11/01/2011

Eric Zemmour est-il coupable de diffamation et de discrimination raciale, ou est-il la victime d’une France politiquement trop correcte qui n’ose pas se retourner sur ses erreurs dans le domaine de la naturalisation et du droit du sol ?

Célèbre journaliste et chroniqueur de Laurent Ruquier, Eric Zemmour, qui ne laisse personne indifférent, passe depuis ce jour devant le tribunal correctionnel de Paris. Pas de jeu de scène ou de grande envolée lyrique, juste un homme qui confirme ses propos, qui lui valent aujourd'hui les foudres et les plaintes des associations anti-racistes.

Il y a quelques mois, lors d'un débat télévisé mené face à Rokhaya Diallo, une militante anti-raciste et présidente de l'association Les invisibles, il avait déclaré : "Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que les plupart des trafiquants sont noirs et arabes... c'est un fait."

Selon lui, il n'y a pas eu dérapage et il a la ferme intention de se battre face à ses détracteurs en justice. Connaissant sa verve, nous ne doutons pas qu'il le fera avec éloquence. Mais il pourrait bien que ce trublion de la libre pensée devienne la « victime » d'une France politiquement trop correcte qui n'ose pas se retourner sur sa politique de naturalisation et du droit du sol appliqué, qui dit ceci : « Tout enfant né en France de parents étrangers acquiert la nationalité française à sa majorité si, à cette date, il a en France sa résidence et s'il a eu sa résidence habituelle en France pendant une période continue ou discontinue d'au moins cinq ans, depuis l'âge de onze ans. »

En Suisse, cette possibilité « directe » n'existe pas. La naturalisation facilitée est possible si l'un des parents est suisse (art. 25 à 31 et 58 RS 141.0) et il est dit ceci :

La naturalisation facilitée est accordée à condition que le requérant :

  • se soit intégré en Suisse;
  • se conforme à la législation suisse;
  • ne compromette pas la sécurité intérieure ou extérieure de la Suisse.

La naturalisation ordinaire existe aussi. Quiconque est résident en Suisse depuis douze ans peut dépooser une demande d'autorisation fédérale de naturalisation (art. 12 à 16 RS 141.0) et il est dit ceci :

Le candidat à la nationalité suisse doit déposer une demande auprès du canton ou de la commune. La nationalité suisse ne s'acquiert que par celui qui, après obtention de l'autorisation fédérale de naturalisation, est admis dans le droit de cité de la commune et du canton. La naturalisation n'est pas un droit : les cantons et les communes sont libres de fixer des conditions supplémentaires.

La naturalisation ordinaire est accordée à condition que le requérant :

  • réside depuis douze ans en Suisse (entre 10 et 20 ans, les années comptent double) dont trois au cours de cinq années qui précèdent la requête;
  • est intégré à la communauté suisse;
  • est accoutumé aux mœurs et aux usages suisses;
  • se conforme à l'ordre juridique suisse;
  • ne compromet pas la sûreté intérieure ou extérieure de la Suisse.

A ces donditions fédérales s'ajoutent les conditions cantonales et communales :

  • conditions de résidence;
  • conditions d'aptitude.

Il y a donc des différences importantes entre la France et la Suisse (réf ; Wikipédia).

On peut se demander ce qu'il adviendrait, si en Suisse, lors d'une émission telle qu'Infrarouge, un invité s'exclamait : « Les Suisses issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que les plupart des trafiquants sont noirs, arabe et albanais .. c'est un fait ».

Mais ces propos ne seront jamais tenus ainsi, car ce n'est pas, en Suisse, le reflet des réalités.

Par contre, qu'adviendrait-il si ce même invité déclarait : « Certaines ethnies  issues de l'immigration sont plus contrôlées que les autres parce que les plupart des trafiquants sont noirs, arabe ou albanais .. c'est un fait » ?

Je pose juste la question ?

21:41 Publié dans Culture, France, Histoire, Médias, Politique, Spiritualités, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Je regrette que l'on puisse garder une double nationalité lorsque l'on se naturalise. Plusieurs personnalités politiques sont dans ce cas et l'on se demande quel pays ils défendent..

Écrit par : Ivan Skyvol | 12/01/2011

Les faits sont les faits ... la mafia albanaise, libanaise et africaine tiennent le marché de la drogue en Suisse ... et les faits sont têtus !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 12/01/2011

Eric Zemmour est coupable de dire la vérité; coupable également d'interpréter avec justesse les statistiques et enfin coupable de faire une juste analyse de faits de société incontournables. Pour lui rabaisser le caquet, il suffit d'interdire les sondages et les statistiques que les politiques aiment ou n'aiment pas selon la ligne de pensée unique qu'ils doivent suivre à tous prix, même au détriment de la vérité zemmourienne. La force de ceux qui gouvernent n'est réellement que la faiblesse de ceux qui se laissent gouverner. Zemmour fait partie de celles et ceux qui tentent courageusement de dire la vérité, même si celle-ci n'est pas bonne à entendre.

Écrit par : lappal | 13/01/2011

Eric Zemmour est coupable de dire la vérité; coupable également d'interpréter avec justesse les statistiques et enfin coupable de faire une juste analyse de faits de société incontournables. Pour lui rabaisser le caquet, il suffit d'interdire les sondages et les statistiques que les politiques aiment ou n'aiment pas selon la ligne de pensée unique qu'ils doivent suivre à tous prix, même au détriment de la vérité zemmourienne. La force de ceux qui gouvernent n'est réellement que la faiblesse de ceux qui se laissent gouverner. Zemmour fait partie de ceux qui tentent courageusement de dire la vérité, même si celle-ci n'est pas bonne à entendre.

Écrit par : panaji | 13/01/2011

La France pratique une censure d'Etat (interdiction de statistique et de mentionner l'origine des personnes). Toutefois, ce n'est pas des interdictions de statistiques qui vont cacher la réalité des gens sur le terrain.
Le procès de M. Zemmour est une grave atteinte à la liberté : on veut le condamner pour "diffamation raciale" (sic!) avec pour raisonnement "Pas de statistique = Vos propos sont faux et, par conséquent, diffamant" : en gros on contraint toutes personnes à ne jamais aborder le sujet en raison de l'absence de statistique (interdite!), même si cela reflète la réalité "concrète".

Écrit par : Antipathique | 14/01/2011

Les commentaires sont fermés.