02/02/2011

Drôle de journée pour les deux élus libéraux du Conseil d'Etat genevois, l'une tente de sortir la tête de l'eau alors que le second est plongé dans un bain à bouillons !

Pas de doute, ce 2 février 2011 restera dans l'histoire du parti Libéral, et ceci par des événements radicalement opposés.

Acte I

Ce matin, Mme Rochat, Présidente du DSPE et Conseillère d'Etat libérale, offrait un discours qui se voulait visiblement déterminant lors de la prestation de serment des nouveaux policiers, qui se déroulait sur la Treille.

Il faut dire que la population genevoise attendait ces mots depuis forts longtemps, afin de connaître enfin de quelle détermination cette élue était faite face aux problèmes de sécurité. Visiblement elle a voulu recadrer, affirmer et imposer. S'il n'y avait pas la manière ni l'assistance attendue, il y avait les mots. Morceaux choisis ;

- "La prestation de serment de l’école de police est toujours un moment particulièrement important. Il l’est non seulement pour l’ensemble du corps de police, mais également pour moi, la Cheffe du département en charge de la sécurité."

"Moi, la Cheffe du département".

Immédiatement cette précision et la terminologie pour se décrire, en sa qualité de Présidente d'un département, comme Conseillère d'Etat, "moi, la Cheffe du département", comme s'il ne devait pas y avoir d'autre "Cheffe" dans ce département. Les mauvaises langues apprécieront, la hiérarchie de la police aussi. Moi, comme citoyen je me souviens de mon maître d'apprentissage qui m'avait servi un jour un "le Chef c'est moi, et personne d'autre".

Puis ;

- "Raison pour laquelle nous avons décidé de récompenser une telle initiative en créant une citation du mérite policier, visant à honorer les collaborateurs de la police qui auraient effectué un acte exceptionnel de bravoure. Une manière pour le Conseil d’Etat et la police genevoise d’exprimer sa reconnaissance, de manière tangible et prestigieuse, à l’égard de collaborateurs qui font figures de modèles pour l’ensemble de l’institution."

"Une manière pour le Conseil d'Etat et la police genevoise d'exprimer sa reconnaissance, de manière tangible et prestigieuse".

Là aussi, ces mots m'ont choqué, c'est comme entendre que l'employeur de nos policiers n'avait jamais exprimé, de manière tangible et prestigieuse, sa reconnaissance. Dans un corps de métier qui en manque depuis des années de reconnaissance, et après les tumultueuses réformes entamées par le Conseil d'Etat, c'est comme donner un sucre à celui que l'on vient de priver de dessert durant des mois.

Pas certain que la tangibilité de cette reconnaissance, qui est ni plus ni moins qu'une récompense au mérite, probablement juste avant de passer au salaire au mérite dans l'ensemble de l'Etat et dans quelques mois, ne soit suffisant pour gommer des années de frustration et les attaques salariales et sociales incessantes menées contre cette profession.

Visiblement, Mme Rochat avait besoin de dire qui était la Cheffe, de dire que l'Etat sait aussi dire merci, et que les sacrifices quotidiens demandé à nos pandores sont nécessaires. Pas certain que le message soit aussi bien passé que ça dans l'institution, ni que l'opération "reprise en mains du département et de la sécurité" soit convainquant pour nous citoyens.

Un fort sentiment que cette élue devait sortir la tête des eaux troubles dans lesquelles elle s'enfonçait. Un bol d'air qui ne sera probablement pas suffisant s'il n'est pas suivi de faits, de résultats et d'un suivi politique.

http://www.ge.ch/dspe/presse/welcome.asp?rubrique=discour...

Acte II

Ce soir, le journal en ligne 20minutes sortait un scoop et plaçait M. Mark Muller, élu libéral, Président du Conseil d'Etat genevois, chargé des constructions, dans la tourmente.

Un événement aussitôt repris par le grand Pascal, dont je vous invite à lire quelques lignes de son blog à ce sujet, et qui attend visiblement ce Conseiller d'Etat le pied ferme, demain matin sur OneFM :

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/

Aujourd'hui, 2 février 2011, nous avons l'impression qu'une élue libérale a tenté de sortir la tête de l'eau, alors que peu après son colistier se faisait lui submerger par un tsunami politique.

Ce soir, le Président des libéraux genevois doit avoir du vague à l'âme !

Walter SCHLECHTEN, habitant La Croix-de-Rozon.

21:22 Publié dans Culture, Genève, Médias, Politique, Région | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

A propos les uniformes des gendarmes sont-ils un modèle utilisé naguère par les gendarmes français ?

Merci pour votre réponse

Écrit par : Hypolithe | 03/02/2011

Au fait que pensez vous du remplacement des policiers par des sécuritas... ?

Écrit par : AlexT | 04/02/2011

Les commentaires sont fermés.