Solidarité

  • Il y a 20 ans, cette journée qui a boulversé l'équilibre du monde et celui de nos valeurs !

    Il fait beau ce jour là, un grand soleil d'été indien comme on l'aime à Genève. Je me trouve en patrouille avec un jeune collègue.

     

    Une journée banale à Rive, réquisition sur réquisition, mais ça va encore. Une journée comme les autres, qui nous réserve son lot d'imprévu et de surprise, ce qui fait tout l'intérêt de ma profession.

     

    Une journée où l'on pense à ce dont sera fait demain en oubliant déjà un peu hier. Une journée où l'on est plongé dans notre travail, oubliant nos proches dans le stress de la fonction.

     

    Il n'est pas encore 15 heures lorsque je reçois un sms de ma femme « Regarde vite la télé, un avion s'est écrasé sur New-York, ils ne savent pas si c'est un accident ou un attentat, mais c'est horrible ». Je regarde mon collègue qui devine que quelque chose ne va pas. Je lui lis alors le texto et lui dis que l'on doit trouver un poste de télévision rapidement.

     

    Nous sommes rue de Montchoisy, à quelques mètres d'Auto-Secours, un garage où Bisetto qui dispose bien d'une télévision dans son bureau, départ. A notre arrivée nous constatons que la place est prise. Le patron, le pompiste et trois collègues gendarmes sont déjà là. Ils sont livides et comme hypnotisés devant un tout petit poste de télé de remplacement, le grand écran du patron ayant lâché. Il y règne un silence de mort alors que CNN est au programme.

     

    « Venez voir les gars, c'est incroyable, c'est un attentat pas un accident » me lâche le chef de l'autre patrouille. Nous nous installons comme on peut. Je saisi une petite chaise d'enfant, rouge je m'en souviens, et me pose à droite de l'écran. Les premières images sont celles d'un avion qui percute le WTC, elles repassent en boucle.

     

    Immédiatement je me dis que ce n'est pas possible, que c'est un film, c'est du Spielberg. Je connais bien ces tours pour y être monté à trois reprises au sommet en dix ans. Je n'arrive pas à détacher mes yeux de l'écran. Les images de l'incendie sont effroyables et très vite l'on croit deviner le calvaire des gens qui se trouvent dans le bâtiment, une véritable tour infernale. Je me rapproche encore de l'écran, comme si je voulais me convaincre que ce que je vois n'est pas réel, que ce n'est pas un attentat, que c'est une bande annonce d'un film.

     

    Nous sommes dans l'horreur. Cinq minutes que nous sommes rivés devant les informations et nous avons déjà perdu tous nos repères. L'incompréhension est grande, les interrogations aussi. Qui, comment, pourquoi. L'événement nous dépasse et nul n'a de réponse.

     

    Et puis soudain, c'est le choc, celui des images en directe, où la réalité vient nous frapper de face pour nous assommer encore plus. Un deuxième avion s'écrase en "Live" sur la tour no 2 du WTC. C'est l'effroi qui nous gagne, avec ce sentiment terrible d'être nous aussi dans la tour au moment de l'impacte. Nos exclamations d'horreur accompagnent les images.

     

    La monstruosité de l'acte brise définitivement nos valeurs, nos croyances en l'humain. Ce n'est pas possible que l'homme commette de tels actes. On pense aux victimes, celles qui se trouvaient dans les tours en premier lieu, puis comme si nous les avions évincés, les passagers des avions détournés.

     

    Les informations tombent une à une. La situation est empirique aux Etats-Unis. D'autres attentats se produisent sur sol américain, dans la confusion la plus totale. Le Pentagone est la cible d'un troisième avion. Puis c'est en Pennsylvanie où un avion s'écrase. On redoute alors que des dizaines d'avions servent de bombes humaines. L'espace aérien est fermé par mesure de sécurité. Chaque nouveau flash d'informations retient toute notre attention, comme si l'on pouvait, mais est-ce possible, nous annoncer encore pire.

     

    Dans le bureau, nos regards se croisent, mais pas un mot, un silence religieux règne, nous sommes déjà en communion avec les victimes, avec le peuple américain, avec l'humanité entière aussi, mais nous ne le savons encore pas. Mes sentiments personnels se bousculent, je me sens vidé, comme si je venais de perdre quelque chose d'important en moi.

     

    Mes souvenirs se brouillent, mais je me rappelle qu'une patrouille est demandée pour deux cambrioleuses mises en fuite au centre-ville, je me souviens que personnes n'a répondu. Je me souviens que nous sommes restés deux heures dans ce bureau, à suivre les événements. Je me souviens que le comble de l'horreur est arrivé au moment de l'effondrement des tours, comme si tout ce que nous venions de vivre n'était pas suffisant, comme s'il fallait que ce jour effroyable se termine par le comble de l'horreur. Nous étions ko debout, vivant certes mais détruits par les émotions.

