12/03/2011

Nos regards tournés vers le pays du soleil levant devraient nous apporter cette humilité que nous n'avons plus !

Il y a des événements dans une vie qui ne laissent pas, qui ne laissent plus indifférent.

 

Il y a eu le 11 septembre 2001, un choc énorme pour l'occident face à l'horreur et la cruauté  humaine. L'inconcevable devenait réalité, l'impensable devenait images, l'inimaginable devenait une réelle menace. Un peuple visé, un pays blessé, une agression physique et morale qui avait pourtant des précédents dans l'horreur.

 

La mémoire humaine garde au plus profond d'elle les horreurs du passé, où l'homme détruit l'homme, avec cruauté et bien au-delà des limites du supportable pour nos consciences.

 

Les ségrégations raciales, la Grande Guerre, la Shoah, Hiroshima et Nagasaki, des génocides et des camps de la mort dans bien des guerres, des crimes contre l'humanité et j'en oublie, pas par manque de respect, mais par ignorance.

 

L'homme ne maîtrise pas l'homme ni les éléments, Tchernobyl et les incidents dans sur les sites Seveso sont là pour nous le rappeler.

 

Il y a des événements dans une vie qui ne laissent pas, qui ne laissent plus indifférent.

 

En 1219 la rupture d'un barrage naturelle a dévasté la ville de Grenoble

 

En 1755 un tremblement de terre puis un tsunami détruisent Lisbonne

 

En 2004 un tremblement de terre puis un tsunami touchent la Thaïlande, la Malaisie, le Sri Lanka et l'Inde.

 

En 2010 un tremblement de terre ravage Haïti.

 

Il y a eu aussi Lothar, Katrina, Ewiniar, Nargis, Jeanne, et autres cyclones ou ouragans.

 

Il y a eu aussi les éruptions, le Vésuve, le Lakagigar, le mont Tambora, le Krakatoa, la montagne Pelée, le Nevado des Ruiz, Eyjafjoll et autres.

 

Il y eu aussi la météorite du cratère de Chicxulub, si loin, trop loin !

 

Mais depuis le 11 mars 2011, il y aura le tremblement de terre et le tsunami qui ont ravagé le Japon. Il y aura probablement une catastrophe nucléaire et sanitaire. On n'ose pas envisager le pire, mais la probabilité est là, bien présente, dictée par les forces de nature. Cette catastrophe vient d'entrer dans nos mémoires collectives.

 

Aujourd'hui, il y a un peuple courageux, solidaire, impressionnant, calme, qui fait face ces catastrophes, dans un pays où probablement le soleil levant n'aura plus jamais le même rayonnement dans le cœur des japonais. Ils méritent notre aide, et notre respect.

 

Walter Schlechten - Habitant La Croix-de-Rozon.   

Commentaires

La pilule indigeste de l'armée

INDÉLICATESSE
Hier matin, les habitants résidant près des centrales nucléaires ont reçu des comprimés d'iodure de potassium par courrier. Une procédure routinière mais très mal expliquée, puisque l'envoi ne comportait aucune information si ce n'est la mention: «Pharmacie de l'armée»

Surpris et même choqués, des Fribourgeois ont reçu hier matin une boîte de médicaments rouge et blanc par courrier. Contenu: 12 comprimés d'iodure de potassium. Sur l'emballage une mention: «Pharmacie de l'armée». Aucune lettre n'accompagne l'envoi.
A l'intérieur, une notice d'information indique que ces comprimés empêchent la concentration d'iode radioactif sur la glande thyroïde qui peut toucher toute personne habitant dans un rayon de 20 km d'une centrale nucléaire où se serait produit un incident grave, comme une fissure importante ou un danger d'émission de substances radioactives. «Normalement, vous avez reçu une feuille informative il y a quelques jours... Mais peut-être qu'il y a eu un problème avec certains envois à Fribourg», regrette un porte-parole de Swissmedic, l'institut suisse de produits thérapeutiques rattaché au Département fédéral de l'intérieur.
Car, après plusieurs coups de fil, on apprend que c'est cet institut qui a adressé près d'un million de boîtes aux habitants résidant aux abords d'une centrale nucléaire. Pour les Fribourgeois et les Bernois, il s'agit de celle de Mühleberg, la plus ancienne des 4 centrales de Suisse.
Pour des raisons que Swissmedic n'explique pas, une circulaire d'information a été envoyée à part et plusieurs jours avant. Et pour ceux qui l'ont reçue, l'info, noyée dans d'autres pubs, est souvent passée inaperçue... De nombreux habitants d'Argovie, Berne, Soleure, Vaud, Bâle-Campagne, Lucerne, Neuchâtel et Zurich en ont aussi fait les frais.
C'est donc en catimini et de manière catastrophique que l'opération a été lancée par Swissmedic, qui pense avoir été très clair en mettant un site à disposition, www.kaliumiodid.ch, et un numéro de téléphone, 0848 65 65 00 (pour ceux, bien sûr, qui ont reçu la circulaire)...
Chef au Service des affaires militaires et de la protection de la population de Fribourg, Daniel Papaux ne nie pas le problème. «Avec ce que vous me dites, je reconnais qu'il y a là un important déficit d'information. Les médias auraient dû être avisés et pouvoir se faire l'écho d'une telle opération.» Réaction partagée par le pharmacien cantonal, Jean a Marca, qui en profite pour préciser que le médicament, pris par exemple par erreur par un enfant, ne présente aucune dangerosité.
Et Daniel Papaux d'ajouter: «Ce type d'envoi a lieu tous les dix ans, mais c'est la première fois que Berne s'en occupe. Avant, ce sont les cantons qui remettaient ces comprimés à la population via les communes. Nous avions mis au point un concept valable qui donnait satisfaction. Là, nous allons effectuer uniquement les contrôles pour voir si tout a été bien distribué et pour récupérer les anciens stocks et les détruire.»

Écrit par : Corto | 12/03/2011

Les commentaires sont fermés.