31/12/2010

Chers lecteurs, recevez mes voeux les plus sincères pour l'année qui se présente à nous, sachant déjà qu'elle sera une source d'inspiration sur la blogosphère !

Photo 26.12.2010 108.jpg

12:58 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

27/12/2010

Lettre au Père Noël

Cher Père Noël

Si je t'écris une deuxième fois, c'est pour te dire que tu as oublié de passer dans ma maison des rêves

Pourtant je t'avais envoyé une première lettre, qui comportait tous mes voeux et mes souhaits

Je ne te demandais rien de bien de compliqué pour quelqu'un comme toi, juste de quoi améliorer le quotidien des miens

Mais visiblement tu as été trop occupé pour passer, pour traverser tous ces nuages, pour trouver le chemin de mon logis

Alors, si tu venais à faire un deuxième tour, je te redonne mes requêtes en espérant que tu puisses y accéder ;

- que l'orgueil disparaisse sur terre !

- que l'avarice disparaisse sur terre !

- que l'envie disparaisse sur terre !

- que la colère disparaisse sur terre !

- que la gourmandise disparaisse sur terre !

- que la luxure disparaisse sur terre !

- que la paresse disparaisse sur terre !

et apporte nous  ;

- la tempérance et le courage, 

- la prodigalité et l'humilité, 

- la charité et la générosité,

- la modestie et l'espérance,

- la justice et la foi !

Et si tu n'arrives pas à revenir cette année, et bien nous les enfants du monde continuerons à croire que l'homme ne va pas détruire cette terre nourricière et qu'il saura attendre encore une année que nos voeux et souhaits se réalisent enfin.

Mais pour nous aider, il faudrait simplement que tu déposes ma requête auprès de tout les hommes qui pratiquent la politique, juste pour qu'ils se souviennent qu'il sont eux aussi responsables de notre avenir, et que le Père Noël n'existe probablement pas !

Minet.

 

 

23:14 Publié dans Fiction, Politique, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

26/12/2010

Le candidat !

La fête de Noël est terminée, il n'y aura plus de cadeau, surtout au lendemain du réveillon et dans le cadre d'une année électorale. Nos communes vont se réveiller les premières et nos politiques sortir leurs arguments de choix pour passer, pour obtenir le droit de nous représenter, de jongler avec notre avenir, de décider de qui de quoi, juste pour nous laisser croire qu'un mieux vivre ici existe.

 

Car ce qui va être intéressant pour les municipales à venir, c'est que le candidat, s'il veut être présent le 17 avril, devra s'inquiéter avant le 13 mars des petites gens, du peuple, des pauvres, des familles à bas revenus, des personnes désocialisées, des jeunes sans avenir ou des vieux sans revenu, et de tous les autres qui ne veulent pas tomber dans ces problèmes où des gens aisés qui eux veulent des garanties politiques sur l'avenir du mieux vivre ici.

 

Le candidat devra donc aussi traiter de la mobilité privée et publique, de l'insécurité, de la violence, de la pollution urbaine, des nuisances suburbaines, du sport, des loisirs, des arts et des lettres, de l'environnement, des espaces verts, de l'avenir du mieux vivre ici.

 

Le candidat devra aussi parler argent, budgets, coûts, subventions, aides, salaires, loyers, dettes et investissements.

 

Le candidat pourra se frotter aux problèmes nationaux, comme le chômage, la hausse des coûts de la santé ou la diminution des prestations remboursées, de la monnaie euro qui dégringole et du franc suisse qui poursuit son envol, sujet pourtant hors compétences, même si une aide sociale communale de-ci de-là peut aider, voire tenter de compenser les carences cantonales ou nationales.

 

Le candidat devra surtout se battre contre ses adversaires, issus du peuple mais qui, par définition, auront l'obligation d'aborder les mêmes thèmes et qui, par convictions, devront les approcher autrement.

 

Ce sont ces rivalités là qui risquent de faire passer nos problèmes et nos soucis au deuxième plan, car cette campagne municipale sera probablement animée d'une lutte farouche, avec des attaques idéologiques mais probablement également personnelles, juste pour nuire, pour détruire, pour discréditer, combat interpartis qui risque aussi de se produire dans les sections, prémisses aux élections fédérales du 23 octobre 2011.

 

Les années électorales sont des années de promesses, les autres des saisons où les électeurs se retrouvent bien souvent seuls face à leurs problèmes, dans une société où le mieux vivre ici est devenu une utopie. L'avenir appartient à ceux qui sauront s'adapter, pas à celui qui veut revenir en arrière pour mieux sauter, car le développement durable, qu'il soit économique, écologique, sécuritaire, professionnel, familial ou personnel passe par une responsabilité individuelle, celle de voter pour des idées issues d'une analyse des erreurs du passé et créatrice d'un élan nouveau pour le développement sociétal.  

