08/10/2013

Le diable est sur la muraille, et maintenant on fait comment ?

Tout comme la population genevoise, j’ai accordé 20 % de mes voix au MCG. Comme la plupart de ces électeurs mon vote était un acte de protestation. Il était dirigé contre les partis gouvernementaux qui n’ont pas su trouver des solutions aux problèmes des résidents genevois.  

 

La dernière législature a en effet été marquée par les affaires, les "genfereï", et l’incurie du Conseil d’Etat, alors qu'une crise économique s'abattait sur l'Europe. Dans ce pouvoir exécutif, seul David Hiler a su tenir la baraque en tentant de juguler la dette étatique avec des budgets maîtrisés. Certes, la dernière année fut marquée par la présence emblématique de Pierre Maudet, fraîchement élu Conseiller d’Etat, mais cela est totalement insuffisant pour tirer un bilan positif des mandats écoulés.

 

Le Parlement, lui, s’est noyé tout seul au regard de la multitude des dossiers et la charge insurmontable des modifications législatives, ceci sans parler des travaux de la Constituante qui n’a pas osé déposer une véritable vision d’avenir constitutionnelle, se contentant de se satisfaire d'une vision du monde actuelle, mais si consensuelle.

 

Reste qu’un quinquennat va débuter avec une structure parlementaire inédite, constituée de sept partis qui pourraient représenter trois blocs, et encore rien n’est aussi certain tant la balance penche à droite. 

 

Aujourd’hui, les partis gouvernementaux genevois classiques doivent se rendre compte que l’émergence du MCG et la consolidation de l’UDC ne sont pas des épiphénomènes en lien avec la crise, mais bien de nouveaux outils politiques avec lesquels il faudra travailler.

 

Demeure que si la législature précédente n’a pas su trouver les solutions aux problèmes soulevés par la population genevoise, dans celle qui s’ouvre nos élus n'auront pas droit à l’erreur sachant que tous les partis doivent retrouver le bon sens politique nécessaire pour défendre leurs idées tout en ravalant leurs idéaux, leurs dogmes. C’est le prix à payer pour que des projets politiques aboutissent au profil d’une population qui ne se contentera plus de slogans ou de tronches de gendres idéaux.

 

La politique c’est avant tout avoir une véritable vision d’avenir pour la génération future, tout en améliorant aujourd’hui les problèmes structuraux reconnus, en instaurant les projets évolutifs nécessaires au mieux vivre ensemble.

 

Walter SCHLECHTEN, habitant de Perly.

 

Diable.jpg

Commentaires

Oui Walter, il y a eu des "affaires", certes. Et même une démission. Mais en même temps, comme vous le dites dans le même paragraphe, la crise s'abattait sur l'Europe. Ce qui est d'ailleurs faux: la crise s'abattait sur le monde entier !
Je ne sais pas si vous voyagez (enfin si, Ibiza, la Galice, München... Je ne connais pas un seul de vos collègue dans le monde qui puisse s'offrir ça en quelques semaines... ) mais moi oui, beaucoup et loin, cela fait partie de mon métier.
C'est clair: Partout ailleurs, même en Chine, la crise a fait bien plus de dégâts qu'à Genève !
Ce qui me pousse moi à penser que nos édiles ne se sont pas si mal débrouillés que ça.
Par ailleurs, croire que de fermer les écoutilles en se claquemurant aurait pu nous préserver de là-dite crise est une grave erreur.
La machine Genève est depuis bien des décennies lancée dans une course folle qui la rend entièrement dépendante de son ouverture à l'étranger, qui lui assure dans les 80 % de ses revenus et de ses approvisionnements. Or on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre sans donner quoi que ce soit en échange.
L'afflux de jeunes européens diplômés nous a aidé à rester non seulement compétitifs, mais dans les tout premiers de classe.
L'existence de loyers abordables et surtout disponibles en France voisine nous a permis de loger tout le monde et a permis à bien des Genevois d'accéder à la propriété en plus de se loger enfin correctement.
Même la prolifération des chantiers est une mesure gouvernementale concertée. Certains qui devaient être planifiés à plus long terme l'ont été plus rapidement, pour soutenir l'économie et l'emploi, dès le début de la crise en 2007, dans une logique anti-cyclique qui a porté ses fruits. Sans l'action de ce gouvernement et de celui qui l'a précédé, les choses auraient été bien pires.
Alors certes, les travaux en cours sont une calamité, mais de la fibre optique au CEVA en pasant par les trams, ils constituent justement ces infrastructures nouvelles qui demain nous seront utiles. Et si vous voulez repeindre votre salon, ben vous avez des peintres et des bâches et des odeurs dans votre salon...
Je suis d'accord, il aurait fallu aussi prévoir la traversée et s'arranger pour la financer. Espérons que les 5 ans qui viennent permettront vraiment d'avancer sur ce sujet, essentiel pour désengorger le centre ville.
Alors certes, toute gueule élastique qui se respecte se doit de râler bien fort, même si elle est d'origine valaisanne, fribourgeoise ou portugaise... Mais en dehors de respecter cette touchante et un peu envahissante tradition locale, qu'est-ce que les autorités auraient du faire pour faire mieux ?

Écrit par : Philippe Souaille | 08/10/2013

Je suis entièrement d’accord sur votre compréhension de la politique et la nécessité de gouverner en ayant une véritable vision à long terme pour notre canton.

