13/12/2012

"Le prix de la liberté"

"J'ai 18 ans, je me prénomme Adriu et je vis dans la rue. Je suis originaire de Roumanie, mais ce pays qui m'a vu naître n'est pas le miens. J'y suis considéré comme un apatride, un moins que rien, même les chiens y sont mieux traités que moi.

 

Je suis arrivé à Lausanne il y a six semaines, suivi de compagnons d'infortune. Tous nous sommes venus en camionnette. Tous nous avons payé très cher ce voyage pour la Suisse, plus de mille Euros qui nous ont été avancés, plus de mille Euros que nous devons rendre, jour par jour, pièce par pièce. En cas de non paiement, c'est la sanction, les insultes, les menaces, les coups aussi.

 

Trois possibilités s’offrent à moi pour gagner de l'argent afin d'éteindre cette dette infernale. Sachant que je ne trouverai pas de travail ici, il me reste le vol, la mendicité ou la prostitution.

 

Je suis piètre voleur, pas discret pour un leu et donc incapable de jouer au gredin. La mendicité, je la laisse à nos femmes et aux plus jeunes, eux aussi doivent gagner leur vie et je ne veux pas leur enlever le pain de la bouche. Reste la prostitution, je m'y adonne depuis deux semaines.

 

Au début, je ne savais pas trop comment m'y prendre, ni où aller pour trouver des clients. Un jeune garçon prénommé Ion, qui vit à Lausanne depuis deux ans, m'a parrainé. Un système bien rôdé, un rituel connu et des pratiques reconnues. Les clients sont friands de nos prestations et nos tarifs sont plus bas que ceux des jeunes maghrébins.

 

La police, elle, se contente de chasser les voleurs, pas les "petites putes". Faut dire que si nous sommes visibles nous savons devenir discrets. Pas de racolage direct, pas d'esclandre, pas d'échange d'argent en rue. Le contact c'est le client qui le provoque. Un café par ci, un sandwich par là, on discute un peu et après on va chez lui généralement.

 

Ces hommes assez âgés sont seuls. Souvent ils n’ont plus de famille, ils ont été rejetés par celle-ci et par la société. Je vois dans leurs yeux qu’ils cherchent aussi de la tendresse, leur générosité en petits cadeaux en témoigne.

 

Ce n’est pas une vie, mais pour l’instant impossible pour moi de quitter ce cercle vicieux. En plus de l’argent que je dois rembourser, il me faut économiser pour le retour au pays, pour ma famille restée là-bas. Je pensais rester deux mois ici, mais mon séjour va durer le double au minimum.

 

Si j’ai honte … Honte de quoi, de vendre mon corps, de vivre en rue, de porter les vêtements des autres, de partager mon repas avec les miens, d’abuser de la générosité de mes clients .. Non .. J’ai juste honte que mon pays ne reconnaisse pas tous les droits qui nous sont dûs, à nous les Roms." 

 

Walter Schlechten, un habitant de La Croix-de-Rozon. 

22:41 Publié dans Fiction, Histoire, Monde, Politique, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

25/11/2012

Petite leçon d'humilité

« Ce matin, le docteur m’a expliqué que ma maladie était très grave, que ni lui ni la médecine ne pouvaient lutter contre et que le temps ne jouait pas en ma faveur. Il m’a encore raconté, en me parlant très doucement, comment cette même maladie allait m’enlever la vie dans les semaines qui arrivent.

 

Moi, je n’ai que huit ans, je ne suis qu’une petite fille qui n’a jamais demandé à tomber malade, je ne l’ai pas fait exprès d’ailleurs. Je n’ai rien fait pour et mes parents m’ont même dit que ce n’était de la faute à personne, que cette maladie était juste sournoise.

 

Je ne sais pas ce que veut dire sournoise, mais ce que je sais c’est que mon ventre et mon dos me font mal, que j’ai des migraines toutes les nuits, que je ne peux plus manger ce que je veux et que les repas qui me sont destinés à l’hôpital des enfants ne sont pas terribles. Je sais aussi que je maigris, que je perds du poids et que cela va continuer. Je risque même de perdre mes cheveux dans quelque temps selon la petite fille qui partage ma chambre.

 

L’autre jour, j’ai vu ma maman pleurer alors que les visites se terminaient. Elle venait de m’offrir les plus beaux sourires, les plus beaux je t’aime, les plus belles caresses. Elle voulait me rassurer et m'offrir tout son amour m’a expliqué le docteur mais moi je crois que c’est elle qu’elle voulait rassurer. Je ne veux pas voir mes parents tristes, je ne veux plus voir de larmes sur leurs joues, je ne veux plus qu’ils souffrent à cause de ma maladie et chaque fois qu’ils discutent avec les médecins.

 

Ce n’est pas simple pour eux de venir tous les jours à l’hôpital, papa travaille toute la journée et maman garde d'autres enfants à la maison, elle est maman de jour. C’est le métier que je rêvais de faire. Ils font tous les efforts du monde pour ne pas me laisser seule, ils veulent me montrer qu’ils ne m’abandonneront jamais. Je me rends bien compte que c’est très difficile pour eux, moi je suis malade, c’est normale que je souffre, mais eux ils ne méritent pas ça.

 

Dimanche papa m’a raconté une histoire avec un ange, un petit garçon qui est monté au ciel après un accident et qui est devenu le plus beau des anges gardiens. Je ne me souviens plus de la fin, mais je sais que moi aussi je veux suivre ce chemin, devenir un ange gardien pour aider, accompagner, surveiller, veiller sur mes parents et mes amis d’école. Depuis, je pense parfois que cette maladie est un miracle, elle va me permettre de monter au ciel et de devenir la plus belle des preuves d’amour, un ange de l’amour.

