13/03/2011

Première analyse naïve des résultats des élections municipales genevoises !

Ce n'est pas un tremblement de terre politique, mais un signal fort qui pourrait annoncer un séisme dans deux ans !

A travers une lecture rapide et naïve des résultats, ce qui me semble évident c'est que la population vient d'exiger que le paysage politique genevois change.

Visiblement, les électeurs veulent garder une droite, mais différente et moins traditionnelle, moins hautaine aussi, donc plus proche des problématiques sociétales. Une droite qui se pourrait bien être plus au centre qu'il n'y paraît. On reprochera à cette nouvelle droite d'être populiste, mais on ne peut pas lui reprocher de ne pas se pencher sur les véritables problèmes des genevois. Reste à celle-ci de prouver que la confiance placée en elle sera récompensée par des véritables projets pour le mieux vivre ensemble.

Le PLR paie le prix d'une fusion qui n'était pas aboutie.

Le PDC manque encore d'ambition dans les grandes villes urbaines.

L'UDC se cherche encore une identité romande.

Les Verts-Libéraux réussissent sur le canton un véritable exploit dans de petites communes si l'on connaît la genèse récente de ce parti.

Le MCG répond aux espérances d'une population excédée.

Visiblement les électeurs veulent aussi garder une gauche, mais plus agressive, plus identitaire, moins utopique et plus proche du social, des syndicats. Une gauche qui se pourrait elle être plus à gauche qu'avant. On reprochera à cette nouvelle tendance son côté anarchistes, contestataire, mais on ne pourra pas lui reprocher d'avoir osé, de s'est détachée d'un parti socialiste qui s'était lui trop éloigné des problèmes de la population, une gauche caviar qui ne plaît plus, qui ne sied plus. Reste à cette gauche identitaire de prouver qu'elle a sa place avec de véritables projets sociaux pour un mieux vivre ensemble.

Le parti Socialiste résiste grâce à ses têtes de liste, mais il n'a pas convaincu que le caviar n'est plus au menu.

Les Vers paient un angélisme et une certaine utopie d'un monde parfait où les difficultés sociétales doivent rester des priorités politiques.

Ensemble à gauche démontre qu'une politique plus agressive mais plus proche du peuple est viable comme alternative, avec un véritable discours de gauche.

Conclusions ;

Une droite redessinée, où les partis "traditionnels" devront composer avec les nouveaux venus.

Une gauche rescultée, où les partis "traditionnels" devront s'adapter avec le retour de valeurs anciennes. 

Reste les élus hors partis, qui prouvent qu'une véritable crise identitaire occupe le terrain politique à Genève.

Un canton un peu de gauche, un peu de droite, Genève, un monde en soie !

Walter Schlechten, habitant de La Croix-de-Rozon.

 

Commentaires

J'ai déjà vu des commentaires politiques de très mauvaise qualité, mais celui-ci est de loin le pire. Votre faculté de connaître et de comprendre la chose politique a de quoi faire sourire. Monsieur Minet de la Croix-de-Rozon, pour notre bien, il est temps de ranger votre crayon de l'école élémentaire et de quitter le bac à sable que la TG vous a aménagé pas beaucoup de complaisance.

Écrit par : GrandRire | 13/03/2011

GrandRire ;

Merci à vous de me lire et de me remettre sur le droit chemin, car je constate que vos lectures sont comme mes premières analyses, naïves !

W.S.

Écrit par : Walter Schlechten | 13/03/2011

On peut se demander si une bonne partie des policiers genevois e sont pas complice par leur inaction ? C'est quand même un peu gros, des grèves qui s'arrêtent un jour avant les élections !

si ce n'est pas un coup monter afin de faire remonter l'insécurité à un niveau politique ?

Écrit par : Corto | 14/03/2011

Corto,
Si tel en avait été le cas, soit un calcul électoraliste, se sont les Libéraux et le PLR qui en auraient été les bénéficiaires, sur la base d'un accord sécuritaire et la fin d'un conflit social. Tel n'est pas le cas à voir les résultats de dimanche, donc mauvaise pioche !

Écrit par : Walter Schlechten | 14/03/2011

Lisez ma dernière phrase, c'est sur ce constat qu'il faudrait critiquer mon commentaire !

Écrit par : Corto | 14/03/2011

Sortie du contexte de l'action syndicale, effectivement on peut en faire cette lecture, tout en sachant que les certitudes n'existent pas, plus, en politique, l'insécurité de l'obtention d'une majorité demeure elle lors de toutes les élections !

Écrit par : Minet | 15/03/2011

Je ne dis pas que la police ne devait pas entreprendre son action parce que des élections se pointaient, mais que ça devait peser dans la balance, c'est certain, c'était un moyen de faire pression sur les politiques, qui eux, ne pensent qu'en termes de suffrages, mais c'est de bonne guerre, l'autisme politique face à la problématique posée depuis belle lurette devait se confronter à un coup "bas", cela leur pendait au nez !
Et pour ma part, la police aurait dû fixer des objectifs nettement plus exigent face à la problématique dramatique.

Mais maintenant, il y a un autre problème, le pouvoir de la police et de la justice vis-à-vis de la situation sur le terrain, une prison surpeuplée ne peut pas faire des miracles, une conjoncture internationale induisant des phénomènes chaque jours inconnus, et pour finir une justice reculant devant les difficultés, faute de ces moyens et au milieu une police en contact avec un terrain toujours plus miné !

L'état serait-il en faillite ? Non, mais la Suisse et Genève ont changé de visage, insidieusement ne lésinent pas sur certains budgets sous couvert de contrats privés et pour les fonctionnaires répondants aux demandes de plus en plus pressantes, le niet des politiques, concernant la police, cela revient à dire ; que si vous êtes fortuné et que vous avez les moyens de vous offrir une milice privée, votre sécurité est garantie, mais que si vous n'avez pas les moyens pour recourir à ce type de prestations, vous devenez un citoyen de seconde zone, à Genève, pour une voiture de police que vous croisez, il y en a 5 qui roulent pour sociétés de milices privées !

Aussi, dans une entreprise de travaux-publics, des employés se font virés parce qu'ils travaillent trop !

Écrit par : Corto | 15/03/2011

Les commentaires sont fermés.