01/05/2011

Tourisme en Egypte, nous avons testé !

C'est au mois de novembre 2010 que nous avions réservé un voyage en Egypte, pour ces vacances de Pâques. Depuis, nous avons suivi les événements, écouté les recommandations du DFAE, observé les comportements des agences de voyage, pour décider enfin il y a six semaines de maintenir ce déplacement.

C'est donc à quatre adultes et une enfant que nous nous sommes rendus à Sharm El Sheikh. Certes, cette région touristique n'avait pas été touchée directement par les événements, même si l'information n'a jamais été très précise à l'époque des faits.

Que dire de cette semaine, de nos attentes et des résultats d'un séjour balnéaire presque ordinaire.

Premièrement nous nous attendions à un accueil bien plus chaleureux, plus soigné touristiquement, plus attentif, juste pour convaincre. Pour avoir déjà séjourné à deux autres reprises dans ce pays magnifique, rien n'a véritablement changé

Toute personne demeure un objet d'analyse, de surveillance, d'interrogation, de suspicion. La présence toujours aussi indiscrète des hommes des services de sécurité de l'Etat n'est pas le meilleur signe de bienvenue. Il y a cette agressivité du regard envers les occidentaux et la femme n'est toujours pas considérée. L'administration est toujours aussi lourde et hiérarchisée à tel point que l'on ne se retrouve jamais devant un responsable qui saura prendre une décision. On devine que d'importants changements sont intervenus, des têtes ont dû tomber et les personnes mises en place pas encore rodées à l'exercice. La présence armée, le long des routes et aux check point, est plus discrète qu'il y a dix ans, mais la marine elle est bien présente le long des côtes. Des hommes en armes gardent aussi les entrées d'hôtels la nuit.

Deuxièmement, on devine un pays qui tourne au ralenti avec des institutions précaires. Difficile voire impossible de faire du change en ville ou à l'hôtel, il faut impérativement si besoin est de faire cette opération à l'aéroport. Difficile voire impossible d'obtenir de véritables réponses sur la sécurité en rue ou lors des transports. Difficile voire impossible d'oublier que nous ne sommes là que pour déposer nos devises et repartir. La preuve en est que la clientèle russophone ou jordanienne est spécialement choyée, mais je ne crois pas que le tourisme égyptien peut se contenter de ces uniques richesses pour assurer l'avenir de sa profession.

La grande différence cette année est qu'un grand nombre de touristes européens qui nous accompagnaient on été déçus, tout comme nous.

Le soleil et la Mer Rouge étaient bien au rendez-vous, mais pas le peuple égyptien visiblement encore noyé dans la tourmente des événements, entre les fantômes d'hier et des incertitudes de demain.

Nous sommes arrivés ce soir à Genève, en ayant tenté de laisser ces quelques mauvais souvenirs au bord de la Mer Rouge, mais avec un goût amer, afin de pouvoir déposer un rayon de soleil en arrivant lundi matin au bureau.

 

IMG_9687.jpg

 

23:42 Publié dans Commerce, Culture, Economie, Loisirs, Monde, Politique, Solidarité, Suisse, Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Comment juger l'Egypte entiere en ayant juste pose vos valises a Sharm el Sheikh qui est loin d'etre representative de tout ce pays!
Tous les touristes qui viennent sur le Caire, Louxor, Assouan ont un accueil des plus chaleureux (cela a ete mon cas) tout est bien organise absolument rien a redire sinon que j'ai hate d'y retourner..... pourquoi en vouloir a un peuple qui a choisi de vivre en liberte et pour ce faire provoque une revolution?

Écrit par : Anne-Marie | 02/05/2011

Vous êtes drôle et votre article est un ramassis de mensonges. Je viens juste de rentrer de l'Egypte le 24 Avril pour être précise. J'y ai passé 9 jours de bonheur au Caire avec une descente du Nil.

J'ai pu changer l'argent facilement dans tous les coins des rues, je n'ai senti aucun regard haineux vis à vis des étrangers. Au contraire, les Egyptiens aiment les étrangers.

J'ajoute que je suis partie seule et n'ai fait partie d'aucun groupe, chose dont je me félicite maintenant, car me joindre à un groupe d'étrangers comme vous, qui partent avec des préjugés bien ancrés, ne m'aurait que dégoûté

Suivez mon conseil, n'allez plus dans des pays arabes, restez en occident où vous trouverez votre bonheur.

Mon amie Suisse qui a une agence de voyage à Genève spécialisée dans les voyages en Orient, a été à deux reprises en Egypte, en mois de Mars et Avril, et n'a rien constaté de ce que vous déblatérez. J’ajoute que sa fille suissesse habite depuis plus de 10 ans en Egypte, et a refusé de rentrer en Suisse pendant les manifestations car elle n’a senti aucun danger.

Vous manquez complétement d’empathie envers un peuple qui vit une crise majeure.

Écrit par : Fatima | 02/05/2011

Mon empathie a été de me rendre dans ce pays que j'aime, sans préjugé, et mon texte démontre que la qualité d'une offre touristique ne se résume pas au soleil, aux sites ou aux prix mais également à l'accueil !

Mon empathie va aussi à mes amis marocains touchés par l'horreur dans une ville où j'ai passé de merveilleux moments l'an dernier !

Alors Fatima, l'étranger qui vous dérange se dit que l'espoir de vivre en démocratie existe, mais il est trop tôt pour l'apercevoir !

Écrit par : Minet | 02/05/2011

Les commentaires sont fermés.