     

    Nous nous souvenons tous où nous étions ce jour là, c'était le 11 septembre 2001. Il a marqué nos mémoires, il a probablement changé nos vies, nos valeurs, nos croyances, notre avenir.

     

    Aujourd'hui, je suis toujours en pensées avec les victimes de ces attentats, avec ces morts innocents et ces milliers de blessés, avec leurs familles, leurs proches et tous mes collègues policiers, les pompiers et autres urgentistes qui ce jour là n'ont pas reculé face à un ennemi invisible, la cruauté des lâches.

    Walter Schlechten dit "Minet" 

     

     

  • Ni dans un camp, ni dans l'autre, alors que choisir ?

    Covid-19 / Vaccins / Pass sanitaire :
    Gros débats sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours (comme aucune télévision publique n’ose, ne peut ou ne veut en réaliser).
     
    Ce qui est terrible pour nous, simples citoyens, c’est la stigmatisation des personnes qui s’expriment, une guerre des convictions, dans un camp ou dans l’autre;
     
    Ce qui est terrible pour nous, simples citoyens, c’est la désinformation ou l’information contradictoire, dans un camp ou dans l’autre;
     
    Ce qui est terrible pour nous, simples citoyens, c’est de sentir que l’on tente de nous manipuler pas de nous convaincre, dans un camp ou dans l’autre;
     
    Ce qui est terrible pour nous, simples citoyens, c’est que même si nous ne cherchons juste qu'à comprendre, à discuter, à échanger, nous sommes immédiatement étiquetés, rangés, catalogués, dans un camp ou dans l’autre;
     
    Ce qui est terrible pour nous, simples citoyens, c’est de constater que beaucoup d’énergies sont déployées pour décider de notre mode de vie durant cette pandémie, mais si peu sont consacrées à découvrir l’origine de celle-ci, source de tous nos problèmes, dans un camp ou dans l’autre;
     
    Ce qui est terrible pour nous, simples citoyens, c’est qu’aujourd’hui on ne sait plus à qui faire confiance, dans un camp ou dans l’autre;
     
    Demeurent les décisions individuelles, personnelles, des choix assumés ou pas, des choix contraignants ou pas, des choix influencés ou pas, demeure qu’aujourd’hui on nous laisse encore la possibilité de choisir, non pas de savoir si nous souhaitons être dans un camp ou dans l’autre, mais comment nous souhaitons simplement vivre en restant libre.
     
    Minet. 

  • Cette élection complémentaire est polluée, je vais donc moi aussi voter utile !

    Jamais une campagne électorale n'aura autant opposé les contradicteurs; jamais les candidats ne s'étaient retrouvés dans une telle situation, soit en pleine crise sanitaire et économique; jamais les médias n'ont accordé autant de papier aux affaires; jamais une élection n'a été autant polluée par les conflits; jamais une élection n'a posé cette autre question :  "voter pour un homme déchu ou voter pour des valeurs sociales, économiques et morales soit pour un renouveau," jamais. 

    Dans ce cadre, il y a aujourd'hui les déterminés, ceux qui savent déjà à qui ils vont accorder leur suffrage, puis il a les autres, les déterminants, les neutres, les indécis, les septiques, les déçus, les égarés, les désespérés, les jeunes, les vieux, les abstentionnistes, les révoltés. 

    En l'état, personne ne peut dire qui va remporter cette élection complémentaire. Le taux de participation sera lui aussi décisif n'en doutons pas. 

    Hier soir, lors du débat sur Léman Bleu, Delphine Bachmann a été la meilleure lors des ces joutes. Les téléspectateur ont pu découvrir une femme déterminée, intelligente, posée, qui souhaite se mettre au service de la population, de l'économie et d'une certaine droiture. Une belle découverte qui aurait pu être gagnante si le l'Entente n'avait pas implosé. Cette jeune femme va néanmoins rassembler les voix d'une droite légitime. 

    Yves Nydegger a été fidèle à lui-même, il représente cette autre droite qui a du mal à entrer et à s'inscrire durablement au pouvoir exécutif cantonal. Il a piqué, les candidats et les journalistes, il a feinté, il a arbitré peut-être. 

    Pierre Maudet à fait du Pierre Maudet "décontracté", c'est contre-nature visiblement. Moins à l'aise que souvent car chahuté par les trois autres participants, il a moins revendiqué sont bilan tout en fustigeant les résultats de ses collègues du Conseil d'Etat, institution dont pourtant il fait partie depuis de nombreuses années.  

