l'humanité se réveil ? Je le crains malheureusement, même si à ce jour il n'y a pas de lien direct entre le réchauffement de la planête et le déplacement des plaques tectoniques.

Un accord contraignant devient urgent pour l'après Copenhague. Plus qu'une nécessité c'est une obligation. Les États-Nations savent s'unir, réagir et agir, Haïti nous le prouve. Naïvement, j'en viens à espérer que la conscience humaine sera sauvée par l'apocalypse qui s'abat malheureusement cycliquement sur la République d'Haïti.

 

 

12:19 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook