16/12/2011

L’irrespect face à l’usager ou quand le « tout mobilité douce » devient un anachronisme !

Bientôt une semaine que le nouveau réseau TPG est en place, tout comme le tram 14, mais la cacophonie des premiers jours perdure et la colère des usagers gronde.  De graves erreurs d’études de marché apparaissent, comme si aucune analyse des flux des voyageurs n’avait été effectuée, comme si les impératifs de la régie des transports étaient passés en priorité sur les besoins et les attentes des voyageurs, comme la mise en site propre de chaque ligne de tram ou les gestions horaires des chauffeurs et des intinéraires.

 

Là-dessus, Mme Künzler, ministre de tutelle des TPG et surtout de la mobilité, vient demander aux citoyens, donc à tous les usagers, d’être patients, d’attendre juin 2012 et que les conclusions de la mise en application dudit réseau soient tirées à la fin du premier semestre d'exploitation.

 

Une moquerie déguisée en discours innocent ou un irrespect total de la population, des usagers concernés, face à un échec qui s’annonce déjà comme cuisant au sujet de la politique du « tout mobilité douce » à Genève.

http://etat.geneve.ch/dt/SilverpeasWebFileServer/PMD_6_av...

La politique menée n’est pas la bonne, les choix opérés ne sont pas judicieux, la cartographie d’une mobilité nouvelle peu convaincante, les prestations des TPG insuffisantes face aux réelles attentes des usagers, et ce ne sont pas les travaux du CEVA qui vont apporter la sérénité attendue dans notre canton depuis dix ans sur un problème où seule une traversée de la rade peu venir résoudre les principales difficultés rencontrées et liées à la mobilité sur sol genevois, et de par-delà nos frontières.

Il faut dire stop à la multitude des projets et de l'offre, se poser la véritable question de la coordination de ceux-ci et de la capacité réelle de la DGM pour être pro-active dans un domaine qui se devrait pourtant d’être son fer de lance, où pour l’instant on ne devine qu’une vision étroite de l’avenir à travers des résultats proches de l’incompétence, de l’irrespect face aux attentes des usagers, de la population.

 

Walter Schlechten, habitant La Croix-de-Rozon.

 

Commentaires

La solution à la gabegie selon Mme KÜNZLER ? Donner la priorité absolue au tram... soit c'est de la bêtise pure et simple, soit on insulte l'intelligence du citoyen, ce qui n'est pas nouveau. Si on bloque le trafic motorisé pour laisser passer les trams, les trams sont bloqués aussi. A combien d'endroits les rails traversent ou partagent les voies de circulation ? Quand ces intégristes anti-voitures qui gangrènent la DGM seront enfin muselés, on arrivera à fluidifier le trafic. Pour mémoire, les investissements (plusieurs dizaines de millions) faits à l'époque pour coordonner les feux sur les grands axes (ondes vertes, boucles de comptage, caméras, etc)... Ces dispositifs ont été purement et simplement démontés ! Le but ? Rendre le trafic automobile plus lent, moins confortable, afin d'inciter les usagers à utiliser les TPG (source : ingénieur démissionnaire de la DGM). Or la fluidité automobile est obligatoirement liée à la fluidité des TPG, logique. Pas pour eux visiblement...
I
Trafic automobile fluidifié = transports publics plus efficaces et rapides = transports publics plus attractifs = hausse de la fréquentation = hausse des bénéfices = baisse des tarifs ou baisse de la participation de l'Etat = au final : baisse du trafic automobile, usager heureux, riverain heureux, contribuable heureux et écolo heureux... Mais allez expliquer ça à nos doux rêveurs utopistes qui ont fait de la mauvaise foi une véritable religion..

Écrit par : azragod | 16/12/2011

incroyable cette équation:

Trafic automobile fluidifié = transports publics plus efficaces et rapides

J'ai plus simple et à l'efficacité non conditionnée par des hypothèses non vérifiables (et non vérifiées):

plus aucune voiture particulière sauf habitants / exception payante et planifiée / livreurs / handicapés / secours = rue libérées, plus de klaxons = meilleur sommeil pour les habitants = meilleur forme le matin = sourire dans les transports en commun = disparition progressive et naturelle des facheux et autres peureux terrés dans leur tonne de ferraille.

Une traversée de la rade... mais on est pas déjà assez ridicule comme cela? (tram les plus lents du monde, festival du 4x4 permanent)

Écrit par : urgence | 16/12/2011

Ne sachant où se trouve la limite entre fiction et réalité, je vous fais tenir le petit message suivant. Désolé pour le retard.