18/12/2010

Sécurité nationale et Schengen, quel est le véritable problème !

Ce fut en juin 1985 que vit le jour l'espace Schengen, avec cinq pays signataires pour ce premier accord qui promulguait l'ouverture des frontières. C'est en 1997, soit plus de dix ans après, que l'espace Schengen a été institutionnalisé à l'échelle européenne par le traité d'Amsterdam. Ce fut enfin le traité de Lisbonne de 2007, soit dix ans après, qui modifia les règles juridiques concernant l'espace Schengen, en renforçant la notion d'un "espace de liberté, de sécurité et de justice", par le biais d'un système communautaire.

Depuis, les pays signataires pratique une politique commune en ce qui concerne les visas et ont renforcé les contrôles aux frontières limitrophes de pays extérieurs à l'espace. Relevons que des contrôle temporaires aux frontières nationales peuvent néanmoins être mis en place s'ils s'avèrent nécessaires au maintien de l'ordre public ou de la sécurité territoriale.

La Suisse a ratifié ces accord en février 2008. Il aura donc fallu moins de trois ans pour que l'on se rende compte que l'application théorique de ces accords n'est pas en adéquation avec la situation géographique, économique et sécuritaire de notre pays. Certes des "contrôles temporaires aux frontières" ont été établis lors de l'Euro08, justifiés par un maintien de l'ordre nécessaire à la manifestation sportive, voire lors d'une ou deux petites conférences internationales, mais c'est tout.

Pourtant, il apparaît aujourd'hui évident que la libre circulation des personnes n'est pas en adéquation avec notre sécurité nationale, ne pouvant ainsi faire face à la criminalité importée. Nous ne pouvons plus nous permettre d'être un pays d'accueil pour tous et seulement de passage pour des bandes organisées qui ont su très rapidement utiliser les failles du système. Qui plus est à Genève qui dispose d'une situation particulière. Notre ville-canton se doit en effet de faire respecter les conditions d'entrée dans l'espace européen à travers son aéroport international, tout en acceptant d'ouvrir ses frontières géographiques à toutes les personnes se trouvant déjà dans ce même espace. La protection des intérêts communautaires est donc devenue plus importante que ceux du canton, de la région, du pays.

Il ne s'agit là pas de remettre en cause le principe de l'espace de Schengen, car il est vrai que l'échange d'informations et le système SIS sont une plus-value importante dans le cadre d'une coopération pénale et/ou judiciaire, en qualité de recherche et d'investigations, même si c'est probablement les pays limitrophes à la Suisse qui en bénéficient le plus à ce jour, mais il devient urgent, et sans offusquer nos voisins ou les États membres, de réintroduire, sous le motif de la sécurité nationale, le contrôle des personnes aux frontières et sur le territoire.

Genève doit en démontrer la volonté, la Confédération nous en donner les moyens !

Minet, habitant de La-Croix-de-Rozon !

 

17/12/2010

La police genevoise et les acteurs de la sécurité doivent devenir proactifs, car n'être que réactif n'est pas un signal fort de prévention, ni la réponse adéquate que l'autorité doit opposer aux délinquants !

  • La Tribune de Genève tire le signal d'alarme en ouvrant un débat sur la sécurité à Genève.
  • Le Matin tire le signal d'alarme en analysant la série noire de hold up commis à Genève.
  • L'Hebdo tire le signal d'alarme en dénonçant la mafia albanophone de Genève.
  • 20minutes ne cesse de relater tous les faits divers qui n'en sont plus à Genève.
  • Le Courrier s'inquiète même de la situation sécuritaire à Genève.
  • GHI tire le signal d'alarme au sujet des cambriolages et sur le fait que notre canton détient le record du plus haut taux de criminalité du pays.

 

Mais nous le savons tous, le sentiment d'insécurité n'est plus, nous vivons dans l'insécurité.

Et pourtant, politiquement on nous parle de bilan positif mais sans nous présenter les chiffres, les actes, les faits.

 

- Qui aujourd'hui ose prendre le bus, le tram, le train sans craindre de se faire voler un bagage ?

- Qui aujourd'hui ose se rendre dans un bancomat, un grand magasin, un restaurant, une discothèque ou les transports publics sans craindre de se faire voler un porte-monnaie ?

- Qui aujourd'hui ose quitter son domicile pour quelques heures, quelques jours, sans craindre de se faire cambrioler ?

- Qui aujourd'hui ose se rendre dans une banque, dans un change, dans un kiosque, dans une station service sans craindre de se retrouver au centre d'un braquage ?

- Qui aujourd'hui ose se promener dans nos parcs, dans nos rues, la nuit sans craindre d'être racketté, agressé ?

- Qui aujourd'hui ose laisser ses enfant, même adolescents, se rendre ne ville sans craindre qu'ils ne soient victimes d'un vol en bande ?