    Fabienne Fischer n'a pas refusé le combat qui l'attendait, elle a tenu tête à la "bête politique" tout en présentant une vision pour l'avenir. Elle a évité les pièges sans renier ses idées. On a deviné l'avocate, posée et ferme sur les prix, on a également vu la femme qui souhaite une société plus équitable, socialement, économiquement, écologiquement, cette société où de toutes façons nous devrons arriver. Les autres partis viendront surfer sur ces vagues en 2023, vous verrez. 

    En conclusion, je vais voter utile moi aussi.

    Je vais voter pour une femme, ce qui aura comme avantage de participer aux combats menés par ces dames pour l'égalité, la reconnaissance, la parité, le respect; 

    Je vais voter pour une Verte, ce qui aura comme avantage de forcer encore un peu plus les autres partis à venir sur le terrain de l'écologie, de l'économie durable, de le justice sociale; 

    Je vais voter pour une personne de gauche ce qui aura comme avantage de laisser le Parlement (de droite) arbitrer ces deux prochaines années, de reprendre les rênes en cette fin de législature compliquée. 

    Je vais voter, pour élire une voix nouvelle et pour éloigner ce qui me rebute. 

    Enfin, j'espère qu'en 2023 Delphine Bachmann se présentera à nouveau, elle aura alors tout mon soutien car elle aussi représente l'avenir, celui dont Genève à besoin, celui du renouveau pour une politique durable.  

    Walter SCHLECHTEN, électeur de Perly. 

    B9723156098Z.1_20200407152612_000+GHCFRHJNO.1-0.jpg

  • Pandémie de la Covid-19, je ne devine qu'une seule solution !

    Alors que mon vol Lisbonne / Genève est un peu turbulent, je réfléchis sur les semaines que nous venons de traverser en Suisse, en ayant eu personnellement "la chance" de suivre les récentes actualités depuis le Portugal, un pays très touché par la pandémie. 

    Des mois que que nous écoutons, que suivons, que nous regardons, que nous obéissons, que nous ne réfléchissons plus, des mois que la Covid-19 dicte notre quotidien. 

    Des mois que nous subissons, que nous restreignons, que nous souffrons, que nous confinons, que nous oublions, des mois que les politiques dictent notre quotidien. 

    Des mois que nous vivons autrement, que nous vivons en isolement, que nous vivons masqués, que nous vivons cachés, des mois que nous vivons sans société, des mois que les mesures sanitaires dictent notre quotidien. 

    Des mois que je ne pense plus, que je ne regarde plus, que je n’envisage plus, que je n’avance plus, que je n’aime plus, des mois que la pandémie brise des vies au quotidien. 

    Et surtout il y a les malades, les hospitalisés, les décédés, il y a les bienveillants, les soignants, les médecins, les fossoyeurs, il a la vie souvent, il y a la mort parfois.

    Car en définitive ce n’est pas contre la pandémie que nous luttons mais sur ses effets, de ceux qui engendrent les peurs, les craintes, les maux, les souffrances, les espérances parfois. 

    Des mois que nous hésitons alors que les plus « grands de ce monde » ont tous dit que nous étions en guerre. 

    Face à la guerre moi je ne connais qu’une solution, l’union qui fait cette force, qui réuni les peuples, les hommes et les femmes de bonne volonté pour combattre, pour vaincre, pour gagner et protéger nos libertés, comme le passé nous l’a si souvent enseigné. 

    Sauf que cette fois il n’y a pas les hommes armés et les autres, là nous sommes tous de facto des petits soldats car si nous n’agissons pas tous ensemble nous n’y arriverons pas car là il nous faut une stratégie commune, sans quoi ces combats menés individuellement seront perdus d’avance. 

    Sachant que nous avons tous le même ennemi, engageons-nous ensemble et confinons l’Europe entière durant trois semaines, un blocus total avec certes le temps qui s’arrêtera, avec des vie qui tourneront au ralenti, avec une économie qui stagnera car en sursis, avec une vie sociale qui s’arrêtera complètement. Avec cette mesure, notre organisation occidentale sera bouleversée et pourtant on aura enfin remis l’humain au centre des débats, de la stratégie, du combat.  

    Je ne sais pas si cela est réalisable, les chinois l’ont fait donc je ne vois pas pourquoi l’Europe dont ses gouvernements sont si fiers ne le ferait pas, surtout que rien n’est impossible quand c’est le peuple qui l’exige en criant "Liberté". 

    Agissons solidairement maintenant pour mieux vivre demain, voilà ma proposition. Et pour ceux qui sont en attente d’un vaccin, considérons celui-ci comme notre deuxième ressource sachant que nous disposons tous, au plus profond de nous, une force commune pour gagner cette guerre,  ce combat qui ne sera pas le dernier soyons en certain, l’histoire nous l’a démontré. Aujourd’hui c'est une pandémie, demain probablement le climat, qui se chargent de nous le rappeler au quotidien. Cette force qui doit nous unir, c’est l'empathie et la volonté. 