 

L’infirmière de nuit m’a aussi parlé de toi, ce Dieu que l’on ne voit jamais et qui ne répond pas à nos questions. Elle m’a affirmé que tu étais la solution à presque tous les problèmes et que bien souvent il suffisait de croire en cette possibilité pour que nos vœux se réalisent, avec la force de l’âme m’a-t-elle dit.

 

Alors ce soir, Dieu, je voudrais que tu arrêtes de faire souffrir mes parents, que tu stoppes la maladie qui me ronge, que tu nous libères tous de ce cauchemar qui fait pleurer les gens que j’aime. Donc ce soir, Dieu, je veux du plus profond de mon cœur que tu m’enlèves la vie, que tu me laisses m’envoler vers le ciel, te rencontrer peut-être mais surtout devenir cet ange gardien qui protègera mes parents, ma famille, mes amis, mes copains et copines d’école.   

 

Maintenant, je vais fermer les yeux de mon âme, m’endormir doucement et j’espère bien que tu seras alors plus fort que la maladie pour que tu puisses m’emporter et ainsi libérer des gens qui souffrent.

 

PS : Si par hasard tu n’as pas le temps cette nuit de t’occuper de moi, on peut réessayer demain soir, je pense que je dois pouvoir faire tourner en bourrique la maladie quelques heures de plus. »  

 

Walter Schlechten, un habitant de La Croix-de-Rozon. 

20:02 Publié dans Culture, Femmes, Fiction, Histoire, Images, Lettres, Solidarité, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

10/11/2012

"L'urgentiste anonyme"

"Nouvel appel, c’est le troisième accident de la route de la soirée. En ces nuits de pluie on sait que le risque est plus grand, que nous aurons plus de travail. Il nous est précisé qu’un scootériste est gravement blessé suite à une collision avec une voiture.

 

Sirène alternée et feu bleu, je fonce avec mon véhicule jaune fluorescent à travers la ville. L’important est d’arriver sur les lieux, pas de faire la course avec les secondes, donc je reste prudent. Ne pas avoir d’accident est ma priorité lors de ces conduites en urgence. Le toubib assis à mes côtés prend des informations par téléphone auprès du 117. Une patrouille de police est déjà sur place, elle sécurise les lieux et donne des informations utiles. La Brigade de sécurité routière a elle aussi été requise.

 

Nous y arrivons. En bas de la rue je devine tour à tour le feu bleu des gendarmes, des badauds trop curieux, une voiture accidentée, un deux-roues endommagé couché sur le flanc, un corps étendu, deux policiers qui tentent tant bien que mal de lui porter secours.

 

L’ambulance nous suivait, nous aurons ainsi tout sur place rapidement. C’est l’avantage du cardiomobile, une unité d’urgence indispensable pour tenter de sauver des vies.

 

Le stresse de la conduite laisse place aux gestes appris, aux réflex connus, au travail en équipe, au calme pour ne pas faire d’erreur. Le médecin prend les choses en main, avec sobriété, avec sérénité même. Il le faut, pour ne pas perdre de temps, pour ne pas perdre une vie. 

 

C’est un vilain trauma même si pas une goute de sang n’est visible. Le corps du blessé est secoué par des spasmes après être resté inanimé plusieurs minutes. Les policiers lui maintiennent les jambes et les bras. Etat de choc, réactions d’un système nerveux qui ne maitrise plus les gestes face à des douleurs inconnues. Première piqure pour le calmer, sinon nous n’arriverons pas à poser une perf, ni à l'intuber au moyen de la canule oro-pharyngée. Pour l'instant, je le ventile au moyen d'un masque avec Ambu. 

 

Tout est important pour nous, du bilan du médecin aux circonstances de l’accident, le lieu du choc, le point de chute, les dégâts sur le scooter, les dommages sur les vêtements du blessé ou sur son casque. On ne reconstitue pas un accident, on en constate les conséquences pour agir au plus près des nécessités. L’urgence ne laisse pas de répit, pas de seconde chance.

 

Quarante minutes d’un protocole qui se doit de s’adapter à l’imprévu, aux circonstances, aux besoins. Chacun sait ce qu’il doit faire, des gestes appris et répétés. Stabiliser un patient pour en assurer le transport au service des urgences. Ce soir encore nous y arriverons, sans certitude d’avoir sauvé une vie, juste celle d’avoir rendu réalisable cette possibilité.

 

Je suis infirmier, ambulancier spécialisé dans la médecine d’urgence, je suis conducteur du cardiomobile, je suis un urgentiste qui travaille au carrefour de la détresse humaine et qui aime la vie."

 

Walter Schlechten, un habitant de la Croix-de-Rozon. 

16/10/2012

Interpellation urgente écrite au Grand Conseil - IUE 1966 / 1


"Exercice de style"

 

Secrétariat du Grand Conseil           IUE 1966/1

 

Interpellation présentée par un habitant de la Croix-de-Rozon :

M. Walter Schlechten

 

Date de dépôt : 16 octobre 2012

 

 

Interpellation urgente écrite

Sécurité routière, il devient urgent de rendre obligatoire le port du gilet jaune pour les cyclistes, usagers de la route qui se retrouvent en danger des aurores à l’aube.  

 

 

Mesdames et

Messieurs les députés,

 

La politique menée par le Conseil d’Etat en matière de mobilité douce, soutenue par le Parlement, aspire à une diminution du parc automobile en Ville de Genève pour le trafic pendulaire et usuel.