- Qui ose aujourd'hui laisser sa fille se rendre en discothèque sans craindre qu'elle ne se fasse agresser sexuellement suite à une mauvaise rencontre ?

- Qui ose aujourd'hui laisser sa voiture sans craindre qu'elle ne soit endommagée ou victime d'un vol par effraction ?

- Qui ose aujourd'hui acheter une voiture de luxe et puissante sans craindre d'être victime d'un car jacking ?

- Qui ose aujourd'hui dire à un ami qui vient à Genève qu'il ne risque rien ?

- Qui ose aujourd'hui dire que le bilan est positif ?

- Qui ose croire que nous sommes sur la bonne voie ?

- Qui ose dire qu'il faut enfin écouter les professionnels de la sécurité ?

- Qui ose dire qu'il faudra dix ans pour reprendre le terrain perdu en 5 ans ?

- Qui ose dire que les accords de Schengen et la libre circulation des personnes sont un échec cuisant ?

- Qui ose dire que ce n'est pas Détroit mais que ce n'est plus Genève, un monde en soi ?

- Qui ose prendre enfin des responsabilités face à la gangrène criminelle nourrie par la délinquance ?

- Qui ose montrer du doigt l'étranger, l'ethnie, le clan rattaché au crime organisé ?

- Qui ose dire que la plupart des ces problèmes sont liés à la misère sociale, au chômage, à la dépendance aux produits stupéfiants, ou à leurs trafics ?

- Qui ose dire que le mendiant au coin de la rue ne fait plus peur, il dérange et participe simplement au sentiment d'insécurité, sans plus ?

- Qui ose dire que les joueurs de bonneteau sont des voleurs organisés en bande et qu'ils nuisent au tourisme et à l'image de Genève ?

- Qui ose ?

- Qui osera ?

Je vous pose la question, car je me la pose aussi en ma qualité de citoyen et d'habitant du canton de Genève. Mon but n'est pas de donner des armes aux mouvements populistes, mais de donner des éléments de réponse à notre population avant qu'elle ne se résigne à la violence, car elle veut aujourd'hui que tout ceci cesse, ou tout le moins qu'un signal fort, politique, policier et judiciaire soit donné avant que la révolte ne devienne mauvaise conseillère, comme on peut déjà le constater dans certains pays de l'UE !  

J'oubliais, demain ne laissez pas votre voiture stationnée incorrectement, car là la sanction tomberait immédiatement par une amende d'ordre ou une dénonciation, un ordre républicain et une volonté d'éradiquer que nous voudrions aussi retrouver en nos rues face aux délinquants et autres criminels !

Minet.

 

 

 

01:10 Publié dans Culture, Economie, Genève, Histoire, Images, Médias, Politique, Région | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

14/12/2010

"La sécurité ce n'est pas une affaire d'homme ou de femme, mais de volonté politique", dixit Isabel Rochat, Conseillère d'Etat libérale.

Comme citoyen, je m'étais rendu le 24 septembre 2009 au soir, lors de la campagne électorale de Mme Rochat Isabel, en salle communale du Grand-Lancy, afin de découvrir mais surtout d'écouter cette candidate sur un sujet qui me tenait et qui me tient toujours à coeur, la sécurité.

Ce soir là, j'ai entendu parler de bandes de jeunes qui se réunissent et qui créent de l'insécurité, de groupes qui traînent dans nos préaux ou devant nos immeubles et qui qui créent de l'insécurité, de bandes de voyous qui venaient de France pour y commettre des délits, nourrissants eux aussi cette insécurité, d'une mendicité organisée qui explosait et que tout ceci n'était pas normal, qu'il fallait reprendre les choses en mains, changer de doctrine et appliquer une politique dite de "tolérance zéro", car il fallait que cela cesse.

J'avais trouvé ce discours très naïf, car il criminalisait les mendiants, sans véritablement énoncer les solutions possibles. J'avais trouvé ce discours naïf car il démontrait que pour une certaine classe politique, ce n'était pas les crimes et les délits qui créaient de l'insécurité, mais avant tout des rassemblements de jeunes, bruyants et bien souvent ivres.  J'avais trouvé ce discours très naïf, car les véritables problèmes liés à l'insécurité n'étaient pas abordés, pire encore ils n'étaient probablement pas envisagés alors. J'avais trouvé ce discours très naïf, car nous savons tous que la tolérance zéro n'est pas applicable en démocratie.

http://www.liberal-carouge.ch/pdf/FlyerA5.pdf

Néanmoins, depuis, j'ai voté, et j'ai suivi, comme tout bon citoyen, les résultats des modifications apportées par le pouvoir Exécutif.

http://www.liberal-ge.ch/nos-blogs/details/de/l-article/b...

