06/02/2014

L'approche policière revisitée !

Alors que je regarde « Des Paroles et des Actes » sur France2, avec comme invité Manuel Valls, je me surprends à poser une analyse policière globale.

 

Encore une fois, la police française est attaquée, désignée comme responsable de tous les maux, alors que la justice est curieusement épargnée. Des dérapages policiers inadmissibles sont utilisés comme des généralités, offrant ainsi tous les policiers à la vindicte journalistique et donc populaire. Analyse simpliste d’un problème bien plus global, plus important, plus grave, évaluation si peu crédible mais pourtant écoutée, assimilée, diffusée.

 

Depuis plusieurs années la police française est malade. Elle porte, comme bien des polices du monde, des stigmates structurels, professionnels, où le coaching et le débriefing ne sont pas encore considérés comme nécessaire pour des policiers qui sont devenus des éboueurs sociétaux, au carrefour de la misère, de la violence, de l’incompréhension parfois.

 

Au-delà des choix politiques, au-delà des doctrines hiérarchiques, au-delà des modifications sociétales, le policier demeure l’urgentiste qui se doit de s’adapter le plus rapidement possible. Malheureusement, les décideurs sont rarement les intervenants et les visions structurelles proposées sont souvent inadaptées.

 

L’image de la police est globalement satisfaisante pour plus de la moitié de la population française. Malheureusement, tout comme pour la délinquance, une minorité considère que la police se doit d’être la cible première pour affronter l’Etat et ses insuffisances, ses dysfonctionnements, comme si face à la crise le policier était le bouclier souffre-douleurs des trois pouvoirs, législatif, exécutif, judiciaire. Le policer, une cible désignée pour recevoir les coups de la colère, de la violence, de la haine parfois.  

 

Certes, l’action policière, dictée par des choix politiques, hiérarchiques, n’est pas toujours comprise. Elle se doit d’être expliquée mais surtout adaptée. Trop souvent l’Autorité confond la proximité de la police et la police de proximité. En l’état, ce sont pourtant deux approches diamétralement opposées. La première se veut, se doit d’être visible mais surtout répressive, en tentative de résolution de problème et basée sur un lien de défiance et d'autorité alors que la seconde se veut, se doit d’être préventive et participative, à travers la résolution des problèmes et basée sur un lien de confiance.

 

Il n’est pas simple de réussir une approche policière sociétale à qui la population accorderait à nouveau sa totale confiance, mais en France aujourd'hui c’est pourtant une obligation d’y parvenir. C’est justement à travers l’approche pratiquée par de nombreux policiers, qui agissement perpétuellement sous le sceau de la crainte, de la protection personnelle, de la vision permanente du danger que pourrait débuter un travail intéressant de reprogrammation. 

 

Au-delà de l’acte final policier, l’aide, l’information, l’accompagnement, le soutient, l’explication, la médiation, l’éducation, l’avertissement, la verbalisation, l’appréhension, l’arrestation, l’usage de la contrainte, c’est l’approche policière qui se doit de devenir une doctrine globale à travers un état d’esprit positif, ouvert, empathique et apaisant.

 

Certains me diront que l’autorité nécessaire en souffrirait. A ceux-ci je leur réponds que l’acte d’autorité n’est pas nécessairement toujours en lien avec la force, que l’acte d’autorité ne doit pas dans tous les cas être imposé mais qu’il se doit en tous les cas être compris, assimilé et digéré.

 

Une vision utopique dans un monde où la violence, sous toutes ses formes, ne cesse d’être en recrudescence. Une vision d’avenir pourtant proposée à un métier qui demeurera encore longtemps comme le premier partenaire de la population et qui ne doit plus être la cible privilégiée des déçus de la République. 

 

Walter SCHLECHTEN, habitant de Perly.  

Commentaires

Merci pour cet article, avec des journées pourries comme aujourd'hui, ton blog m'a bien occupé :-)

Écrit par : assurance auto | 16/02/2014

Les commentaires sont fermés.