 

On devine une ambition toute relative afin d’améliorer les prestations des TPG, et une autre incitative auprès de la population pour qu’elle adopte le cycle comme principal article de la mobilité douce préconisée.

 

Ainsi, le marché des deux-roues, motorisés ou pas, a explosé. Conséquences, l’offre de stationnement ne correspond déjà plus à cette mutation durable. Motos, scooters et cycles parsèment nos trottoirs. Les modifications comportementales attendues à travers l’abandon de la voiture se dessinent. Elles ont aussi des répercutions sur nos routes.

 

Pistes et bandes cyclables fleurissent, mais elles demeurent insuffisantes pour assurer la sécurité espérée aux cyclistes, usagers qui bien souvent ignorent l’obligation d’utilisation de ses sites.

 

Le véritable problème sécuritaire, soulevé par cette motion, est celui de la visibilité des deux-roues non motorisé et des cyclistes, surtout de nuit ou par mauvaise visibilité. Si les lois, les règlements et les ordonnances régissent l’équipement des cycles, les usagers eux ne sont soumis à aucune contrainte.

 

Pourtant, en matière de prévention et de conseils, il existe bien des artifices pour améliorer la visibilité des cyclistes ou de leur engin, mais nous nous devons d’admettre que seul le port du gilet jaune fluorescent représente une garantie suffisante. 

 

En effet, trop de citoyens, enfant ou adulte, circulent des aurores à l’aube sans prendre soin de s’assurer qu’ils sont visibles. Pire encore, nombreux sont ceux qui trouvent moyen d’être vêtus de sombre. Une mise en danger dont on ne saurait faire porter la responsabilité aux autres usagers de la route. Ceux-ci se doivent certes d’être prudents, d’être attentif, de faire preuve d’égards, mais pour cela faut il encore que le danger éventuel soit visible, identifiable.

 

Les amoureux de la petite reine, dont ceux qui ne voudront pas s’encombrer ou s’accoutrer d’un gilet jaune, argumenteront que l’amélioration des éclairages publics se doit d’être la première mesure entreprise. Celle-ci est complémentaire et fait déjà partie des aménagements envisagés, mais la responsabilisation de l’humain passe par l’acte personnel, individuel, sécuritaire et pratique.


Dans le mieux vivre ensemble il y a aussi le mieux circuler ensemble. Afin de réaliser cet objectif, chacun doit prendre ses responsabilités, l’Etat, les usagers motorisés de la route et les cyclistes.

 

Afin d’assurer la sécurité des cyclistes, il devient urgent, au niveau cantonal, de rendre obligatoire le port du gilet jaune fluorescent pour cette catégorie d’usager, de la tombée de la nuit au levé du jour, ainsi que par conditions météorologiques engendrant une mauvaise visibilité. Nos élus, à qui s’adresse cette interpellation, sauront-t-il prendre toute la mesure de cette urgence ?

14/10/2012

Hommage à Gilles Duchoud, dit "Gillou"

Gillou, mon Gillou, toi le dernier flic à l'ancienne, le poète du bitume, l'ours au grand coeur, toi qui donnais des baffes à la vie et des noms d'oiseux aux cons, là tu ne nous fais plus rire, bien au contraire. Ton départ est prématuré et le fruit d'une grande injustice. 

 

Dans la vie, il y a ceux dont on se souviendra, et il y a ceux que l'on n'oubliera jamais. Toi, tu fais partie des deux car on se souviendra de toi éternellement et jamais nous n'oublierons tous les bons moments partagés, en rue ou à table. 

 

Tu soignais rarement la présentation, mais tu accordais énormément de valeur à la qualité des produits, au goût et aux saveurs de la vie. Tu auras été mon dernier chef de groupe à Rive, que de souvenirs engendrés, que de rires partagés, que de soucis éliminés, que d’histoires de comptoir échangées.  

 

Tu étais devenu une légende urbaine. Un homme brut de décoffrage mais doté d’une très grande sensibilité envers tes amis, tes collègues et tes proches. Ceux qui se faisaient appeler « sculpteur de nuages, marchand de brouillard, professeur de chant pour oiseaux » sont orphelins ce matin, et nous en deuil.

 

Alors, mon Gillou, quand au détour d’un songe tu reviendras nous voir, peux-tu s’il te plaît distribuer quelques tirades aux vivants qui nous pourrissent la vie, juste pour qu’ils se souviennent que Gillou veille sur nous, juste pour tes anecdotes continuent à nous faire dire que tu étais un type incroyable.

 

Là, nous sommes tristes à cause de toi, je te déteste ce matin, même si je sais que tu as bouffé la vie comme on dévore un succulent repas, sans en perdre une miette. Visiblement, tu n'avais plus la place pour le dessert de la retraite. 

 

C’est à son épouse, à ses enfants, à ses proches, à ses amis, à ses collègues dans la peine et la douleur que je souhaite faire savoir que mon amitié vous accompagne dans cette épreuve. Du fond du cœur, je vous exprime mes plus sincères condoléances.

 

A toi Gillou, je te dis adieu mon ami.

 

Walter Schlechten, habitant de La Croix-de-Rozon

 

Rose noire 1.jpg

16:22 Publié dans Amis - Amies, Genève, Lettres, Police, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

08/10/2012

Hommage à Monique Stadlmayer

Mon cœur est triste ce soir, cette saloperie de maladie a emporté une belle personne. Une injustice de plus qui a frappé une femme souriante, dévouée, engagée et courageuse. Ta lutte contre la maladie a été longue, si longue. De plus, tu n’as pas été épargnée par les embûches de la vie, ton compagnon t’ayant été arraché sans prévenir. Ce soir je sais que tu as rejoins l’homme que tu aimais, ce soir je sais que tu ne souffres plus, ce soir je te sais sereine. 