" Parfois, l'existence nous renvoie cruellement à notre condition de petit
d'homme. En cette période de l'avent, je souhaite que votre coeur, qui
fait que vous êtes un homme, surmonte la dure épreuve qui vous touche et
que votre voeux le plus cher soit exhaussé."

Cedh, merci pour votre mot, sachant que la réalité est souvent bien plus cruelle que la fiction. Minet.

Écrit par : CEDH | 16/12/2011

Qu'espérer de plus si l'on songe a la maltraitance psychologique faite envers les facteurs? ou quand les humains doivent se plier en 4 pour honorer les machines ce qui était d'ailleurs prévisible,alors qu'avant c'est elles qui étaient au service des humains.Situation à peu près analogue avec 1914 ou la cadence infernale régnait mais pour d'autres raisons dans les Usines Renaud

Écrit par : elena | 16/12/2011

@ Urgence

Il ne s'agit pas de considérations personnelles invérifiables ! Il s'agit de réalité aussi vérifiable que logique que largement démontrée... et enseignée aux futurs ingénieurs de la circulation. Il me semble dès lors que cette "incroyable" équation ne soit plus si utopique.

Sérieusement réfléchissez trente secondes. Si on rétablit les ondes vertes, les feux coordonnés et intelligents en gérant les flux de manière globale, on fluidifie le trafic, c'est évident (et démontrable).

Un trafic fluidifié, ben c'est fluidifié pour tout le monde, y compris pour les transports publics, c'est également une évidence.

Mais tant que des politiciens et des services dédiés à gérer cette problématique partageront votre autophobie pathologique primaire, vos "solutions" totalement utopiques resteront absolument inapplicables dans le monde réel, le monde soumis aux limites des lois de la physique...

Nombre d'ingénieurs à la DGM ont démissionné à force d'être contraints à appliquer des mesures dont on sait qu'elles provoqueront une grosse dégradation de la situation, mais qui leur sont imposée par des cadres et magistrats qui nient totalement la réalité et dont le but AVOUE est de RALENTIR le trafic automobile. Ce qui précède, ce ne sont pas des considérations personnelles mais des témoignages d'un ancien ingénieur ayant démissionné, dégoûté d'être contraint à appliquer des mesures aussi absurdes qu'utopistes...

Écrit par : azragod | 16/12/2011

On attend que le commentaire de azragod ci-dessus soit contré par les solides arguments des responsables, s'ils le sont et qu'ils en ont. Sinon nous serons bien obligés de croire qu'il a raison, ce que notre intuition nous souffle déjà.

Écrit par : Mère-Grand | 16/12/2011

Je vous félicite, jolie tournure rhétorique à base d'ingénierie! ça fait sérieux.

Il suffit de sortir un peu dans le monde pour s'apercevoir que la voiture n'est plus une solution mais un problème partout et que là ou l'a vraiment enlevée, les centre ville sont redevenus vivants. Je dis "vraiment enlevée" et pas "empéchée d'avancer"... et les mêmes gens faisaient les mêmes discours, et les mêmes gens se sont tus...

C'est curieux comme on devient autophobe primaire facilement. Vous croyez que les gens dans les trams, à vélo et à pied n'ont pas de voitures? Dans mon couple, on en a deux et meme une moto!

Vu/entendu hier au quai du cheval blanc:
une dame de 50 ans arrive en vélo à l'approche d'un parking 2 roues. Une voiture plaque suisse stationne le long des emplacements... le vélo s'approche fait un signe... un autre... encore un... une autre dame 35 ans dans la voiture voit mais ne bouge pas... notre amie cycliste descend de vélo, s'approche de la fenetre, toque, la fenetre s'ouvre, je n'entends pas la dame en vélo, j'entends juste qu'elle s'exprime sans animosité, mais j'entends la réponse: "Si c'est demandé gentiment, je veux bien me déplacer".... pathétique venant de quelqu'un qui géne ostensiblement les autres usagers...

Je regrette l'attitude des autorités qui transforment les automobilistes en victimes.

Écrit par : urgence | 16/12/2011

Typique : un seul exemple d'impolitesse pour justifier un courant de pensée ayant provoqué la gagegie actuelle...

Alors je répondrai par un seul exemple également, voulez-vous ?