    Carpe Diem. 

    Minet, habitant de Perly.

  • L'Europe dans tous ses Etats (COVID)

    Le manque de coordination européenne dans le cadre de la lutte contre la Covid est incompréhensible. Même virus, mêmes symptômes, mêmes cycles, mêmes conséquences mais mesures différenciées. Certes les gestes de barrières sont identiques et appliqués, il en va là de la responsabilité individuelle mais pour le reste, c'est la cacophonie. 

    Lire la suite

  • Au menu, une grande détresse !

    Il est 18h15, trois clients boivent un verre dans l'établissement, dont un papa avec son enfant. Le patron me salue, prend ma commande et se joint à moi. Par politesse je lui demande comment ça va. Long silence puis les langues se délient. Ce tenancier est en souffrance, il vient de traverser six mois compliqués et il ne devine rien de bon pour les semaines à venir. Compatissant je lui explique que ses bons clients vont rester fidèles, même si cela ne suffira probablement pas. 

    C'est pire que cela Minet, me dit-il. Du bout du bras il s'empare de son livre de réservations, me le présente et commence à tourner les pages une à une. Quand elles ne sont pas vierges, ce sont des réservations biffées que je devine, une à deux par semaine. Estomaqué je le regarde, il a les larmes aux yeux, il est à bout. 

    Les gens ont peur et la mesure cantonale qui restreint des tables à cinq personnes n'est pas heureuse, à huit c'était jouable, et encore. Pourquoi ne pas prendre des mesures identiques au niveau de la Romandie. Tous les repas d'affaires, toutes les sorties d'entreprises, toutes les sorties d'anniversaire en famille sont annulés. L'effet a été immédiat dés ce lundi matin. Le téléphone n'a pas cessé de sonner, que des annulations. Pire encore, le service de midi ne suffit plus à garder la tête hors de l'eau. Les entreprises interdisent à leurs employés de manger au restaurant ou en groupe, mesures de précaution. 

    Mon ami ne se plaint pas, il ne comprend juste pas pourquoi les mesures sanitaires disparates émises ne sont pas cette fois accompagnées par des aides étatiques indispensables, soit dans un processus du chômage partiel, soit financières. 

    Les décideurs, nos élus, ne se rendent-ils pas compte qu'ils vont détruire des années d'investissements financiers et personnels de ces petits entrepreneurs ? 

    Il y a peu je lisais qu'un éminent économiste préconisait trois semaines de fermetures globales (confinement économique) en lieu et place de mesures graduées actuellement mises en place. Son explication, au final nous arriverons à un confinement global, donc quitte à provoquer celui-ci autant le faire immédiatement. Un pour endiguer rapidement la deuxième vague et le virus, deuxièmement pour permettre une relance rapide de l'économie pour les fêtes de fin d'année. 

    Cette longue traversée du désert est insupportable pour ces tenanciers, ils ont déjà brûlé leurs économies pour tenir de mars à juin, là ils n'y arriveront pas. 

    Autre remarque, il faut absolument que la Confédération prenne ses responsabilités. Nous ne pouvons plus nous contenter de mesures cantonales disparates. Comment expliquer que je vais sur Vaud pour manger en compagnie de six amis car à Genève c'est interdit. Comment expliquer que ces mesures issues du fédéralisme n'ont aucune efficacité si la population n'est pas cantonnée dans leur canton de résidence. Le tourisme économique et de loisir devient un vecteur indéniable dans le cadre de cette pandémie, même avec le respect des gestes barrière. 

    Je ne sais pas d'où vient ce virus, je ne sais pas si nous connaissons aujourd'hui tous les aspects de celui-ci, si les symptômes multiples peuvent être contrôlés, je ne sais pas s'il les jeunes sont à risque et si les séniors ne devraient pas être mieux protégés, je ne sais pas si la Suède a mieux fait que nous, je ne sais plus .. 

    Ce que je sais, c'est que demain sera pire qu'aujourd'hui, que la crise économique qui va découler de cette pandémie sera terrible et qu'il est temps de prendre des mesures drastiques pour sauver nos entreprises, nous ne pouvons pas laisser ces gens dans une si grande détresse. 

    Minet, habitant de Perly. 

     

     

     

  • COVID-19 ou comment la peur va anéantir nos restaurateurs !

    La réalité a rattrapé nos craintes, la deuxième vague est là. Après les mesures sanitaires initiales de mars/avril, qui ont déjà fortement impacté l’économie et les commerces, dont nos restaurateurs, voilà que de nouvelles injonctions sont imposées.

     

     

    Lire la suite

  • La nouvelle contestation, le conflit !