Je ne comprends alors d’autant moins pourquoi vous avez choisi d’élire :

- Ceux qui critiquent sans arrêt sans rien proposer
- Ceux qui exploitent les frustrations des genevois pour exister
- Ceux qui ont besoin de boucs émissaires pour se faire mousser
- Ceux qui, en lieu et place d’un véritable programme, se contente de dire « Vous en avez marre, nous aussi » et autres « Institutions pourries »
- Ceux qui ont tout sauf la réputation d’être des personnes auxquelles on peut avoir entière confiance
- Ceux qui (pas folle la guêpe) n’ont même pas le courage de promettre de faire mieux que leurs prédécesseurs
- Ceux dont le comportement vis-à-vis de leur adversaire n’a d’égale que leur manque de respect
- bref Ceux à qui, 80 % des votants ne font pas confiance.

Certes, je généralise un peu et, comme ils ont gagné, en bon démocrate il ne me reste plus qu’à m'incliner.

Mais franchement votre choix comme celui de 20 % de la population m'apparait totalement incompréhensible… voir même intrépide.

Écrit par : Vincent | 08/10/2013

Il y avait un vert aux commandes des finances et ça marchait bien. Pourquoi diable (!) fustige-t-on ce parti? Il y a beaucoup à faire pour sauver la planète, on a franchement besoin d'une composante environnementale en politique, sinon, on va dans le mur. (Il fait froid dans le dos, ce lien sur le rapport IPCC: http://www.ipcc.ch/).

Écrit par : NIN.À.MAH | 08/10/2013

Je croyais naïvement que le vote de protestation était surtout le fait des électeurs français : ils ne votent pas "pour" mais "contre". Je constate que les Genevois sont assez français de ce point de vue et que la problématique des frontaliers devrait pouvoir se résoudre dans les meilleures conditions...

Personnellement je n'ai voté pour aucun des membres des partis UDC et MCG. Ce n'est pas parce qu'on se réclame du peuple à tout va qu'une fois au pouvoir ces partis vont faire le bonheur dudit peuple ! Il y a eu, dans les pays qui nous entourent, des précédents historiques fâcheux qui ont abouti à des résultats que les plus pessimistes n'auraient osé imaginé.

Quant à votre affirmation "Aujourd’hui, les partis gouvernementaux genevois classiques doivent se rendre compte que l’émergence du MCG et la consolidation de l’UDC ne sont pas des épiphénomènes en lien avec la crise, mais bien de nouveaux outils politiques avec lesquels il faudra travailler.", elle ne repose sur aucun argument susceptible de l'étayer. Nous avons une législature pour le vérifier.

C'est aussi la raison pour laquelle il faut absolument ne pas voter pour un parti mais pour des personnes appartenant à des formations où l'exigence "aligné couvert" aux ordres du parti est érigée en dogme presque religieux. Mission quasi impossible.

Aussi bien gardons-nous de donner notre voix à n'importe qui sous prétexte que ceux qui étaient en place ont ou auraient démérité.

Pour l'électeur, le choix est plus que cornélien. Mais je sais aussi que les électeurs votent pour les gens qui leur disent ce qu'ils ont envie d'entendre ! Et dans ce domaine les partis qui se réclament du peuple sont d'une redoutable efficacité bien qu'ils n'aient aucune solution autre que l'exclusion, le "yaka" et "yfokon" à proposer.

Écrit par : Michel Sommer | 08/10/2013

Vincent, votre prose est pathétique et absolument gratuite.

La population genevoise vote pour le MCG et ont choisi d’élire 20 députés :

- Car ils font des propositions que les autres refusent d'entendre, préférant la critique et le dénigrement depuis 8 ans

- Car les élus MCG n'exploitent pas les frustrations comme le font aujourd'hui les partis traditionnelles, mais prennent le temps d'écouter et comprendre les frustrations que subits quotidiennement la population à cause de vous, PDC-PLR-PS et VERTS, qui ne faite que regarder votre nombril et vos intérêts personnels afin d'exister.

- Eux qui n'ont pas peur d'entrer dans l'arène et y perdre la vie non pas pour les glorioles et autres avantages que vous PDC-PLR-PS et Verts vous accordez entre copain-coquin, non les élus MCG luttent pour le bien de la population.

- Eux qui ont un programme pour sortir de Genève du trou noir que vous PDC-PLR-PS et Verts l'avez stationné et que vous refuser de lire, de partager, et de mettre en application. La population genevoise vous remercie vous PDC-PLR-PS et Verts d'avoir fait en sorte que nos institutions deviennent pourries.

- Eux qui ont la réputation d'être des chevaliers, des Zorros, des Supermans au service des plus démunies et de l'ensemble de la population. Non pas comme vous, PDC, PLR, PS et VERTS dont vous cumuler les affaires.

- Eux qui ont le courage et la témérité de proposer et non promettre comme vous autres PDC-PLR-PS et Verts

- Eux qui font constamment insulter, violenter par leurs adversaires PDC-PLR-PD et vert dont le comportement vis-à-vis des élus MCG n’a d’égale que leur manque de respect

- bref Eux à qui, 20 % des votants SUR LES 41% de votant ont confiance

Vive le MCG, Vive Genève,

Ce qu est intrépide Vincent c'est de n'avoir pas voté pour le MCG et continuer à laisser le PDC-PLR-PS et Verts gouverner......

Écrit par : thierry | 08/10/2013

Thierry : Woaw quelle belle défense pour votre parti, limite émouvante.....

Quoi qu'il en soit, juste pour votre information, je ne suis ni PDC ni PLR ni PS ni même Verts, mais bon, l'important comme toujours avec le MCG c'est de trouver des boucs émissaires sur qui taper, quitte à se tromper de cible.

Tant que vous pouvez épancher votre rage et vos frustrations, finalement peu importe le flacon, tant qu'il y a l'ivresse.

Car c'est bien de cela qu'il s'agit non ? Si je vous ai bien lu et compris le MCG aurait donc été élu pour se venger des "riches et des puissants".

Cool, ça promet !

Écrit par : Vincent | 09/10/2013

Les commentaires sont fermés.