06/09/2011

Genève, et si le Chef de la police était élu par le peuple ?

Alors que nous sommes rattrapés par l'élection complémentaire d'un magistrat à la Cour des comptes, avec son lot d'alliances et d'attaques politiques, voire politiciennes, une idée me vient à l'esprit. Elle aurait d'ailleurs pu se retrouver dans les travaux de la Constituante, ce qui n'est pas le cas. Et si le Chef de la police était élu par le peuple !

Je m'explique. Je n'ai rien contre Mme Bonfanti, Cheffe de la police genevoise, mais visiblement ici ce n'est que le politique qui commande, qui décide, qui réorganise, qui donne le ton, qui affirme la doctrine, agir ou subir, réagir ou anticiper, ceci par le biais de Mme Rochat, Présidente du DSPE. Mais comme le relevait encore ce soir Christian Luscher sur le plateau du Grand Pascal, sa compagne de parti commet quelques anicroches au niveau de la communication, anicroches assez importantes que relevait le journaliste peu avant.

Avec une communication alléatoire, imprécise, opaque, parfois issue d'un effet de manche, nous citoyens du canton avons du mal à saisir les projets, les volontés, les objectifs, les intentions du Conseil d'Etat. Ce manque de clareté, pour ne pas dire clairvoyance, est accentué par les diverses déclarations effectuées par les professionnels du terrain, qui vont du pouvoir judiciaire aux cadres supérieurs de la police, en passant par des policiers de terrain ou des avocats chevronés. Quelques députés, aux faits des dossiers, ne manquent pas eux aussi de déposer leurs précisions, voire leurs interrogations.

On croit deviner alors que les décideurs, les politiques, le pouvoir exécutif en locurence, ne maîtrisent pas toutes les données des problèmes inhérents à la lutte contre l'insécurité. Les priorités des élus sont bien souvent dictées par un ressenti, un sentiment, une appréciation, une idée préconcue ou pire encore, un choix économique. Il manque à l'évidence la connaissance métier, l'apporche du terrain, la perception des réalités, celles de la population, des victimes, des lésés, et celles des forces de l'ordre et des responsables du suivi judiciaire.

Ce pouvoir judiciaire, qui se veut indépendant, reste lui aussi à quai, sous dépendance de choix politiques fédéraux qui ne sont pas les siens. Il doit alors appliquer la loi en étant limité dans ses propres choix, juste pour pouvoir décider de la sanction adéquate, appropriée, adaptée. Les jours amendes sont un échec, c'est reconnu, l'aspect préventif est insuffisant et l'action répressive inadaptée. Pourtant, ce même pouvoir judiciaire voit son patron, le Procureur général de la République, être élu par le peuple. Certes, là aussi les alliances politiques ou les majorités de circonstance font que, mais l'homme élu est alors représentatif du choix des électeurs.

Il n'aura pas carte blanche mais pourra appliquer, avec les moyens du bord, tout l'arsenal judiciaire à sa disposition pour mener sa tâche. Au niveau cantonal, le Procureur général demeure une référence. Il doit encore, tout comme ses confrères du pays, arriver à se faire entendre auprès de la Berne fédérale, des décideurs, de faiseurs de Suisses et de Lois.

Un Chef de la police élu par le peuple gagnerait en indépendance opérationnelle. Il se devrait aussi d'assumer ses choix, qui auraient des répercussions sur son bilan, mais il apporterait, sans pression politique, des solutions guidées par un seul objectif, rétablir la sécurité avec les moyens à sa disposition, mais sur la base d'un projet d'avenir.

Il aurait ainsi le poids, comme l'était à l'époque M. Jean-Robert Warynski, d'un huitième conseiller d'Etat mais qui lui ne serait pas guidé par des impératifs politiques, économiques, partisans, où en vue d'un combat d'idées à l'approche d'importantes élections, votations.

Une liberté obtenue qui peremetterait au Chef de la police de gérer ses troupes en ayant les connaissances métier, avec un seul impératif, celui de réussir et de réaliser ses objectifs, sinon le peuple trancherait aussi vite par retour des urnes. Un risque, mais c'est probablement le prix à payer pour obtenir une certaine liberté d'exercer, et d'agir immédiatement sans contrainte politique.

Walter Schlechten, habitant La Croix-de-Rozon.

 

 

 

 

 

21:58 Publié dans Associations, Culture, Genève, Histoire, Médias, Police, Politique, Région | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Monsieur Warinsky avait le poids d'un huitième conseiller d'état parce qu'il avait de l'autorité et du charisme.
Pour être un bon chef de la police il faut être un bon flic et savoir se faire respecter.
Se faire élire c'est autre chose. Par exemple: Berlusconi a du charisme mais n'est pas un bon flic (voir le contraire). Rochat est honnête mais pour ce qui est du charisme ? Widmer-Sclumpf a été élue par ses amis mais pas très honnêtement. Blocher aurait fait un bon flic mais on lui aurait reproché d'arrêter toujours les mêmes.
Je crois que le chef de la police et le conseiller d'état en charge de la police sont comme un équipage de rallye. Le flic conduit la voiture et le conseiller d'état lui dit la route et si le deuxième se trompe c'est le premier qui se plante.

Écrit par : L' Amer Royaume | 10/09/2011

Les commentaires sont fermés.