C’est à mon arrivée à l’UPCP que nous avons fait connaissance, toi la grande et moi le petit. Tu avais l’expérience du comité, l’expérience des négociations contractuelles, l’expérience de la vie aussi. Ton parcours professionnel n’a pas été simple car tu en voulais, comme si tu avais perpétuellement cherché à être l’égal de l’homme dans cette profession masculine. Pourtant, à travers tes combats, tous tes combats, tu as été bien plus forte que bien des hommes.

C’est souvent une leçon de vie que tu nous donnais en nous rappelant des principes élémentaires. Tu n’oubliais jamais les malades et ceux touchés par le malheur dans nos corporations. Nombreux sont ceux et celles qui ont reçu ta visite, avec cette empathie et ce sourire qui te caractérisaient si bien. Tu savais aussi remettre les chics-molles en place, avec toi il ne fallait pas se plaindre pour rien, il fallait lutter, il fallait avancer sans rien attendre des autres.

Tu n’étais pas religieusement croyante, il me semble, mais tu aimais à croire que l’esprit humain avait la force de, le pouvoir de, si la volonté était là. Je me rappelle de cette discussion où nous avions parlé de ta maladie, je t'avais offert mon écoute mais tu avais déjà cette conviction profonde que la solution était là, juste au dessus de ta tête, à travers cet esprit, cette âme, telle une présence, une puissance capable de tout qui émane de nous et qui ne vient pas d’ailleurs.

Ton sourire et ton regard pétillant étaient une lumière perpétuelle pour nous, tout comme tes coups de gueule étaient redoutables, redoutés. Tu es la première femme que j’ai connue qui voulait se battre comme un homme, avec les mots, avec force, avec une présence physique qui démontrait ton engagement, tout en gardant cette sensibilité féminine. 

Pour ces quelques années partagées avec toi, pas toujours dans la bonne humeur mais noyées dans la franchise, je te dis merci ce soir. Tu sais, je ne savais pas que tu étais au Chuv, sinon je serais venu te dire au revoir, comme toi tu l'as fait pour bon nombre de nos malades à qui tu rendais visite. Tu méritais mon amitié, tu méritais cet au revoir. 

Repose en paix Monique, toi qui pensais qu'il y avait quelque chose de positif qui émanait de l'humain, une force sans nom, sans visage, et bien elle est  si présente en ce jour de deuil qu’elle nous accompagne à travers notre chagrin, comme si tu étais encore là. 

Tu resteras à jamais en nos cœurs, comme une femme d’exception qui voulait aller au bout de ses rêves. Que ceux-ci soient exhaussés là où tu reposes, car la souffrance n’est plus ton quotidien, car la maladie n’est plus le seul chemin, car la paix est en toi revenue.

 

Avec sincérité et toute mon amitié, je te dis adieu Monique.

 

Walter Schlechten, habitant de La Croix-de-Rozon

Ancien président de l’UPCP

 

rose noire2.jpg

21:02 Publié dans Amis - Amies, Culture, Femmes, Histoire, Lettres, Police, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

07/10/2012

Constitution : dire non serait un acte profondément démocratique !

Depuis quelques jours, des citoyens influents favorables au projet de constitution sortent du bois. Il faut dire qu’ils ont vu de quel bois se chauffent les opposants, décriant le projet de toutes flammes, arguments révélateurs pointés au tisonnier.

 

La crainte, la peur, de voir échouer ce projet est grande. A travers un tel échec, que de gens d’esprits remis en cause, que d’heures gaspillées pour des consensus, que d’agent dépensé pour un projet sans ambition, sans mémoire, sans fondamentaux surtout.

 

Un refus, un rejet du projet de constitution serait une "Genfereï" de plus, certes mais il serait surtout un échec individuel, personnel, démocratique de la Constituante. J’y devine alors une mauvaise lecture qui a été faite de l’environnement sociétal qui nous accompagne, qui nous guide, qui nous fait avancer, et  une méconnaissance des responsabilités fondamentales qui sont les nôtres, qui sont les vôtres face à l’avenir.

 

Lors de l’élection des membres qui composent celle-ci, j’avais pourtant pris le soin de panacher mon bulletin de vote. Des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, de gauche, du centre, de droite, décelant des jeunes loups innovants et téméraires où des chefs de meute, mémoires vivantes et garants de nos valeurs, de nos repères sociétaux, de notre histoire. Un espoir fou que ces générations sauraient se rencontrer, fusionner. 

 

Le résultat est tout autre. Un report massif des responsabilités sur l’Etat à travers un catalogue démuni de nos valeurs et de nos repères historiques, démuni d’ambition et du mieux vivre ensemble, une énumération des différences qui ne fait que les stigmatiser, comme si justification il devait y avoir pour les valoriser.

 

La constitution doit représenter les droits et les devoirs fondamentaux et élémentaires de tous, des personnes morales et physiques, de la population comme des voyageurs, de l’Etat et des institutions.

 

La constitution c’est le livre de chevet de la démocratie, celle-là même qui nous offre la richesse humaine de se prononcer et d’oser dire non.

 "Dire non ce n'est pas refuser, c'est demander une autre vision du monde"

Walter Schlechten, un habitant de La Croix-de-Rozon. 

22:48 Publié dans Culture, Genève, Histoire, Médias, Monde, Politique, Région, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/10/2012

La citation est un devoir d'écriture, bonne ou mauvaise, parfois elle demeure dans les mémoires.

