L'Europe sacrifie l'Ukraine, la peur a choisi son camp, la menace aussi !

Si la solidarité est grande, les condamnations unanimes et les "sanctions" économiques symboliques, l'Europe a quand même fait le choix de sacrifier l'Ukraine. Eviter une guerre totale est la raison de cette stratégie. Force est de constater que la peur a choisi son camp, la menace aussi. 

Si Poutine s'arrête à cette conquête, cette victoire sera indéniable et renforcera sa toute puissance, dans son pays et aux yeux de ses alliés. L'arme de la menace sera alors aux portes de l'Europe sachant que le rêve inachevé de retrouver la "Grande Russie" demeurera présent dans l'esprit des fous. 

Nul ne sait aujourd'hui si la stratégie européenne est la bonne mais dans tous les cas il faudra l'assumer et probablement en répondre devant les juges de l'histoire, les questions ne manqueront pas, ne serait-ce que par devoir de mémoire pour un peuple terrassé. 

La fédération de Russie n'est pas une démocratie, son modèle n'est pas contagieux mais il peut être imposé, par la peur, par la menace, par la guerre aussi. 

On y opposera le fait que la dissuasion nucléaire française est le garde-fou de cette escalade de reconquête, j'y répondrais que si l'ennemi veut nous détruire et non non conquérir, il n'en aura cure. 

Walter Schlechten, habitant de Perly. 

 

Les commentaires sont fermés.