11/07/2012

Pierre Maudet, la solution au problème ou les solutions aux problèmes ?

 

Le Tsar a été élu, il s'est vu propulser un peu plus vite que prévu sur le devant du trône cantonal. Le siège fédéral convoité devra donc patienter, car travail il y a ici pour ce jeune politicien qui a déjà fait ses classes, voire ses armes.

 

La question que je me pose depuis dix jours, en ma qualité d'électeur, est de savoir si Pierre Maudet apportera des solutions aux problèmes ou s'il est juste la solution au problème ?

 

Dans son dicastère municipal, cet homme a su trouver des micro-solutions aux problèmes relevés, de ceux qui pourrissent la vie de la population, sanitaires ou sécuritaires, voire incendiaires. Une politique de résolution des problèmes et pas un problème de résolution politique, j'apprécie.

 

J'ose croire que cette méthodologie est adaptée à la police genevoise et surtout aux attentes des habitants du canton, car ce sont eux les véritables baromètres sociétaux. Une approche en droite ligne de la proximité recherchée, attendue parfois, espérée souvent.

 

Nous ne tarderons pas à savoir si changement de cap il y aura, nous ne tarderons pas à deviner si les priorités sécuritaires prendront le dessus sur les obligations prises par d'autres et issues d'engagements politiques prioritaires émanant du siècle dernier, à savoir la réorganisation de la désorganisation émanant de l'organisation.

 

La population est pleine d'espoir, celui-ci s'est traduit le 17 juin par des voix nombreuses mais encore silencieuses. Décevoir autant d'électeurs serait un échec que Pierre Maudet ne peut se permettre, mais gageons qu'il le sait déjà et qu'il saura guider le département de la sécurité sur les chemins et à travers les batailles, de celles que l'on même pour un mieux vivre ensemble.

 

Walter Schlechten, habitant de La Croix-de-Rozon.

 

 

Maudet.jpg

 

 

Commentaires

Je pense que Pierre Maudet à justice et police est un petit pas dans la bonne direction. Le bonhomme a l'oreille attentive aux problèmes du terrain. C'est donc maintenant aussi au citoyen de la Croix-de-Rozon ou d'ailleurs, de lui susurrer les orientations les plus urgentes.
Mais, bon, c'est pas un ou dix citoyens de la Croix-de-Rozon supplémentaires qui vont changer les choses. Le président des policiers suisses a évoqué un manque de 15000 agents sur tout le territoire national. À moins de modifier le quart de l'effectif de l'armée en force de sécurité affectée à la sécurité des personnes et des biens, on n'y arrivera pas... Et comme c'est pas demain la veille que l'on créera une police ou une gendarmerie nationale équipée d'armes de combat... le banditisme crapuleux a encore de beaux jours devant lui.

Écrit par : petard | 11/07/2012

Les commentaires sont fermés.