23/02/2010

Permis de tuer international !

Mahmoud Abou Al-Mabhouh, l'un des principaux responsables militaires du Mouvement de la résistance islamique (Hamas) a été assassiné le 20 janvier dernier dans une chambre d'hôtel à Dubay.

Signe particulier de ce crime ; il ne dérange personne. Enfin, la mort avec violence et par préméditation de cet homme ne dérange personne, malgré l'aspect international de cette affaire.

Quelques pays de l'UE se font bien un peu de soucis, mais en aucun cas pour l'assassinat en lui même, juste du fait des modalités d'exécution de celui-ci, probablement organisé par les services secrets d'un pays "ami". Si des diplomates britannique, irlandais, allemand et français s'inquiètent, c'est qu'ils souhaitent obtenir des explications quant à l’utilisation de passeports de leurs pays lors de cette mission, qui demeure un assassinat.

Dans cette société où l'on ne condamne plus assez sévèrement par voies judiciaires, où d'un côté l'on se bat pour que les investigations longues et périeuses du Tribunal International de la Haye aboutissent à la justice des hommes, face à des crimes contre l'humanité, là on banalise le meurtre, l'assassinat, les délits avec violence.

Les assassinats politiquement dirigés ont toujours existé, mais en ne dénonçant pas ceux-ci, notre civilisation se rend coupable d'un délit moral, car à travers ce comportement d'acceptation l'on détruit nos valeurs, les mêmes qui nous ont fait avoir honte des atrocités commises par l'homme par le passé, dans le cadre de conflits armés, de guerres et/ou de génocides.

La justice pénale des hommes doit être respectée, à travers les décisions de ses tribunaux, car même si elle est faible et présente des failles, cette institution reste une valeur importante et nécessaire de notre société, celle de rendre la justice et non pas de se faire justice.

Je finirai ce papier par un mot de Georges Courteline ; "un jour les gens nerveux s'en mêleront, lassés de n'avoir pour les défendre contre les hommes sans justice qu'une justice sans équité, toujours prête à immoler le bon droit au droit légal et en proie à l'idée fixe de ménager les crapules."

Un jour, les gens nerveux s'en mêleront, du chef d'Etat au simple citoyen, malheureusement !

07:01 Publié dans Culture, Monde, Politique, Résistance | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook

Commentaires

Le Hamas se définit comme étant en guerre contre l'Etat d'Israël. Ses miliciens se disent eux-mêmes combattants.

On ne se trouve donc pas face à un crime politique, ou un meurtre de droit commun, mais en présence d'un acte de guerre. Et le propre des combattants, c'est de risquer de mourir dans un combat.

Écrit par : Henri Patry | 23/02/2010

Merci pour cet article, qui met la lumière sur une pratique, tout comme l'assassinat ciblé, condamnée par le droit international. Tuer quelqu'un dans une voiture sur la route, dans sa chambre d'hôtel ou chez lui avec sa famille, absolument sans défense, est un meurtre. Ce crime va à l'encontre de tout ce que l'homme civilisé a fait pour avancer la notion et la pratique de justice. Approuver ce genre d'action revient à dire qu'il y a deux sortes de personnes : ceux qui méritent la justice et ceux qui ne le méritent pas et que n'importe qui peut se placer en juge d'un autre. Ce genre d'incident inspire toujours des questions de jeunes élèves du Cycle d'Orientation : Pourquoi a-t-on fait cela ?Est-ce que c'est bon de faire comme ça ? Je ne pourrais jamais répondre que oui.

Écrit par : carol scheller | 23/02/2010

En 1961, assassinat par poison du leader indépendantiste camerounais Félix Moumié à Genève. En 1990 Kazem Radjavi, l'opposant iranien a été assassiné sur sol suisse. En 1965, assassinat à Paris de Mehdi Ben Barka, opposant politique marocain. En 1991, Chapour Bakhtiar (le dernier Premier ministre du Shah) est mort à Suresnes. en 2009, assassinat d'Oumar Israïlov à Vienne et de deux autres opposants à Moscou et Dubaï. La liste n'est pas exhaustive. Les assassinats d'opposants politiques sont une culture dans certains pouvoirs. Qui a commandité ces meurtres : Kadhafi, Khomeiny et les théocrates iraniens, le roi Hassan II, Félix Bongo, Le président tchétchène Ramzan Kadyrov ... Le cas ne Dubaï n'est pas une exception car tous ces leaders et gouvernements pré-cités ne se sont pas gênés pour exécuter des opposants en Europe.