« Aucun Prophète au monde ne saurait justifier toute cette violence ; aucun Dieu au monde ne saurait tolérer toute cette haine ; aucune homme au monde ne devrait accepter d'être soumis »

 

« Ce soir une étoile de plus brillera dans le ciel, un ange ce matin a rejoint les lumières éternelles, car ni l'amour, ni le courage, n'auront suffi à vaincre la maladie. Je te sais maintenant en paix et libérée de la souffrance »

 

 

« Confondre le développement durable et l'écologie des transports, c'est se tromper d'objectif et tuer la mobilité douce »

 

 

« En politique il n'y a ni perdant ni gagnant, même si les dés sont pipés »

 

 

« En religion, les hommes ont rarement le même Dieu mais ont souvent les mêmes croyances. En politique, c'est le contraire » 

 

 

« Faut-il choisir ses cadres pour être certain d'être bien encadré, ou faut-il bien encadrer pour choisir ses cadres »

 

 

« Hier j'ai partagé un instant de vie avec un homme mourant, rongé par la maladie. Les quelques mots échangés ont été d'une grande richesse, pour moi, pour lui. J'ai deviné un sourire sur son visage marqué, il a deviné une larme sur le mien heureux. Il nous reste tous un chemin à parcourir, mais seul l'instant présent compte, car il restera unique en nos vies »

  

 

«Il y a des métiers où l'horaire dicte la durée de votre travail et il y a des professions où le travail dicte la durée de vos horaires » 

 

 

« La Constitution est la bible moderne du peuple, il recherche dedans des écrits du passé qui lui parlent de son avenir »

 

 

« La croissance est comme la gourmandise, elle fait grossir mais n'est pas garante d'un développement durable »

 

 

« La grande différence entre faire de la politique et s'engager en politique, dans le premier cas on défend les idéaux d'un parti, dans le deuxième cas on défend les intérêts du peuple »

 

 

 « La lutte contre la maladie est un chemin plein d'embûches, qui ne réserve pas souvent de bonne surprise, même si à la lisière d'un tournant on ose y deviner l'espoir, celui du vivre mieux, de ne pas souffrir, de ne plus souffrir »

 

 

« La richesse en politique c'est de pouvoir y exposer des idées nouvelles, la pauvreté en politique c'est de se retrouver dans la minorité »

 

 

« L'avenir politique de l'homme, c'est aujourd'hui déjà, car demain ne sera en réalité que le reflet des erreurs d'hier » 

 

 

« Le jour où un politicien dira ce qu'il pense et pas seulement ce que le peuple veut entendre, alors je croirai en la politique évolutive, en l'indépendance des idées face aux dogmes, en la démocratie participative »

 

 

« Le labeur, le beurre, l'argent du beurre et les indemnités. Stop, la Suisse ne doit plus se laisser dicter la loi par nos amis européens »

 

 

« Léger, le peuple se plaît dans la mobilité ; les élus, dans la gravité »

 

 

« La politique n'est pas une maladie, elle n'est qu'un symptôme de l'homme »

 

 

« Les vraies fausses idées ne sont pas des idées »

 

 

« Le triomphe de la morale sur la politique fera que l'intérêt du plus grand nombre redeviendra un pilier de la démocratie » 

 

 

« Le véritable problème des votations, c'est que le plus grand nombre vote pour un intérêt personnel qui est celui de la stabilité sociale, juste pour se rassurer et effacer les craintes du lendemain, alors que l'avenir c'est justement l'évolution positive de la société sous le signe de l'intérêt public général » 

 

 

« Mieux vivre ensemble, voilà ma position politique »

 

 

« Une zone d'ombre parvient à noyer mon écriture, telle une sanction qui tomberait du ciel, des cieux, des Dieux, les seuls à détenir le pouvoir de la pensée unique, de la lecture divine et du pouvoir du silence »

 

 

« Vivre avec une Constitution qui a construit nos fondamentaux ou mourir avec une Constitution qui veut sacraliser la pensée bienveillante pour sauver nos consciences, mon choix est fait » 

 

 

Walter Schlechten, un habitant de La Croix-de-Rozon. 

22:31 Publié dans Lettres, Médias, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

03/10/2012

Un projet sans capitale n'est pas un projet constitutionnel.

Ce soir j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai tenté de lire le projet de constitution soumis à votation cantonale le 14 octobre 2012. Malheureusement, j'ai échoué dans cet exercice laborieux mais ma conviction est fondée. Je partage donc avec vous les premières flammes qui m'ont brûlé les yeux : 


Dispositions générales

 

Il n’y est pas mentionné que la capitale du Canton est la Ville de Genève.

 

Il n’y est pas mentionné que la cohésion cantonale est menée dans le respect de la diversité culturelle.

 

Il n’est pas mentionné que toute personne est tenue d’accomplir les devoirs que lui imposent la Constitution et la législation, ni qu’elle doit assumer sa part de responsabilité envers sa famille et l’environnement.

 

 

Droits fondamentaux

 

La dignité humaine est inviolable alors qu’elle se devrait d’être intangible.

 

Garantir constitutionnellement l’accès des personnes handicapées aux bâtiments, installations et équipements, est un mandat qui ne pourra jamais pleinement être respecté à travers toutes les constructions existantes, il aurait été préférable que l’Etat et les communes prennent des mesures en vue de compenser les inégalités qui frappent les handicapés et de favoriser leur autonomie et leur intégration économique et sociale.

 

Le libre choix du domicile et du lieu de séjour n’y est pas garanti.

