18/02/2010

VELASCO - LONGET ou comment le renouveau du parti socialiste passera par un véritable débat, et c'est très bien ainsi !

Jeudi 18 février 2010, midi et une seconde, les inscriptions sont closes.

René LONGET, Président sortant du parti socialiste genevois brigue un nouveau mandat. Il l'avait annoncé, il l'avait affirmé, c'est confirmé.

Pascal DECAILLET, journaliste de talent, cherchait encore ce matin à deviner si cette candidature serait unique. Il en doutait, il avait raison, mais oh surprise, ce n'est pas Carlo SOMMARUGA qui s'est présenté avant la seconde fatidique, mais le très populaire Alberto VELASCO.

En ouvrant ainsi le débat en vue de l'assemblée générale du parti, prévue le 20 mars 2010, ce candidat surprise aura eu le mérite de ne pas laisser l'avenir du parti socialiste se scléroser. Non pas que son rival n'ait pas la carrure pour le poste, mais seule une véritable remise en question des doctrines, des objectifs, des idées parfois permettra au parti socialiste de renaître de ses cendres.

Genève a besoin d'un parti véritable parti de gauche, avec des hommes et des femmes aux idées rénovatrices mais structurées sur des valeurs qu'un parti populaire se doit d'avoir.

- Si un premier diagnostique avait déjà été effectué au lendemain de la perte d'un siège au Conseil d'Etat, notamment par Christian BRUNIER,

- Si un retour aux sources, aux valeurs, aux croyances, aux attitudes et aux comportements qui se doivent de dessiner un parti socialiste proche du peuple, des ouvriers, des employés, des familles, des syndicats, des services sociaux, des PME, du monde du travail, mais aussi celui de la misère,

- Si une réorganisation du comité central devrait remettre ce train dévoué à la défense des citoyens qui restent en attente d'un parti plus proche des véritables préoccupations du peuple et de notre société,

Seul un débat entre deux candidats à la présidence du parti pouvait provoquer ce renouveau,

C'est chose faite depuis midi et un seconde, grâce à un certain Alberto VELASCO, homme courageux qu'un député libéral avait pourtant rabaissé par la moquerie, à travers un humour douteux, lors de son départ du Parlement, brocardant son accent et son phrasé pas toujours parfait. La qualité d'un homme ne se juge pas seulement dans ses paroles, mais aussi à travers ses actes !

Bravo M. VELASCO.

Walter SCHLECHTEN

Habitant de Confignon.

16:08 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Dommage que M.Sommaruga n'a pas pris la direction du PS.!!!

A l'image du PS français qui c'est débarssé de George Frèche, il faudrat que le PS Genève fasse le ménage pour reprendre la main sur les autres mouvances de gauche.

Écrit par : M.U.R | 18/02/2010

Il semble que Monsieur Velasco n'ait pas encore donné son accord définitif à sa candidatue à la tête du PS.

Écrit par : Jean Romain | 18/02/2010

Les commentaires sont fermés.