26/01/2011

"L'opération Figaro n'a pas généré de déplacement de la délinquance citée supra dans les quartiers voisins en Ville de Genève."

C'est donc cette petite phrase qui a mis le feu aux poudres dans nos médias et au quartier de Plainpalais depuis hier soir.

Tirée du communiqué de presse émis pour la conférence de presse du 25 courant du DSPE, cette affirmation accentuée par le soulignement (pas généré de déplacement ), ce qui ne pouvait pas l'être sans intention de la faire ressortir du texte, est forte en significations.

http://www.ge.ch/dspe/doc/news/communique-cp-2011-01-25.pdf

Premièrement on y devine le fait de vouloir rassurer.

- Rassurer la population et les habitants de la Ville de Genève, tout au moins les quartiers voisins à l'opération Figaro.

- Rassurer le monde politique de la Genève internationale et autres lobbies installés en Ville de Genève.

- Rassurer un parlement qui a voté de gros budgets pour les années à venir et qui reste en attente de résultats.

- Rassurer un pouvoir législatif qui se rend probablement compte de l'ampleur de la tâche qui l'attend.

 

Deuxièmement on y voit la volonté d'informer. 

- Informer la population des quartiers voisins, comme si cette précision se devait indispensable.

- Informer à quelques semaines d'élections municipales en ville de Genève où la droite à tout à y gagner, même sur le thème de la sécurité.

- Informer pour ne pas laisser croire que la désinformation existe, sous la bannière de cette transparence adoptée par le pouvoir législatif.

 

Troisièmement on y devine une justification.

- Justifier un engagement sans précédant sur la durée du personnel policier.

- Justifier l'action policière.

- Justifier le choix sectoriel de Figaro et ses priorités.

- Enfin justifier la fin de Figaro et l'ouverture d'un poste de police intégré.

 

Moi, comme citoyen du canton, je me suis aussi perdu à travers la lecture de cette petite phrase et de cette accentuation trop prononcée.

Elle sonnait faux, elle résonnait comme un prétexte pour éviter un aveu d'échec et de faiblesse face à la pauvreté des résultats obtenus, voire sur des dégâts collatéraux.

Elle a aussi interpellé rapidement les citoyens et les élus des communes suburbaines, qui eux ne peuvent pas s'imprégner des bénéfices de cette opération de police qu'ils craignaient à sa mise en oeuvre.

Elle a surtout réveillé une presse qui s'est précipitée sur cette petite phrase soulignée, qui ne demandait ainsi qu'à être surlignée en première lecture.

Walter Schlechten, habitant d'une commune suburbaine.

 

 

 

19:07 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

C'est extraordinaire, Bonfanti se met elle même une bonne note, et personne, chez les politiciens pour s'indigner!

Elle est protégée par qui?

Les francs maçons sans doute, puise-qu'ils dirige la justice dans cette ville!

Le procès en panne de la banque cantonale en est la preuve!

Une police inefficace, c'est aussi plus de police privée!

Quand à la délinquance elle est aujourd'hui partout, voles, deales, bonneteau!

Cette ville est l'exemplification de la totale incompétence politique!

Enfin j'ai peine à croire que personne n'en profite pour s'en mettre dans les poches!

Genèce c'est Berluscoland!

Écrit par : dominiquedegoumois | 26/01/2011

Et comme disent les tunisiens BONFANTI dégage!

Écrit par : dominiquedegoumois | 26/01/2011

Mais entendons-nous, comme citoyens, un discours hiérarchique ou un discours politique à travers les choix opérés ?

- Le poste de police intégré est issu d'une motion libérale, qui s'est traduite dans les faits à travers la Lpol.

- Figaro est issu d'une réaction politique suite au soulèvement des habitants des Pâquis.

- La politique globale de la lutte conte la drogue, véritable fléau de notre société, est réglée par les volontés sociales.

- La problématique des étrangers indésirables sur le territoire est issu de choix politiques en matière d'accueil, d'asile, de tolérance.

Les soucis d'effectifs rencontrés étaient le faits d'un manque d'investissements financiers lors des votes des budgets de fonctionnement.

Et enfin, la réorganisation de la Police à travers Phenix est visiblement une volonté politique, surtout en constant le peu de policiers de terrain qui sont englobés dans la réflexion et les travaux, tout comme la représentativité genevoise en matière de connaissances est .. insignifiante.

Le fusible est-il politique ou hiérarchique ?

Écrit par : Minet | 26/01/2011

Les commentaires sont fermés.