08/05/2011

Stéphane Guillon, ou la méchanceté au service de la liberté d’expression, et de la vengeance !

Samedi soir, théâtre du Léman, il y avait Dieu, les riches et les pauvres, DSK et BHL, les handicapés, les détenus de prison, les japonais irradiés, les morts et les vivants, il y avait surtout Stéphane Guillon et Nicolas Sarkozy.

 

Un duel à distance gagné haut la main par l'humoriste. Certes, la vengeance, à travers un spectacle nommé Liberté Surveillée, est un plat qui se mange froid, mais là le show était chaud.

 

Pas de langue de bois, ou si peu, et des attaques précises comme une décision ministérielle. On peut ne pas aimer son ennemi, mais de s'attaquer à la liberté d'expression, par des moyens de pression, n'aura pas été la plus maligne des décisions du Petit Nicolas. L'effet boomerang n'aura pas été long à attendre.

 

Le public, conquis par la victimisation de l'humoriste et comblé par sa prestation, a lui aussi vite choisi  son camp, même si une ou deux galéjades sont restées douteuses, dans l'ensemble personne ne souhaitait couper le micro du provocateur.

 

Un genre d'humour qui manque en Suisse, à Genève, où la Revue pourrait s'en inspirer pour rendre plus tranchant son spectacle prochain. Ne jamais oublier que l'on peut rire de tout, mais qu'il faut y mettre la manière.

 

Stéphane Guillon y est parvenu, sans compromission politique, sans retenue, laissant le rire prendre le dessus sur la gêne furtive du ressenti. Un humour rare et craint car si loin des banalités.

 

J'en veux pour preuve qu'en fin de spectacle, Guillon nous faisait remarquer que si son spectacle venait à durer nous raterions Eric Zemmour sur la 2. Belle provocation, sans savoir si les deux hommes s'apprécient assez pour un mariage mixte, même si Guillon le fait rire et que Zemmour adore son côté rebel. Selon lui, Guillon c'est un mutin de panurge, un curé de la nouvelle pensée dominante. J'adore l'image.

 

Et comme le dit si bien Eric Naulleau, de qui vient le véritable scandale, du messager de l'humour ou de celui qui est à l'origine de la mauvaise nouvelle.

 

A la sortie de ce spectacle, j'aime à dire qu'il ne faudrait jamais perdre sa liberté d'expression, mais juste son innocence. 

 

Minet

 

Commentaires

J'aime beaucoup le voir sur Canal+ ... à petite dose !

Écrit par : Victor Winteregg | 08/05/2011

Monsieur Le Policier - Libre Penseur .pourquoi ne pas profiter de ces belles soirées de l'avant été pour vous EVADER et ainsi tant que faire se peut commencer à mériter un tout petit peu ce à quoi vous souhaiter appartenir .La Libre Pensée . apprenez que cela procède de l'addition de deux mots Liberté et Pensée Beaucoup d'hommes ont souffert pour défendre ce statut et que faites-vous, vous vous vautrez devant le poste pour distribuer de bonnes ou mauvaises notes à des clowns de l'establishment médiatique. C'est pour le moins pitoyable et qui plus est insultant au regard de l'histoire des mouvements libertaires et anti-autoritaires que vous tentez maladroitement de vous coller.

Écrit par : briand | 08/05/2011

Cher Briand,

Sachez que je me suis évadé samedi soir au spectacle donné par cet humoriste chroniqueur de talent, sachez que je me suis évadé ce midi autour d'une bonne table en famille, sachez que je me suis encore évadé au stade de la Praille pour y voir Servette gagner, mais sachez aussi que ma liberté de pensée n'est que l'outil de ma liberté d'expression, que d'aucuns ont cherché à me supprimer, même dans notre démocratie, sachez encore que la maladresse, la faiblesse ou la moindre qualité de mes écrits ne sont que le résultat de mon apprentissage de l'écriture.

La route est encore longue pour moi, je le sais, mais le plaisir de disserter est si grand que même vos remarques n'y changeront rien, je garde la plume en main et les yeux ouvert sur notre société, avec une compassion que vous n'avez plus visiblement, vous qui devez être bien plus brillant que nous.

Bonne soirée à vous.

Minet.

Écrit par : Minet | 08/05/2011

Les commentaires sont fermés.