 

Droits politiques

 

Le syndrome de la parité, qui n’ose pas porter son nom, s’exclame à travers un Etat qui promeut une représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des autorités, alors que le coefficient de calcul de cet équilibre n’est pas mentionné (candidats-élus-parité simple).

 

* * *

 

J’arrête là, sachant que cette proposition de constitution est trop lourde, trop longue, elle comporte 237 articles, alors que la constitution fribourgeoise en a 153 et la vaudoise 180, allez comprendre. 

 

Je vous souhaite néanmoins une bonne lecture du projet de constitution de la République et canton de Genève, sachant que pour ma part je le refuserai lors de la votation du 14 octobre 2012. 

 

Walter Schlechten, habitant de La Croix-de-Rozon. 

21:02 Publié dans Genève, Histoire, Politique, Région, Spiritualités, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

19/09/2012

J'ai égaré ma liberté de pensée !

Chers lecteurs, chères lectrices, 

Pour des raisons indépendantes de ma volonté, cette nuit j'ai égaré ma liberté de pensée. Je ne sais si la cause en est un défaut technique, une erreur de manipulation, une lecture inappropriée d'un mode d'emploi ou une mauvaise interprétation de l'usage qui en était fait, reste que cette liberté là s'est égarée. 

Donc, en attendant de retrouver celle-ci, je vais devoir écrire autrement, en y apposant une réflexion différente car cintrée par de grands murs habillés de barbelés, les mêmes qui limitent l'accès à la liberté dans une prison.

Sentiment étrange que de regarder le monde depuis le point zéro, comme si un danger se devait d'être maîtrisé, comme si un langage cloisonné avait moins de valeur que celui d'un homme libre, comme si les cris et les mots n’étaient plus les outils de la parole, de l’écriture, et les armes nécessaires face à l’injustice des hommes ou à l’intolérance de nos démocraties.

Reste que ma loyauté d'écriture demeure, à mon humble niveau, un plaisir que je vais continuer de partager avec vous sur des sujets de société, en ma qualité de citoyen du canton et d'habitant de La Croix-de-Rozon, tout comme avant. 

Belle journée à vous, car c'est un temps idéal pour plonger dans un bon livre.                             

Walter Schlechten, un Minet habitant la Croix-de-Rozon. 

03/09/2012

2013-2021, les enjeux politiques pour Genève !

 

Face à la mondialisation, face aux profondes modifications sociétales qui régissent notre cadre de vie, face à la crise économique et à la disparition de nos valeurs morales, il demeure pour Genève des enjeux politiques importants dans les années à venir.

 

Premièrement, la gestion de la dette reste la priorité, source d’équilibre au bord d’un précipice dans lequel nous ne pouvons nous permettre de tomber, avancer avec une dette maîtrisée est devenu une obligation politique, l’enjeu majeur de la décennie qui se présente à nous.

 

Deuxièmement, même si l’Etat ne peut pas s’autoriser de ne plus investir, il se doit de trouver des partenaires privés. Les grands travaux se doivent eux aussi d’être mieux réfléchis, maîtrisés, achevés dans le respect des besoins, des attentes et des priorités. Relancer économiquement le système à travers des investissements c’est bien, rentabiliser ces investissements par une politique claire et globale, au sujet des transports, du  logement, de l’éducation, du social et de la sécurité, c'est mieux. Si je ne mentionne pas l’emploi, c’est qu’il est positivement influencé par une politique menée avec discernement, à travers la matérialisation des projets source d’activités productives.

 

Troisièmement, Genève doit retrouver des normes sociales, nous ne pouvons continuer à vivre dans une région où les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres,  où la classe moyenne et les familles vivent en équilibre face aux charges et avec un coût de la vie qui devance perpétuellement l’inflation. A revenus comparés, la vie est plus compliquée, car instable, à Genève que dans le reste de la Suisse pour la classe moyenne inférieure. Nous ne pouvons pas nous permettre de voir plus de gens encore tomber dans l’assistance, l’aide sociale et la misère humaine. La solidarité sociale doit redevenir un pilier sociétal.

 

Enfin, Genève se doit de garder son statut international, il en va de sa survie, de son image, de son développement, de sa position arbitrale mondiale. A n’en pas douter, une maîtrise des trois premiers points relevés devrait irrémédiablement soigner la carte de visite de Genève.

 

Reste à trouver, avec pragmatisme, les solutions politiques pour y parvenir. Reste à trouver, avec réalisme et sans dogmatisme, des hommes et des femmes prêts à relever ces défis face aux milieux économiques qu’il faudra convaincre.

 

La sphère politique se doit de réagir aujourd’hui, à travers une remise en question profonde, le travaille de la Constituante n’ayant pas été suffisamment loin. Il en va de la responsabilité des élus, de la crédibilité structurelle du système politique, et de l’avenir de tous.

 

Walter Schlechten, habitant de La Croix-de-Rozon. 

29/08/2012

Quelle société laisserons-nous à nos enfants, mais quels enfants laisserons-nous à cette société ?

Il y a des jours où je préférerais ne pas me réveiller pour prendre connaissance des dernières informations. Il y a des jours où je me demande si les experts de ce monde ont une quelle conque expérience humaine des sujets dont ils traitent. 