Depuis, j'attendais que cette très forte volonté politique, aussi naïve qu'elle puisse avoir été, éclate au grand jour sous l'impulsion des responsabilités accordées, car il y avait urgence. Mais bien souvent, la naïveté rend l'urgence caduque et ouvre la route à l'essentiel, et pourtant.

http://www.isabelrochat.ch/

Un jour, hier il me semble, une femme a dit ; "La sécurité ce n'est pas une affaire d'homme ou de femme, mais de volonté politique".

Cette femme avait raison, malheureusement pour nous.

Walter Schlechten, habitant du canton de Genève.

 

 

 

11/12/2010

Budget 2011 : Le Conseil municipal de la ville de Genève vient de "vulgariser" la sécurité publique et la police de proximité, et acceptant dix postes d'agent de sécurité de prévention !

En acceptant ce jour la demande de la commission des finances de créer 10 postes d'agent de sécurité de prévention, une nouveau modèle d'éducateurs et/ou de médiateurs sociaux, qui plus est dans le département de M. MUGNY, le Conseil municipal a fait le mauvais choix, celui vulgariser la sécurité publique et la police de proximité.

L'acceptation d'un tel amendement est la porte ouverte dans un avenir proche à la création d'agents de sécurité municipaux de tous poils ;

- agent de sécurité de prévention des théâtres et bibliothèques

- agent de sécurité des droits civiques

- agent de sécurité des lacs et cours d'eau

- agent de sécurité de la salubrité et de la voirie

- agent de sécurité des transports publics

- agent de sécurité de la mobilité douce

- agent de sécurité des préaux et des écoles

- agent de sécurité des cortèges et autres manifestations

- agent de sécurité de lutte contre le bruit

- agent de sécurité des commerces et marchés

Je vous rappelle que la prévention, la médiation, tout comme la présence physique, dissuasive et éducative, sont aussi du ressort de la Police Municipale, première police de proximité en ville de Genève et dans les communes urbaines et suburbaines.

Il faut cesser avec ces idées incongrues, car à vouloir réinventer la roue on va finir par supprimer une autre roue au carrosse des institutions, celle de la crédibilité. Cette décision n'est pas judicieuse, elle ne correspond pas aux nécessités. Il faut enfin redéfinir les tâches, les missions, les fonctions de chacun, en évitant les doublons, les redondances, afin que tous les services travaillent enfin avec le même but, lutter contre l'insécurité, qui va des incivilités à la grande criminalité.

La sécurité est un sujet bien trop important pour que certain s'autorisent à jouer avec, comme le fait la gauche ce jour dans les débats liés au budget, ceci afin de sauver les apparences d'une incohérence politique qui demeure aussi l'une des raisons des échecs constatés à ce jour.

Il faut aussi cesser avec les reports de charges, Confédération-Cantons, Cantons-Communes, Communes-Départements à département, Départements-Associations etc. Certes, l'argent est le nerf des guerres en politiques, mais en matière de sécurité cette guerre ne doit pouvoir être gagnée par les voyous et autres truands. La ville de Genève ne se donne pas/plus aujourd'hui les moyens de ses ambitions.

Genève, un monde en soie, cela n'a jamais été aussi vrai ! Tout dépôt d'amendement, lors d'un vote d'un budget, devrait faire l'objet d'un argumentaire. La gauche péjore financièrement la sécurité, la voirie, la ville et le département de Pierre Maudet. Les électeurs jugeront car les déceptions suivront, soyez en certain.

Minet, habitant du canton de Genève, domicilié à La Croix-de-Rozon mais qui travaille sur la commune de la ville de Genève.

 

05/12/2010

Vivre à Genève en sécurité, "Yes we want it" !

C'est une démarche comme une autre, celle d'un citoyen qui en a marre ;

Marre de voter et de ne pas se retrouver dans les décisions prises.

Marre de voter et de ne pas retrouver les promesses tenues.

Marre de voir sa ville, son canton et sa région être gangrenés par la hausse de la criminalité, de la violence.

Marre de lire toutes les semaines des "faits divers" qui banalisent la violence.

Marre de rester en attente de décisions qui ne viendront pas avant les prochaines élections.

Marre d'observer tout ceci sans dire ce que nous voulons, alors, en créant un petit groupe sur Facebook, je lance un appel :

Que ceux qui en ont aussi marre que nous rejoignent ce groupe :

Pour que la sécurité de notre canton redevienne une priorité, pour l'avenir de nos enfants et pour l'image de Genève. Nos rues, nos trottoirs, nos parcs, nos écoles, nos immeubles, nos routes, nos champs, nos rives doivent retrouver le chemin de la sérénité d'un cadre de vie que nous avons connu et que nous voulons retrouver.

Vivre à Genève en sécurité, "Yes we want it" !

 Invitez vos amis, car un cri du coeur n'a jamais fait de mal à personne !