Écrit par : demain | 23/02/2010

Cher Walter

C est facile de rester assis devant son PC et de donner son avis. Avez-vous visiter Israel une fois dans votre vie. Ce pays est en guerre et a affaire a des personnes qui n ont aucun respect de la vie. Avant de juger, allez voir ce qui se passe en Israel.

Écrit par : Uzi | 23/02/2010

Cher Uzi,

Je ne donne pas simplement mon avis, je pose une question sur un fait de société ; l'assassinat d'Etat doit-il être toléré ?

Et si en effet je ne connais pas la terre d'Israël, bien qu'ayant beaucoup voyagé, je ne porte aucun jugement sur ce pays, ni sur la situation qui gangrène cette région du monde. Le rapport Goldstone a déjà traité du sujet ;

http://fr.calameo.com/read/000071368501956ea9fa3

Écrit par : Walter SCHLECHTEN | 23/02/2010

Al-Mabhouh avait sûrement des droits (de l'homme) mais aussi des devoirs (de l'homme). Si j'ai bien compris, il est mort pour deux raisons:

a) Il a consacré une grande partie de sa vie à agir contre ses devoirs d'homme. C'est un assassin, fournisseur et soutien d'assassins, contre lequel la justice aurait dû agir.
b) Au lieu de l'en empêcher en le mettant à disposition de la justice pénale, Dubai et d'autres l'ont abrité de cette justice pénale. La solution judiciaire devenait innapplicable.

Israël, sa victime désignée (relire la charte du Hamas et ce qu'elle prévoit pour Israël) a procédé à une justice expéditive et extrajudiciaire. C'est hors la loi mais pas plus que la guerre qu'il menait.

Bon ben voilà.

A noter qu'en observant ce qui se passe au Liban avec le viol systématique, durable et déclaré de la résolution 1701 par le Hezbollah, il est probable que le règlement de ce viol ne se passe pas devant la justice des nations qui n'appliquent pas les règles qu'elles édictent elles-mêmes. A suivre...

Écrit par : gerardh | 23/02/2010

Merci pour votre article, vous soulevez un point très important, est ce que certains États sont plus puissants que d'autres? Pourquoi certains États subissent facilement l'embargo et non d'autres?

Est ce qu'on a le droit de commettre des crimes crapuleux en dehors de son territoire? Car la personne qui parle d'Israël et de sa défense nationale, je trouve que c'est hors propos.

Oui en effet, le rapport Goldstone a répondu à plusieurs questions.

La question est, pour quand la paix?

Écrit par : La Franchise | 23/02/2010

@La Franchise

Bonne question la Paix.

Pourriez-vous esquisser ce que vous estimez une paix juste pour la région ?

Écrit par : gerardh | 23/02/2010

Visiblement un élément a échappé à certain d'entre vous ! Deux membres du commandos sont Palestiniens, du FATAH de M. Abbas ! Ces deux personnes font partie des renseignements de la fameuse Force13 créée par Yasser Arafat ! Donc, le commando n'est pas exclusivement israélien (pour autant qu'il le soit) ! On retrouve donc ici, un intérêt du FATAH à éliminé certain membres du HAMAS, pourquoi ? L'une des explications possibles trouve sont épilogue lors de prise de Gaza par le Hamas en 2007 ou 370 fonctionnaires du FATAH ont été tué gratuitement par la direction du HAMAS. L'ONU a ordonné une enquête, bizarrement le HAMAS ne bouge pas !!

Écrit par : LIv | 23/02/2010

Que le Fatah veuille éliminer le Hamas c'est de bonne guerre. Comme dit ndes centaines des sympathisants et fonctionnaires du Fatah à Gaza ont été éliminés par les forces du Hamas. De nombreuses familles ont perdu un fils, un mari, un frère ou un mari et la vengeance entre palestinien doit être à son maximum. Lors de cette tuerie en 2007, peu de journalistes en Europe n'en a parlé et ce mutisme est évident une méconnaissance des médias européens sur la question palestinienne très compliquée et le fait que la propagande palestinienne ne fonctionne que sur l'émotionnel.

Écrit par : demain | 23/02/2010

Je crois que vous avez une guerre de retard:

http://abcnews.go.com/Politics/license-kill-intelligence-chief-us-american-terrorist/story?id=9740491

Evidement ça n'a pas fait l'objet du moindre entrefilet dans nos journaux...

Écrit par : AlexT | 23/02/2010

"Whether that American is involved in a group that is trying to attack us, whether that American has -- is a threat to other Americans. Those are the factors involved." Blair explained. "We don't target people for free speech. We target them for taking action that threatens Americans."

le sujet est complétement différent. le gouvernement américain s'attaque aux américains, whether that American, qui est un danger aux autres américains.

Écrit par : La Franchise | 23/02/2010

Liser "Theory of Justice" de John Rawls.

Surtout son chapitre/discussion au sujet des democraties face au intolerants (comme les membres du mouvement islamique hamas-qui n'est pas un mouvement de resistance national mais un mouvement de resistance islamique nuance i.e. les freres musulmans qui ravage l'Algerie, le Soundan etc).

En bref, comme tous modeles de democraties moderne base sur le model the Rawls, je dis ouis il faut etre intolerant face au intolerants islamiques pour le bien de tous.

Écrit par : droitdereponse1 | 23/02/2010

Bravo, Walter. Un texte très juste. Légitimer l'assassinat d'Etat, c'est légitimer l'assassinat tout court. Le reste relève de la position partisane.

Écrit par : Zorg | 24/02/2010

@Zorg. Légitimer l'assassinat d'Etat, c'est légitimer l'assassinat tout court... que penser alors des prises d'otages de civils, de touristes, d'hommes d'affaires commanditées par des Etats ou par des forces " partisanes" combattantes (Liban, Irak, Mali, Algérie, libye, Soudan.....) contre rançon ou libération de prisonniers qui sont tout aussi dévastateurs qu'un assassinat ?

Écrit par : demain | 24/02/2010

Mr. Walter SCHLECHTEN
Vous et certains blogeurs sur la TDG ont eu le courage à lancer ce sujet avec un regard différent par rapport à celui la presse "pro-israélienne"!
Je vous félicite pour l'objectivité de cet article.

Bien à vous.
M.F.

Écrit par : Mohamed Ftelina | 24/02/2010

@Carole Scheller. Mahmoud Abou Al-Mabhouh, l'un des principaux responsables militaires du Mouvement de la résistance islamique (Hamas)... Cette personne n'est pas monsieur-tout-le-monde en visite touristique à Dubaï. Par sa fonction, il a commis aussi des crimes de guerre comme des opérations militaires sur des civils israéliens, des liquidations de palestiniens en désaccord avec la politique du Hamas, etc... et le traduire devant un Cour de justice aurait été vain car l'Europe ne juge pas le Hamas comme un mouvement terroriste mais comme un mouvement de libération de la Palestine. Cela veut aussi dire que Dubaï qui accueille sur son territoire un des membres éminents du Hamas aurait dû pouvoir le protéger. Je vous rappelle que des opposants politiques ont aussi été assassinés en Europe sur ordre de gouvernement et que personne n'a pas osé réclamer la tête de Khomeiny, de Kadhafi ou d'autres leaders du Moyen-Orient.

Écrit par : demain | 24/02/2010

@M.Ftelina. ... lancer ce sujet avec un regard différent par rapport à celui la presse "pro-israélienne"! Il me semble qu'en Europe la presse défend des causes comme la Palestine, le Tibet ou encore la révolte des étudiants en Iran de manière plutôt favorable.

Écrit par : demain | 24/02/2010

oui c'est ça

Écrit par : La franchise | 24/02/2010

@ demain
Si, vous avez tout à fait raison!

Bien à vous!
M.F.

Écrit par : Mohamed Ftelina | 24/02/2010

Hier, 4 agents iraniens a détourné un avion de ligne pour capturer le chef de la Jund Allah, leur opposant. Cet homme est emprisonné et sera pendu.

De celui-ci, on ne parle pas...

Écrit par : gerardh | 24/02/2010

4 agents iraniens!
Il semble qu'ils portaient leurs propres Passeports!

Écrit par : MF | 24/02/2010

Les commentaires sont fermés.