(Reprise partielle de mes billets d'octobre 2011)

 

Ainsi donc Jean-Félix Savary, secrétaire général du Groupement romand d'études des addictions (GREA) sollicite ce matin une dépénalisation de la drogue ; 

 

Ainsi donc la guerre mondiale contre les drogues a échoué, avec des conséquences dévastatrices pour les hommes et pour les sociétés du monde entier ;

 

Ainsi donc il faut mettre un terme à la criminalisation, à la marginalisation et à la stigmatisation des consommateurs de drogues qui ne cause pas de préjudice à autrui ;

 

Ainsi donc il faut rejeter les idées préconçues sur le trafic, la consommation et la dépendance au lieu des les renforcer ;

 

Ainsi donc il faut encourager l'expérimentation par les gouvernements de modèles de régulation légale des drogues, de manière à réduire le pouvoir du crime organisé et à protéger la santé et la sécurité des citoyens ;

 

Ainsi donc cette recommandation s'applique particulièrement au cannabis, pour d'autres drogues il faudrait encourager également d'autres expériences en matière de dépénalisation et de réglementation capables d'atteindre les mêmes objectifs.

 

La politique des drogues menée à ce jour aurait eu comme effets pervers :

 

1. Le développement d'un « gigantesque marché noir criminel » financé par les bénéfices exponentiels générés par la satisfaction de la demande internationale en drogues illicites.

 

2.  D'importants errements politiques, résultant des ressources allouées au financement d'un vaste système de répression contre ce marché criminel.

 

3.  Le déplacement géographique, aussi appelé « effet ballon », dû au changement des régions de production dans le but de contourner les mesures répressives.

 

4.  Le changement de substance, ou le passage des consommateurs à d'autres substances lorsque leur drogue habituelle devient difficile à obtenir, par exemple suite à des mesures de répression.

 

5.  La stigmatisation, la marginalisation et l'exclusion sociale des toxicomanes.

 

http://www.idpc.net/sites/default/files/library/Global_Co...

 

Ce sont donc notamment ces raisons qui poussent ces "experts" à tenir un discours aussi ouvert, aussi permissif, aussi irresponsable car ne tenant pas compte des réalités de la toxicomanie, de la demande et de l'offre perpétuelles, des contraintes physiques et psychiques des cures et autres prescriptions régulées qui ramènent si souvent le drogué à une consommation parallèle à son traitement.

 

Ma colère est grande face à l'irresponsabilité des hommes et des femmes qui préconisent la dépénalisation des drogues, sachant que si la politique des quatre piliers n'est pas aboutie à travers ses priorités, elle demeure la seule solution envisageable pour l'instant. Je vous en rappelle les fondamentaux :

 

Le pilier « prévention » contribue à la réduction de la consommation de drogues en évitant que les gens ne se mettent à en consommer et ne développent une dépendance.


Le pilier « thérapie » contribue à la réduction de la con sommation de drogues en permettant de sortir d’une dépendance ou à en préserver la possibilité. Elle contribue en outre à la promotion de l’intégration sociale et de la santé des personnes traitées.

Le pilier « réduction des risques » contribue à minimiser les effets négatifs de la consommation de drogues sur les usagers et – indirectement – sur la société en rendant possible une consommation entraînant moins de problèmes individuels et sociaux.

Le pilier « répression et régulation du marché » contribue, par des mesures de régulation servant à appliquer l’interdiction des drogues illégales, à réduire les effets négatifs de la consommation de drogues.

La dépénalisation ne représenterait qu'un désastre humain de plus, un signe fort de la perte des valeurs de notre société, de nos repères, dans une société justement à la recherche de celles-ci car disparues à travers une vision du monde utopique de nos politiques de gauche. Mais si la droite veux si mettre aussi, pas de problème, après il faudra en assumer les conséquences mais je ne suis pas certain que nos aînés suivent sur ce chemin là.


Pour ceux qui comme moi ont des connaissances plongées dans la toxicomanie, posez cette simple question : "d'homme à homme, et pour l'avenir de nos enfants, êtes-vous pour la dépénalisation des drogues ?"

 

Les réponses seront franches, sans équivoque et unanimes : "NON".

Il en va de l'avenir de nos enfants et mes convictions sont grandes sur ce thème ! 

Walter Schlechten, habitant la Croix-de-Rozon.

25/08/2012

Varone, la lapidation continue !

Commandant de la police cantonale du Valais, candidat à l’élection au Conseil d’Etat, père de famille, homme libre, Christian Varone est une personnalité reconnue en Valais.

 

C’est le 27 juillet 2012 qu’il est pourtant arrêté tel un gredin en Turquie, à l’aéroport d’Antalya, alors qu’il s’apprête à quitter ce pays de villégiature. Sa faute, son erreur, le délit commis, avoir ramassé une pierre peu ordinaire en bordure de route et vouloir ramener ce caillou de 12 centimètres au domicile familial comme souvenir. Le problème c’est que ce morceau de roche est taillé, ou tout du moins travaillé, et qu’il devient de ce fait un objet archéologique historique et protégé.

 

C’est après cinq jours de prison qu’il sera libéré et qu’il pourra regagner sa terre natale, non sans être inculpé de tentative de vol de biens culturels turcs. Cette affaire, saisie très rapidement par toute la presse, va prendre de proportions incroyables.

 

En effet, c’est l’intégrité complète et totale de cet homme qui va être remise en cause, c’est son image publique qui va être salie, c’est son parcours professionnel exemplaire qui va être effacé, c’est son avenir politique qui va être remis en question. 

 

La proportionnalité et la présomption d’innocence n’ont jamais été l’apanage de la presse, alors en période estivale où le poisson est rare et la pêche infructueuse certains journalistes n’ont pas hésité à plonger dans l’indécence, histoire de lancer une pierre dans le jardin encensé. 

 

Le mal était fait et d’autres se sont engouffrés dans cette chasse aux sorcières. Bien des personnes ont apporté leur soutien à l’homme blessé, mais comme toujours ces marques de reconnaissances ne sont rien face à l’opprobre déversé.  