La route des Acacias est un axe de sortie de ville très important, étant une voie d'accés directe à l'autoroute. Les feux ne sont absolument pas coordonnés, le tram en site propre monopolise une voie de circulation et la genevoiserie suprême, les feux arbitraire et aléatoires dans les ronds-points ralentissent encore artificiellement le traffic sortant, sans parler de la gestion étrange des phases du carrefour de l'Etoile. Résultat : un bouchon aussi artificiel qu'inutile qui remonte quotidiennement jusqu'au pont de la Coulouvrenière, qui paralyse par voie de conséquence tous les axes adjacents. Sur le Bd Georges-Favon, le tram circule sur une voie de circulation. Au bd du Pont-d'Arve, le tram traverse deux voies de circulation, quotidiennement encombrées. Ce n'est qu'un seul exemple...

Écrit par : azragod | 16/12/2011

Je vous suis, alors une question si vous me permettez.

Il y a un P+R au bout de cette avenue. des trams. Ou vont les voitures qui empruntent ce Bd vers le centre ville et bloquent les tramways entre la plaine et le pont des acacias?

Plainpalais? il y a le tram.
Carouge ? idem
Cornavin? idem
Au delà direction Malagnou? on peut faire le tour de la ville très facilement et sans stress en dehors des heures de pointe.
Le lac et direction vaud? idem: contournement

Ma question donc j'y viens: Pourquoi donc pensez-vous que des voitures de pendulaires ont besoin de circuler sur cet axe?

Et en remarque: une onde verte pour accélérer l'écoulement? et si les voitures s'écoulent plus vite: que deviennent les piétons, les cyclistes, les trams... les protections sont inexistantes, heureusement donc que les voitures sont arrêtées en permanence, cela permet d'évoluer en presque sécurité. Il faut selon moi plus de P+R comme celui de Lancy-pont rouge qui est idéalement situé et beaucoup plus grands (et moins de parking d'entreprises en ville), et un péage urbain... investissements rentabilisables ceux là à contrario d'une traversée de la rade (est-ce que Marseilles ou Los Angeles construisent des autoroutes sur la mer?).

Écrit par : urgence | 16/12/2011

M. Schlechten a mis le doigt ou ça fait mal, bravo, ça fait plaisir à lire, toutes mes félicitaions.

@ urgence, vos commentaires sont intéressants, mais essayez de prendre plus de recul, vous verrez qu'azragod ne raconte pas n'importe quoi, même si l'équation me parait plus complexe.

Pour moi, la DGM porte effectivement des œillères depuis pas mal d'années, et si la question du développement des trams ne devrait à mon avis pas se poser, le dogme vert-rose du tout mobilité douce devrait par contre être sérieusement remis en question.

En effet, comment est-il défendable de demander à tous le monde de laisser sa voiture à la maison ou dans un P+R lorsqu'en parallèle la presque totalité des communes du canton, ville de Genève en tête (mais elle n'est de très loin pas seule en tête du peloton) s'oppose par tout les moyens possible à du logement pour ces personnes, qui sont dans les faits des travailleurs qui font pour la plus part partie de la classe moyenne (moyenne basse, moyenne sup, voir des gens aisés ...peu importe), ces derniers n'ont globalement pas toujours le choix, et la question pour ces gens qui sont les plus taxés revient à résoudre l'équation coût/temps/besoin 8coût c'est simple à comprendre; temps, parceque des gens se déplacent également durant la journée par exemple, et besoin ... rajoutez des enfants ou la nécessité de faire des courses ou autre...)

Faire des logements sociaux c'est bien, des villas c'est bien aussi, mais c'est obsolète actuellement. Développer l'économie du canton sans que les infrastructures ne suivent amène à la situation actuelle. Il ne devrait pas être possible d'imposer de la mobilité douce sur des axes ou la question du logement et de l'économie du quartier n'est pas posée et réglée clairement. Rajouter le dogme vert-rose du tout vélo revient à faire couler une fondue dans la gorge de quelqu'un qui a déjà une indigestion.

Cordialement, et encore bravo pour ce billet et votre blog en général.

Alfred

Écrit par : Alfred | 16/12/2011

Tout ce foin alors que nous somme à peine à quelques jours de la mise en place d'un total boulversement de notre réseau TPG pour lequel il faudra évidemment laisser un temps d'adaptation pour réaliser des ajustements.

Bref, ça beugle, ça beugle, mais dans un an, tout le monde l'aura oublié ce changement ... la seule chose qui restera, ce sont le bouchons et le fait qu'on se déplacer de toute façon plus vite en vélo qu'en voiture dans cette ville.

Écrit par : djinus | 16/12/2011

Les commentaires sont fermés.