    C70E6E82-8FAA-4FD8-AA57-F0FEACBAB3E4.jpegJe constate que face à son mal-être sociétal en lien avec les politiques économiques et sociales imposées, le peuple, toutes classes confondues, recherche prioritairement le conflit par la contestation idéologique. Du coup, le masque par exemple devient un symbole de cette contestation.

    Le siècle dernier on appelait ça «faire de la politique », ou comment faire passer ses valeurs. Aujourd’hui ce n’est qu’un acte d’opposition, cette fameuse opposition qui se devait pourtant de représenter un contre pouvoir, là c’est un échec démocratique.

    Nous ne pouvons pas exiger plus de droits et ne pas être participatif face aux problèmes. Soit les contestataires ont un véritable projet, soit tous les partenaires forgent ensemble les solutions à travers une vision du monde différente.

    Une autre version de la démocratie participative, une autre vision du pouvoir, un autre monde politique, une démocratie où l’humain est simplement remis au centre de nos préoccupations, l’argent et l’économie n’en étant que des outils.

    Minet.

  • L’absence

    « À tous ceux qui sont partis, trop vite » 

    Il y a des nuits sans étoile
    Il y a des jours sans soleil
    Il y a des heures sans seconde
    Il y a des vies sans âme

    Et puis, il y a toi, que j’attends .. si belle

    Il y a des montagnes sans sommet
    Il y a des routes sans destination
    Il y a des plages sans vague
    Il y a des chemins sans balisage

    Et puis, il y a toi, que j’attends .. si forte

    Il y a des villes sans bruit
    Il y a des immeubles sans toit
    Il y a des maisons sans enfant
    Il y a des chambres sans amour

    Et puis, il y a toi, que j’attends .. si douce

    Il y a des films sans larme
    Il y a des tableaux sans visage
    Il y a des photos sans souvenir
    Il y a images sans saveur

    Et puis, il y a toi, que j’attends .. si tendre

    Il y a des atlas sans relief
    Il y a des cartes sans couleur
    Il y a des déserts sans nom
    Il y a des océans sans fond

    Et puis, il y a toi, que j’attends .. si mystérieuse

    Il y a des recettes sans goût
    Il y a des plats sans odeur
    Il y a des mets sans chaleur
    Il y a des repas sans plaisir

    Et puis, il y a toi, que j’attends .. sans fin

    Il y a toi, sans moi
    Il y a eux, sans nous
    Il y moi, sans elle
    Il y a lui, sans voix

    Ce silence, que j’entends .. trop souvent !

    Minet

  • Nous aussi avançons ensemble, maintenant !

    Je trouve que ce qui se passe en France est d'une importance majeure, l'idée globale du mouvement En Marche est excellente, innovante, démocratique, elle permet de nettoyer la politique et surtout de démanteler l'éternel clivage gauche / droite ou selon, majorité et éternelle opposition.

    Construire le monde de demain ensemble, mieux vivre ensemble, y parvenir ensemble et le faire maintenant, c'est l'idée que je prône depuis plusieurs années.

    À Genève les partis dits gouvernementaux s'effritent, ils ont souffert du poil à gratter MCG à qui il manquait trop d'éléments constructifs et de renouveau pour se mettre "en marche" majoritairement, souffrant aussi de ses exubérances.

    La difficulté aujourd'hui pour créer ce même mouvement ici demeure du fait qu'une dette abyssale plombe d'office tout programme novateur et qu'il faudrait, tout comme en France, engager prioritairement des réformes importantes pour réduire durablement la dette.

    Les possibilités existent et doivent être expliquées, validées, implémentées, accompagnées et surtout être complémentaires dans un programme équitable !

    Demain c'est aujourd'hui, alors créons ce renouveau ensemble et avançons !

    Minet

     

  • Une étoile nommée Utopie !

     

    Nuit paisible, je suis allongé sur ma chaise longue de jardin. Comme tout cet été, elle est installée sur mon balcon situé au deuxième étage, dirigée plein Ouest, face aux crépuscules qui jamais ne se ressemblent. Tel un tableau imaginaire, tous les soirs c’est un feu d’artifices de couleurs, de lueurs, de reflets, d’ombres aussi qui animent l’horizon.

     

    Comme je suis en vacances, je savoure le temps qui passe, le chant des oiseaux, des bruits sombres qui émanent de la forêt toute proche. Je me dis que le bonheur est là, que j’ai une belle vie, que depuis un demi-siècle j’ai de la chance, je suis serein, reposé, calme, détendu, je suis en harmonie avec moi-même, j’ai 50 ans. Le ciel est noir, des nuages cotonneux à la lueur de la lune viennent rafraichir la nuit, les étoiles jouent à cache-cache, une seule brille, elle semble perdue, elle semble réfléchir.

