31/10/2013

Tristes élections, la politique genevoise s’est aseptisée constitutionnellement !

 

Tristes élections, issues d’une nouvelle constitution qui souhaitait améliorer la démocratie.

 

Tristes élections, où des listes électorales dissimulent les véritables enjeux sociétaux.

 

Tristes élections, où les qualités individuelles sont noyées dans des stratégies de partis.

 

Tristes élections, où aucun programme politique n’est proposé pour un avenir incertain.

 

Tristes élections, où le choix proposé en candidats est insuffisant, partisan, sclérosé.

 

Tristes élections, où la proximité politique furtive des stands vend un rêve utopique.

 

Tristes élections, où personne ne prend le taureau par les cornes pour guider Genève.

 

Tristes élections, où aucun n’ose peindre le diable économique sur la muraille.

 

Tristes élections, où les tissus sociaux sont délaissés  par la gauche des bobos.

 

Tristes élections, où aucune pression syndicale n’a émergé par manque de courage.

 

Tristes élections, où les conflits de personnes gagnent sur les conflits d’idéaux.

 

Tristes élections, où  le peuple sait que, peu importe les élus, rien ne changera durant cinqu ans, la conjoncture ne se prêtant pas à d’éventuelles améliorations, la crise étant encore bien présente alors que la relance attendue ne point pas à l’horizon.

 

Tristes élections, où j’ai voté pour :

 

Pierre Maudet pour son intelligence et sa véritable stature d’homme politique ;

 

Luc Barthassat pour son expérience fédérale et son approche agraire de la politique ;

 

Mauro Poggia pour son combat fédéral et son pragmatisme verbal politique ;

 

Serge Dal Busco pour sa force d’analyse et sa proximité politique avec les communes ;

 

François Longchamp pour son expérience des institutions et ses repères politiques ;

 

Anne Emery-Torracinta pour son combat de gauche et son courage politique ;

 

Eric Stauffer pour sa persévérance politique et son combat inégal face aux dogmes.

 

Tristes élections, où je n’ai pas voté pour :

 

Thierry Apotheloz qui n’a pas l’envergure, doit siéger au Grand Conseil pour s’aguerrir ;  

 

Antonio Hodgers qui abuse des dogmes et est profondément un gauchiste écologiste ;

 

Céline Amaudruz qui n’est pas prête, devrait siéger au Grand Conseil quelques années ;

 

Isabel Rochat qui n’a aucun bilan, néophyte elle a été broyée par la machine étatique.

 

Tristes élections, et pourtant, j’ai voté en mon âme et conscience en espérant un monde meilleur pour demain, tout en croyant que le Parlement sera lui travailler dans un seul but, éviter que Genève ne sombre économiquement, socialement, écologiquement, internationalement, politiquement.

 

Walter Schlechten, habitant de Perly.   

 

Urne.jpg

Commentaires

Triste choix où des voix sont portées sur personnalités aussi peu fiables qu’animées par un esprit de vengeance….inquiétant.

Triste blog où on a l’impression de vivre dans la pire région du monde.

Triste propos qui se veulent au dessus de la mêlée mais qui restent prudemment loin de toute implication.

Triste argumentaire truffé d’idées toutes faites et d’affirmations démagogiques….

Triste blogueur qui semble aussi pessimistes que résigné….

Triste, triste… etc. etc.

Écrit par : Vincent | 01/11/2013

d'autant plus triste, que je demande ici si cela est arrivé à d'autres suisses résidents hors zones cantonales:

Pourquoi n'ai-je jamais reçu mon matériel de vote pour ce second tour?, celui du 24 novembre m'étant arrivé depuis longtemps!.

Avis aux amateurs: Pas de problème pour moi, je me déplace et vote quand même.
Mais si cela concerne d'autres électeurs trop éloignés ou handicapés pour ce déplacer, cela pose la question de la rétention des courriers de votation.

Écrit par : pierre à feu | 01/11/2013

Quel concentré d'obséquiosité !

Bravo !!

Écrit par : Corto | 02/11/2013

Les commentaires sont fermés.