12/02/2011

Des mammouths et des hommes !

En politique, à Genève mais ailleurs aussi, ce sont bien souvent des mammouths qui se retrouvent élus et qui se voient confier les plus hautes responsabilités.

Le mammouth, c'est un animal imposant, que l'on voit de loin, muni d'une tête volumineuse, qui ne se déplace pas très vite mais qui a du poids. Il se caractérise aussi pas des défenses proéminentes et une très grande résistance au froid.

Il faut bien souvent un cataclysme pour atteindre un mammouth, lui nuire, voire l'anéantir. Ce n'est donc pas un "coup de froid" qui va le déstabiliser. Il restera campé là, sûr de sa force et de son poids, les défenses tournées vers l'ennemi, n'autorisant ainsi que des attaques lointaines.

De nos sept mammouths genevois, il y a ;

- l'ancêtre, le "Mammuthus Hileravus", le plus lourd mais aussi celui qui a l'air le plus robuste. Sans sa présence, ses six camarades de route se retrouveraient bien seuls. Il est aussi le guide, sachant ne pas trop dépenser pour passer les grands froids à venir. Il est sage même s'il sa trompe fume un peu trop souvent.

- le grand-père, le "Mammuthus Ungeravus", le plus poilu mais le plus précieux, car il garde un oeil avisé sur ses congénères. Il a passé de siècle et connaît les risques des maladies, c'est donc avec beaucoup d'assurance qu'il réorganise le troupeau. Discret il dispose d'un grand flegme, ce qui le rend aimable, même si ses défenses son probablement les plus longues.

- l'élu, le "Mammuthus Longchampius", le plus léger des mâles, mais le plus fin, le plus agile aussi, sachant dissimuler ses défenses pour mieux s'approcher du pouvoir. Il a du verbe et passe très bien en société, le poil toujour impeccable. Il a surtout été l'élu rapidement, il a grandi plus vite que les autres et est arrivé promptement au pouvoir. Il ressemble à un Chancelier, mais ne l'est pas. Il passe, sans vague, mais sans sans bruit aussi. La discrétion est une valeur sûre chez lui.

- Le gendre idéal, le "Mammuthus Mullerius", celui que l'on remarque dès qu'il arrive. Moins lourd que les anciens, il est le plus longiligne et dispose donc d'une très grande visibilité. Il est gourmand et veut prendre de la hauteur, sur les hauteurs. Sédentaire il construit, il a des projets, il veut changer le microcosme urbain. Mais il va probablement trop vite, il s'expose tout en étant le plus fragile, même avec des défenses argentées. Il devrait représenter l'avenir mais n'a pas encore assez de poids pour tracer la route. Résiste aux coups de froid, mais s'expose encore en s'approchant du ravin.

- Le prof, Le "Mammuthus Beeranis", en charge de l'éducation des plus jeunes, de la survie, de la mémoire de l'enseignement des anciens, de l'histoire et de l'avenir. Il aime les roses, n'est pas très agressif car n'aime pas les conflits. Il noie souvent les problèmes dans de longs discours qui ne trompent personne. Ses défenses sont d'ailleurs limitées car recourbées. Il semble bien souvent isolé et malgré sa grande taille passe inaperçu. Discret ou opaque ?

- La féline, Le "Mammuthus Rochatus", qui aimerait avoir des griffes pour défendre les siens, mais qui ne dispose que de petites défenses, qui ne trompent personne. Elle est arrivée tel un lynx qui bondi, propulsée, agile, mais nerveuse et si légère. Est souvent sous la protection des autres, l'ancêtre étant son pilier, mais devra prendre du poids pour rester, surtout si elle veut véritablement tenter de protéger ses congénères.

- La rieuse, Le "Mammuthus Künzlerus", très nature, le poil long et le verbe champêtre. De passage probablement, n'étant qu'un herbivore pas assez gourmand qui ne dévore pas tout sur son passage. La discrétion est aussi son talent, n'aimant probablement pas les mondanités réservées à d'autres. Trop légère, elle est pourtant bien protégée du froid par son expérience de vie. Ses défenses son abîmées mais peuvent encore blesser sans un écoquartier.

Quand je me retourne, je devine d'autres "Mammuthus", aussi différents les uns des autres, mais qui ont tous comme principal atout leur poids dans la société. Mais vous comme moi le savons bien, il ne suffit plus d'avoir du poids, il faut aussi des idées pour sauver notre territoire.

Heureusement pour eux, aucun cataclysme n'est envisagé avant deux ans, juste quelques coups de froid qui visiblement n'ont jamais fait de mal à personne.

Dans notre société, aujourd'hui plus qu'hier, il y a les Mammouths, et les hommes.

"Mammuthus Minetus".

 

Walter Schlechten, habitant de La-Croix-de-Rozon, plongé dans ses fouilles.

 

  

 

14:05 Publié dans Culture, Genève, Histoire, Humour, Médias, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Quand un enfant dessine, les mammouths sont toujours plus petits que nature, mais les puces sont toujours plus grandes. Pourquoi ? Parce que lui ne croit pas encore en cette puissance amphigourique faite d'hommes et femmes politiques sans réelles qualifications pour diriger des humains. Son autorité à lui, il l'a reconnaît très vite chez ses parents et auprès des personnes qui reflètent le vrai et la puissance intelligible. C'est bien plus tard qu'il dessinera le mammouth plus grand que la puce. Ce jour-là, il sera devenu adulte et les choses gigantesques ne le feront toujours pas rêver car il aura déjà pris conscience d'être enfermé dans cet univers qui va le mitonner à petit feu jusqu'à l'obéissance qui colle au modèle de notre société moderne. Heureusement, il pourra encore se révolter.....

Écrit par : lappal | 12/02/2011

Les commentaires sont fermés.