     

    Ça c’était pour le tableau idyllique, ce que je me raconte pour survivre, pour avancer, pour mieux oublier parfois nos réalités qui m’inspirent. Face à elles, au fond de moi brûle une grande colère, elle se nomme Injustice, elle se prénomme Révolte. En fusion, elle est nourrie du présent et du passé, elle se voudrait le garde-fou de notre futur, de notre avenir, celui de demain déjà.

     

    Pourtant me direz-vous je n’ai pas de quoi me plaindre, vous connaissez tous ma situation, ma vie, mes joies et mes plaisirs, je ne cache rien, où si peu, juste ce que vous ne pouvez voir à l’œil nu, ce que j’ai emprisonné au plus profond de mon cœur, de mon âme. Sauf que ce n’est pas pour moi que j’écris ce soir, mais pour nous, pour vous, pour ceux qui demain devront vivre dans ce monde qui perd trop rapidement toutes ses valeurs, qui noie ses croyances dans le lit de la rivière laïcité, un monde du pouvoir et de l’argent qui assassine par procuration, la mondialisation est son nouveau modèle, la politique en est son maître.

     

    Trop de guerres

    Trop de famines

    Trop de maladies

    Trop de misères

    Trop de morts

    Trop de dictatures

    Trop de démocraties

    Trop de dieux

    Trop de pouvoirs

    Trop de manipulations

    Trop de communications

    Trop d’inégalités

    Trop d’injustices

    Trop d’ignorance

    Trop d’arrogance

    Trop d’hypocrisie

    Trop d’intérêts

    Trop de faux semblant

     

    En résumé, nous vivons dans un monde qui accorde trop de responsabilités à si peu d’hommes, ces mêmes responsables qui sont devenus incapables d’écouter le peuple, de se retrouver autour d’une table, de revenir aux fondamentaux, de fuir les trafics d’influence, les dogmes, l’argent et le pouvoir pour simplement s’en tenir aux réels besoins des humains, de la planète.

     

     

    Il nous faut redessiner la politique, créer celle de demain, celle du mieux vivre ensemble. Elle se devra anticipative, participative, attentive, créative, solidaire et crédible car pragmatique. Redessinons aujourd’hui nos valeurs de demain, chassons la cupidité des hommes et adoptons la culture du bon sens, celle de l’écoute, du partage, de l’accueil, de la compréhension, de l’égalité, celle des droits humains tout simplement.

     

    Une autre étoile apparaît, elle semble discuter avec la première, la lune en rigole. Le soleil lui se repose à l’autre bout de la terre, préparant déjà son prochain crépuscule.

     

    Minet.

     

     

  • Dans un monde idéal, la politique serait un guide merveilleux !

     Texte déposé sur mon blog il y a deux ans, il demeure d'actualité ! 

    En étudiant rapidement les points défendus par les divers partis politiques, je me rends compte qu’ils ne sont plus véritablement des opposés, telle la gauche ou la droite l'étaient il y a vingt ans. La crise aidant, tous apportent une pierre à l’édifice sociétal moderne, et même si tous se retrouvent avec un lanceur d’alerte opposé, tel un modérateur, ceci nous autorise à croire en une vision du monde constructive et évolutive si pour autant les antagonismes historiques tombent.

     

    Prenons par exemple la problématique du chômage et demandons au PLR et aux SOCIALISTES, ou à EàG et au MCG, de travailler ensemble pour déposer une projet de vie, un projet de loi, ayant comme but de faire diminuer le chômage tout en ouvrant des perspectives d’avenir à nos jeunes, le tout à travers un fil rouge qui serait la formation.

     

    Entre les projets des uns et les aspirations des autres, je suis certain que, si les antagonismes dogmatiques et historiques étaient abandonnés, ces élus arriveraient à nous proposer une vision du monde positive, socialement égalitaire et structurellement évolutive.

     

    Il en va de même avec tous les partis pour les coûts de la santé, le logement, la migration, la sécurité, la culture, le social, la fiscalité, le développent durable et même les grands travaux.

     

    Mieux vivre ensemble est possible, il ne dépend plus d’une vision universelle et fermée car naïve et nourrie d’antagonismes, mais bien de l’intelligence plurielle dont les partis politiques devraient faire preuve en réunissant leurs ressources, au pouvoir législatif comme à l'exécutif, en abandonnant les conflits d’intérêts, leurs idéaux et leurs dogmes au profit du bon sens, de leurs idées, de leurs capacités politiques à construire ensemble et ceci dans l’unique intérêt de toutes les populations qu’ils représentent. Nos élus y arrivent bien souvent en commission, alors pourquoi ne pas l'exiger plus loin. 

     

    Ce texte est naïf, j’en suis conscient, mais je pense sincèrement que les solutions se trouvent dans cette approche politique nouvelle, celle de l’intelligence collective.

