Pandémie, plus rien ne devra être comme avant.

Crise mondiale, sanitaire et économique, il va être temps de redistribuer les richesses pour permettre de tenir.

Ce que nous n’avons jamais su, ou voulu, faire totalement avec le tiers monde au moment des grandes famines et de la croissance mondiale, nous n’avons pas le droit de ne pas réussir cette fois lors de ce grand round humain.

Les retombées négatives sur l’économie mondiale vont être terribles, plus rien ne sera, ne devra d’être comme avant.

L’argent est devenu un mal nécessaire, certes, mais là il nous faut rapidement le redistribuer pour assurer un minimum vital urgent à tous (certains pays craignent déjà des émeutes et des pillages).

Il nous faudra aussi saisir cette « chance » pour mettre d’autres valeurs en place, le partage, la solidarité, l’écologie, le don de soi au service des autres.

Notre château de carte issu du néolibéralisme s’écroule, tous les regards sont tournés vers l’Etat, la Confédération, pour que des solutions apparaissent. Des appels au secours qui ne resteront pas sans échos, il en va de l’équilibre de notre société, de la vie des gens. 

Pour l’instant nous nous confinons et tentons de soigner nos malades. À la médecine de guerre suivra l’économie d’urgence et là aussi il faudra être solidaire.

Minet

Les commentaires sont fermés.