• Au menu, une grande détresse !

    Il est 18h15, trois clients boivent un verre dans l'établissement, dont un papa avec son enfant. Le patron me salue, prend ma commande et se joint à moi. Par politesse je lui demande comment ça va. Long silence puis les langues se délient. Ce tenancier est en souffrance, il vient de traverser six mois compliqués et il ne devine rien de bon pour les semaines à venir. Compatissant je lui explique que ses bons clients vont rester fidèles, même si cela ne suffira probablement pas. 

    C'est pire que cela Minet, me dit-il. Du bout du bras il s'empare de son livre de réservations, me le présente et commence à tourner les pages une à une. Quand elles ne sont pas vierges, ce sont des réservations biffées que je devine, une à deux par semaine. Estomaqué je le regarde, il a les larmes aux yeux, il est à bout. 

    Les gens ont peur et la mesure cantonale qui restreint des tables à cinq personnes n'est pas heureuse, à huit c'était jouable, et encore. Pourquoi ne pas prendre des mesures identiques au niveau de la Romandie. Tous les repas d'affaires, toutes les sorties d'entreprises, toutes les sorties d'anniversaire en famille sont annulés. L'effet a été immédiat dés ce lundi matin. Le téléphone n'a pas cessé de sonner, que des annulations. Pire encore, le service de midi ne suffit plus à garder la tête hors de l'eau. Les entreprises interdisent à leurs employés de manger au restaurant ou en groupe, mesures de précaution. 

    Mon ami ne se plaint pas, il ne comprend juste pas pourquoi les mesures sanitaires disparates émises ne sont pas cette fois accompagnées par des aides étatiques indispensables, soit dans un processus du chômage partiel, soit financières. 

    Les décideurs, nos élus, ne se rendent-ils pas compte qu'ils vont détruire des années d'investissements financiers et personnels de ces petits entrepreneurs ? 

    Il y a peu je lisais qu'un éminent économiste préconisait trois semaines de fermetures globales (confinement économique) en lieu et place de mesures graduées actuellement mises en place. Son explication, au final nous arriverons à un confinement global, donc quitte à provoquer celui-ci autant le faire immédiatement. Un pour endiguer rapidement la deuxième vague et le virus, deuxièmement pour permettre une relance rapide de l'économie pour les fêtes de fin d'année. 

    Cette longue traversée du désert est insupportable pour ces tenanciers, ils ont déjà brûlé leurs économies pour tenir de mars à juin, là ils n'y arriveront pas. 

    Autre remarque, il faut absolument que la Confédération prenne ses responsabilités. Nous ne pouvons plus nous contenter de mesures cantonales disparates. Comment expliquer que je vais sur Vaud pour manger en compagnie de six amis car à Genève c'est interdit. Comment expliquer que ces mesures issues du fédéralisme n'ont aucune efficacité si la population n'est pas cantonnée dans leur canton de résidence. Le tourisme économique et de loisir devient un vecteur indéniable dans le cadre de cette pandémie, même avec le respect des gestes barrière. 

    Je ne sais pas d'où vient ce virus, je ne sais pas si nous connaissons aujourd'hui tous les aspects de celui-ci, si les symptômes multiples peuvent être contrôlés, je ne sais pas s'il les jeunes sont à risque et si les séniors ne devraient pas être mieux protégés, je ne sais pas si la Suède a mieux fait que nous, je ne sais plus .. 

    Ce que je sais, c'est que demain sera pire qu'aujourd'hui, que la crise économique qui va découler de cette pandémie sera terrible et qu'il est temps de prendre des mesures drastiques pour sauver nos entreprises, nous ne pouvons pas laisser ces gens dans une si grande détresse. 

    Minet, habitant de Perly. 

     

     

     

  • COVID-19 ou comment la peur va anéantir nos restaurateurs !

    La réalité a rattrapé nos craintes, la deuxième vague est là. Après les mesures sanitaires initiales de mars/avril, qui ont déjà fortement impacté l’économie et les commerces, dont nos restaurateurs, voilà que de nouvelles injonctions sont imposées.

     

     

    Lire la suite