     

    Walter SCHLECHTEN, habitant de Perly. 

     

    Intplur.jpg

  • Post Mea Culpa Lux

    "Jamais les polices modernes occidentales n'ont été aussi bien formées qu'aujourd'hui, pourtant jamais elles n'ont été aussi critiquées ces dernières semaines.

    Mai 68 et les bavures des années 70 sont loin de nos réalités. Depuis les législations technocratiques sont passées par là et les droits humains ont pris le dessus sur les droits sécuritaires fondamentaux du peuple, le prévenu a plus de droits que la victime.

    Les nouveux lésés de cette politisation des actes de police sont le peuple, l'économie, nos libertés démocratiques communes et la justice face aux justiciables.

    L'adversaire s'est lui aussi adapté , il s'est endurci, il s'est formé, il s'est organisé, il s'est professionnalisé, il s'est libéré des idéaux politiques liés aux extrêmes pour devenir libre.

    A ce jour, l'ennemi anti-démocratique vise nos biens, nos symboles et nos polices représentantes du pouvoir, le fameux bras armé de l'Etat, pour déstabiliser le monde politique, sous le couvert de diverses causes alibis, la mondialisation, le chômage, la guerre, la culture parfois, la paix pas encore heureusement.

    Demain il faudra une réaction politique globale pour replacer nos valeurs, nos croyances, nos lois au centre du débat démocratique.

    Demain il faudra arrêter de tirer sur la police, il faudra revoir nos politiques antagonistes pour dénoncer les seuls coupables des événements qui nous préoccupent, à savoir les décisions politiques du passé et ses délinquants de l'ombre."

  • Genève, une crise sociale révélatrice d’un véritable problème de gestion !

    Aides-soignants, infirmiers, chauffeurs de taxis, employés de l’aéroport, employés des TPG, policiers, gardiens de prisons, enseignants, membres du Cartel, cette année Genève est chahutée par des actions syndicales franches, visibles et menées par des hommes et des femmes décidés. Si, pris individuellement, ces mouvements pourraient ressembler à des escarmouches, à travers une vision globale le problème apparaît pourtant comme bien plus important.

     

    Genève a traversé la dernière crise économique grâce à une politique d’investissements nourrie à travers un budget de 8 milliards. Notre canton a aussi bénéficié de rentrées fiscales « extraordinaires » qui n’avaient pas été prévues lors de plusieurs budgets annuels. La bonne tenue des marchés du négoce et l’implantation de nouvelles entreprises en ont été une des explications. Ne doutons pas que David Hiler savait appréhender les problèmes, mais aussi les solutions, voire les retours sur investissements. Certes, il a cessé son mandat politique avant que les caisses de pensions des fonctionnaires n’aient besoin d’être renflouées, mais en ayant mis sur les rails des projets économiquement pharaoniques tels que le CEVA ou SCORE.

     

    Demeure que la dette n’a pas été maîtrisée et dépasse aujourd’hui les 12 milliards. Là, nous ne parlons plus d’une simple « épine dans le pied », mais bien de la source du problème. En effet, comment demander à nos élus de travailler en stoppant l’endettement, avec comme objectif avoué de réduire la dette, tout en maintenant une politique d’investissements et de gestion qui engendre des surcoûts ?

     

    La mission est impossible, il faut oser le dire, le reconnaître. Si parfois en chimie les opposés s’attirent, en économie il n’en est rien. Les mathématiques sont à la base de l’évolution, les ignorer aujourd’hui sous l’égide d’un maintien à l’équilibre par la croissance, c’est sombrer et porter préjudice à notre avenir.

     

    Après un premier plan quadriennal, nous voilà soumis au quinquennat dans lequel l’action de maîtriser la dette n’arrive qu’en dixième position des priorités énoncées, alors que le Conseil d’Etat relevait lui-même que la dette publique réduit la marge de manœuvre de l’Etat. Alors que de nombreux investissements ne peuvent plus être retardés, il importe d’éviter qu’ils aggravent la charge de la dette.

     

    Pour mémoire, les mesures proposées sont celles-ci :

     

    Outre le travail en continu de priorisation des investissements et les objectifs d’augmentation du résultat de fonctionnement pour financer les investissements prioritaires, le Conseil d’Etat étudiera toutes les options de meilleure valorisation des actifs sous sa gestion. Il examinera la situation d’établissements tels que les Ports Francs et Entrepôts de Genève SA, la Banque cantonale de Genève ou les Services industriels de Genève. Il analysera durant cette législature la possibilité d’encourager la participation d’investisseurs privés à certaines infrastructures majeures (philanthropie et partenariat public-privé). De même, il étudiera toutes les possibilités de valoriser le patrimoine immobilier administratif, également dans le but de le mettre aux normes énergétiques, en saisissant d’éventuelles opportunités liées à l’offre sur le marché des locaux administratifs.   