 

Aujourd’hui encore c’est une « nouvelle » photo de l’objet du délit qui est publiée, anonymement et sur un blog controversé, information reprise par les médias officiels, comme si la séance de lapidation n’était pas terminée.

 

Honte au traitement de l’information, honte à la valorisation de l’information, honte au devoir de service public que représentent les médias, honte aux attaques sournoises qui cachent des intérêts sans lien avec l’affaire. Un problème privé qui se devait d’être porté à la connaissance du public, certes mais un problème qui ne devrait en aucun cas être jugé sur la scène publique. 

 

«C’est en cherchant à briser les hommes de bonne volonté que notre société se retrouve dirigée par la mauvaise volonté. »

 

Walter Schlechten, habitant de La Croix-de-Rozon. 


La Lapidation de saint Etienne.jpg

 

(Lapidation de saint Étienne)

Vitore Carpaccio

11/08/2012

Exclusion sociétale des Roms, un problème européen ou un problème comportemental d'une communauté marginalisée ?

Un des problèmes rencontrés par les Roms est la non reconnaissance de leurs droits, ils demeurent aux yeux du plus grand nombre comme des citoyens européens de seconde zone.

 

Si l'opinion publique se forge une idée sur la base de préjugés, il n'en demeure pas moins que les faits rejoignent nos réalités.

 

Le niveau élevé de pauvreté ainsi que le manque de socialisation de la population Rom font que le degré de délinquance y est important, voire très visible. Mendicité, vol, prostitution, cambriolage, recel. Ajoutez à ceci une stigmatisation politique et médiatique, il n'en faut pas plus pour que ces gens soient rejetés.

 

Certes, nous nous devons d'être ouverts, d'accueillir l'autre, l'étranger, d'offrir les même chances à un Rom qu'à un Espagnol ou un Italien. Certes, nous nous devons de respecter les conventions européennes et la libre circulation des personnes. Certes, la discrimination demeure intolérable, mais à bien y regarder on peut aussi se demander ce que fait la communauté Rom pour s'adapter à notre société.

 

Hygiène corporelle déplorable, comportement antisocial, agressivité verbale, non respect des biens et des personnes, ces gens mènent une vie communautaire différente de la nôtre, ils restent en marge des normes et de nos règles sociétales, ils les repoussent parfois.

 

Difficile alors de demander à la communauté européenne de prendre à bras le corps ce problème humanitaire, car il en est un. Difficile alors d'estimer légitime que les droits acquis se doivent d'être respectés sachant qu'aucune intégration n'est actuellement envisageable pour la plus grande partie des Roms, fuyant eux-mêmes une socialisation qu'ils n'envisagent pas, leurs normes et leurs repères n'étant pas en adéquation avec les nôtres.

 

La problématique rencontrée par la communauté Rom est donc avant tout une question de comportement, en lien avec un mode vie inadéquat en nos cités, en nos rues, en nos campagnes.

 

Peuple persécuté à travers les temps, soumis à l'esclavage, massacré, déporté, stérilisé, humilié, mais aujourd'hui si les Roms veulent entrer en société, il leur faudra d'abord s'adapter à nos repères, à nos normes, à nos valeurs. Toutes les tentatives de sédentarisation ont été un échec, même si toutes les conditions cadres n'y ont jamais été apportées à travers des choix politiques douteux.

 

Ces nomades ont probablement des richesses à nous apporter, à travers leur musique ou la valeur accordée à la famille, mais pour l'instant ils ne récoltent que discrimination et rejet, des outils sociétaux qui surgissent comme pour mieux nous protéger, d'une misère que l'on devine, de comportements inadéquats que l'on subit.

 

Walter Schlechten, habitant La Croix-de-Rozon.

 

 

 

 

sept_millions_de_roms-81852.jpg

 

 

10:24 Publié dans Culture, Histoire, Images, Médias, Monde, Politique, Spiritualités, Voyages | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook

05/08/2012

Hommage !

 

En ce 5 août, déjà six mois que tu nous as quittés. Pourtant, hier soir tu es venue me rejoindre dans mon rêve, et pour la première fois nous nous sommes parlés, nous avons échangé, nous nous sommes regardés puis nous nous sommes séparés, à nouveau.

 

La douleur est perpétuelle, elle est terrible, elle nous brûle, elle nous consume, elle nous ronge. Tu nous manques, tu nourris nos larmes et donnes libre court à notre désespoir. Le plus dur est pour ceux qui restent dit on, c'est un fait que nous pouvons tous confirmer.

 

Faire notre deuil, impossible, improbable, insupportable, chacun dans la famille le vit différemment mais se confronte au mur des souvenirs. Il n'y a que nos larmes discrètes qui pensent dissimuler nos peines, en vain.

 

A jamais tu restes en nos cœur, à jamais tu seras là, à nos côtés. D'ailleurs, je compte sur toi pour venir nous aider, nous guider, nous gronder, nous secouer parfois, toi qui a été si forte, si courageuse, tu es l'image même d'un courage que nous n'avons pas.

 

Reste à délivrer papa d'un lien tissé par amour et noué par le désespoir,  reste à tes enfants à grandir sans toi, reste à tes proches à oublier les mauvais instants pour ne garder que tes sourires, reste que la vie continue même si elle n'a plus le même goût, la même saveur, les mêmes couleurs.

 

On t'aime maman, repose en paix et apporte nous celle-ci car on en a tous besoin.

 

Walter.

 

IMG_1424.jpg

Andrée SCHLECHTEN

(05.02 / 05.08 / 2012)

 

 

22:23 Publié dans Amis - Amies, Femmes, Histoire, Solidarité, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook