14/12/2010

"La sécurité ce n'est pas une affaire d'homme ou de femme, mais de volonté politique", dixit Isabel Rochat, Conseillère d'Etat libérale.

Comme citoyen, je m'étais rendu le 24 septembre 2009 au soir, lors de la campagne électorale de Mme Rochat Isabel, en salle communale du Grand-Lancy, afin de découvrir mais surtout d'écouter cette candidate sur un sujet qui me tenait et qui me tient toujours à coeur, la sécurité.

Ce soir là, j'ai entendu parler de bandes de jeunes qui se réunissent et qui créent de l'insécurité, de groupes qui traînent dans nos préaux ou devant nos immeubles et qui qui créent de l'insécurité, de bandes de voyous qui venaient de France pour y commettre des délits, nourrissants eux aussi cette insécurité, d'une mendicité organisée qui explosait et que tout ceci n'était pas normal, qu'il fallait reprendre les choses en mains, changer de doctrine et appliquer une politique dite de "tolérance zéro", car il fallait que cela cesse.

J'avais trouvé ce discours très naïf, car il criminalisait les mendiants, sans véritablement énoncer les solutions possibles. J'avais trouvé ce discours naïf car il démontrait que pour une certaine classe politique, ce n'était pas les crimes et les délits qui créaient de l'insécurité, mais avant tout des rassemblements de jeunes, bruyants et bien souvent ivres.  J'avais trouvé ce discours très naïf, car les véritables problèmes liés à l'insécurité n'étaient pas abordés, pire encore ils n'étaient probablement pas envisagés alors. J'avais trouvé ce discours très naïf, car nous savons tous que la tolérance zéro n'est pas applicable en démocratie.

http://www.liberal-carouge.ch/pdf/FlyerA5.pdf

Néanmoins, depuis, j'ai voté, et j'ai suivi, comme tout bon citoyen, les résultats des modifications apportées par le pouvoir Exécutif.

http://www.liberal-ge.ch/nos-blogs/details/de/l-article/b...

Depuis, j'attendais que cette très forte volonté politique, aussi naïve qu'elle puisse avoir été, éclate au grand jour sous l'impulsion des responsabilités accordées, car il y avait urgence. Mais bien souvent, la naïveté rend l'urgence caduque et ouvre la route à l'essentiel, et pourtant.

http://www.isabelrochat.ch/

Un jour, hier il me semble, une femme a dit ; "La sécurité ce n'est pas une affaire d'homme ou de femme, mais de volonté politique".

Cette femme avait raison, malheureusement pour nous.

Walter Schlechten, habitant du canton de Genève.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.