     

    Réf : http://www.ge.ch/conseil_etat/2013-2018/communiques/doc/20140611-programme-legislature.pdf

     

    Genève à mal à sa dette, Genève souffre et n’a pas les moyens de rebondir. Genève s’enlise dans une crise sociale qui pourrait pourtant être annonciatrice d’un revers  économique, ce que personne ne souhaite. Un jour un ancien m'a dit : "avant de traverser un fleuve, il faut construire une barque, puis un pont, puis une route". Avons-nous aujourd’hui un pouvoir politique qui dispose d’une vision à long terme et surtout de la volonté de réduire la dette comme priorité mathématique.

     

    Certes, vous me direz que l’harmonisation, ou la réforme, de l’imposition des entreprises est tout aussi importante, certes vous me direz que défendre et promouvoir la Genève internationale est une nécessité, certes vous me direz que l’Aéroport de Genève doit être modernisé pour rester un atout majeur pour les pôles économiques de la région, certes … Mais Genève ne peut plus vivre au-dessus de ses moyens et la Berne fédérale ne peut plus être considérée comme une ressource, les transferts de charges sur les cantons en sont la preuve.

     

    Genève doit se mettre au régime, et pas simplement sur le dos des fonctionnaires, mais c’est  toute la classe politique qui doit œuvrer ensemble pour y arriver. Un véritable plan directeur de réduction de la dette sur dix ans est nécessaire, avec ses restrictions mais aussi un véritable programme de gestion. Il en coûtera à tous, mais si l’explication est claire, si l’objectif est défini dans le temps, si l’effort est partagé et si les résultats deviennent probants, alors il n’y aura pas que l’image de Genève qui pourra se redresser, mais aussi nos élus et la population entière car enfin nous oserons parler d’avenir avec une confiance retrouvée, sans avoir peur du lendemain.

     

    Walter Schlechten, habitant de Perly. 

  • En attendant la grève des TPG, pourquoi la manifestation de la fonction publique a-t-elle été un succès !

     

    Ils ont été patients, ils ont tenté de négocier, ils ont écouté, ils ont attendu, là ils agissent. Eux, ce sont les fonctionnaires qui se sont retrouvés en rue pour manifester leur désarroi, leur mécontentement, leur colère pas encore mais elle gronde sournoisement.

     

    Certains esprits chagrins libéraux ont rit jaune, affirmant que les manifestants n’étaient que 200, 400, voire 1000. En fait ce sont 2000 employés et divers syndicats qui se sont mobilisés pour représenter toute la fonction publique. Si ce nombre peut laisser croire à une précoce démobilisation, l’important était ailleurs lors de ce défilé contestataire.

     

    L’union, le rassemblement, la cohésion, tous enfin réunis solidairement contre la même cause, pour une même cause, l’abandon du projet SCORE. Tous les métiers, toutes les professions, sans clivage et derrière des bannières explicitent étaient au rendez-vous. Un signe fort.

     

    Au-delà des discours syndicaux, c’est cette révolte commune qui a résonné place de Neuve. En quittant la table des consultations, le Cartel et autres syndicats ont adressé un message clair au Conseil d’Etat. Ni le projet SCORE, ni la méthodologie de concertation ne sont satisfaisants ou convaincants pour aboutir à un consensus. On peut d’ailleurs à ce stade se demander si celui-ci est véritablement recherché par les antagonistes. En effet, le rejet est total, telle une évidence il est issu de la politique du secret et du fait accompli.

     

    Défendre les intérêts des employés, les statuts de fonctions et la qualité des prestations n’est pas un choix, mais une réelle nécessité. Imposer drastiquement ses vues structurelles, économiques, c’est un choix politique qui ruine de facto l’avenir d’un projet qui se devrait d'être négociable. 

     

    Étonnamment, cette politique de consultation menée par le pouvoir exécutif a également été récemment dénoncée par l’association des communes genevoises (ACG), des élus en attente de négociations qui se sont retrouvés eux aussi avec ce fort sentiment d’être mis devant le fait accompli.

     

    Tout comme les représentants de la fonction publique, ces représentants des communes ne se sont pas reconnus comme des partenaires à part entière dans un projet  étatique, tout comme les syndicats, ils ont rejeté logiquement les premières propositions du Conseil d’Etat.

     

    La solution à ces conflits passera par la discussion, le dialogue, l’échange, la négociation, la transparence, le retour de la confiance. Malheureusement, en ma qualité d’électeur, je ne suis pas certain qu’un quinquennat suffise à réunir toutes ces qualités.

     

    Walter Schlechten, habitant de Perly.