04/03/2012

Lettre d'amour à mon père !

Il y a des épreuves dans la vie qui éloignent les gens, il y a des épreuves dans la vie qui rapprochent les familles.

 

Cette nuit va être courte pour nous tous car il y a un mois maman nous quittait, libérée d'un combat inégal face à la maladie, même armée du soutien du staff médical, même armée du courage d'une femme d'honneur, même armée de l'amour de ses proches.

 

Le plus vaillant des soldats tu auras été papa, discret et fidèle, disponible et serviable, doux et attentionné, solitaire et amoureux. De nous tous c'est toi qui portait l'espoir impossible de la guérison, tu voulais y croire, tu t'y raccrochais je pense, tu le souhaitais du plus profond de ton être j'en suis certain.

 

Aujourd'hui tu es là, tu souffres, tes nuits sont courtes et longs sont tes silences, mais tu es présent, si proche d'elle alors qu'elle s'éloigne tous les jours un peu plus de nous. Tu lui rends visite matin et soir, tu lui parles, tu échanges, tu partages ces instants intimes mais tu restes en attente de réponses qui ne viendront pas, qui ne viendront plus.

 

Ce que je peux te dire papa, c'est que maman nous a quitté en te tenant la main, comme pour te passer le témoin de la famille. Cette main tu as su la lui offrir dans ses derniers instants, paisiblement, calmement, lucidement, l'accompagner avec l'amour d'une vie, avec le courage de ne pas la laisser seule, de respecter une promesse déposée il y a fort longtemps probablement.

 

Toi aussi tu as fait preuve d'un courage incroyable papa, et ce matin encore, en ajustant sa tombe, en décorant ce monument éphémère, en t'occupant d'elle comme l'on soigne un malade à son chevet, tu lui apportes tout l'amour qu'un époux, qu'un mari, qu'un homme peut donner à une femme. La séparation est encore plus douloureuse quand l'amour est le ciment du couple et rien n'efface le manque.

 

A mon tour, après avoir eu la chance durant ces derniers mois de le dire à maman, je veux te dire papa que je t'aime, que l'on est très fier de toi, que tu es très courageux et qu'il n'est pas interdit de partager ses larmes, car le chagrin est avant tout une preuve d'amour, pas de faiblesse.

 

« On t'aime papa, courage »

 

Walter Schlechten, habitant La Croix-de-Rozon.

 

Maman1.jpg

 

 

22:16 Publié dans Femmes, Lettres, Solidarité, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Très émouvant! Je suis de tout cœur avec vous!

Écrit par : VERCELLINI | 05/03/2012

Les commentaires sont fermés.